Les risques et les avantages d’investir dans des startups

[ad_1]

Investir dans des startups est une activité risquée. La majorité des nouvelles entreprises, produits et idées ne réussissent tout simplement pas, le risque de perdre la totalité de son investissement est donc une possibilité réelle. Cependant, ceux qui y parviennent peuvent produire des retours sur investissement très élevés.

Les investisseurs dans des entreprises qui démarrent avec l’argent des fondateurs, des amis et de la famille (FF&F) peuvent facilement se retrouver sans rien à montrer. Investir dans des fonds de capital-risque diversifie certains risques, mais la dure réalité est que 80 à 90 % des entreprises financées par le capital-risque n’atteindront pas le stade de l’introduction en bourse (IPO).

Une règle empirique stipule que pour 10 startups, trois ou quatre échouent, trois ou quatre retournent leur investissement initial et une ou deux réussissent. Pour ceux qui entrent en bourse, les rendements peuvent atteindre des milliers de pour cent, ce qui rend les premiers investisseurs très riches.

Une startup passe par plusieurs étapes, et chacune d’elles offre des opportunités et des risques distincts pour les investisseurs.

Points clés à retenir

  • Les startups sont en phase d’idée et ne disposent pas encore d’un produit, d’une clientèle ou d’une source de revenus fonctionnels.
  • Beaucoup commencent avec le financement des fondateurs, des amis et de la famille.
  • Au fur et à mesure que l’idée prend forme, les fondateurs peuvent rechercher du financement en capital-risque.
  • Les investisseurs en capital-risque obtiennent une participation dans l’entreprise en échange de leur investissement. Cela pourrait éventuellement s’avérer payant ou non.

Étape 1 d’une startup

Chaque startup commence par une idée. Dans cette première phase, les fondateurs ne disposent pas encore d’un produit fonctionnel, d’une clientèle ou d’une source de revenus. Ces nouvelles entreprises peuvent se financer en utilisant l’épargne des fondateurs, en obtenant des prêts bancaires ou en émettant des actions.

Remettre un capital d’amorçage en échange d’une participation au capital est ce qui vient à l’esprit de la plupart des gens lorsqu’ils réfléchissent à ce que signifie investir dans des startups.

Rien qu’aux États-Unis, 469 557 entreprises ont été créées au cours des 12 mois se terminant en juillet 2023, selon le US Census Bureau. Ce nombre est basé sur le nombre de demandes adressées à l’IRS pour obtenir des numéros d’identification d’employeur.

La plupart de ces entreprises ont démarré grâce à l’argent de démarrage des fondateurs, des amis et de la famille (FF&F). Les sommes sont généralement modestes et permettent à un entrepreneur de prouver qu’une idée a de bonnes chances d’aboutir.

Au cours de la phase d’amorçage, les premiers employés peuvent être embauchés et des prototypes développés pour présenter l’idée de l’entreprise à des clients potentiels ou à des investisseurs ultérieurs. L’argent investi peut être utilisé pour réaliser des études de marché et d’autres tâches permettant de valider la proposition d’un fondateur.

Étape 2 d’une startup

Une fois qu’une nouvelle entreprise entre en activité et commence à percevoir des revenus initiaux, elle passe du stade de prédémarrage à celui de véritable démarrage.

À ce stade, les fondateurs d’entreprise peuvent présenter leurs idées à des investisseurs providentiels. Un investisseur providentiel est généralement un particulier possédant une certaine richesse accumulée et spécialisé dans l’investissement dans des entreprises en démarrage.

Les investisseurs providentiels sont généralement la première source de financement en dehors de l’argent FF&F. Les investissements providentiels sont généralement de taille modeste. À ce stade, les perspectives d’avenir de l’entreprise se trouvent à leur stade le plus risqué.

L’argent providentiel peut être utilisé pour soutenir les efforts de marketing initiaux et faire passer un prototype en production.

Étape 3 d’une startup

À ce stade, les fondateurs devraient avoir élaboré un plan d’affaires solide qui dicte la stratégie commerciale et les projections pour l’avenir. Bien que l’entreprise ne réalise pas encore de bénéfices nets, elle prend de l’ampleur et réinvestit tous ses revenus dans l’entreprise pour sa croissance.

C’est alors qu’intervient le capital-risque.

Le capital-risque peut provenir d’un particulier, d’un partenariat privé ou d’un fonds d’investissement commun. La plupart exigent un rôle actif dans de nouvelles entreprises prometteuses qui ont dépassé les stades d’amorçage et d’investisseur providentiel. Les investisseurs en capital-risque assument souvent des rôles consultatifs222222 et siègent au conseil d’administration de l’entreprise.

Des cycles supplémentaires de capital-risque pourraient être recherchés à mesure que la société continue de dépenser des liquidités afin d’atteindre la croissance exponentielle attendue par les investisseurs en capital-risque.

Si vous n’êtes pas un initié

À moins que vous ne soyez un fondateur, un membre de la famille ou un ami proche d’un fondateur, il y a de fortes chances que vous ne puissiez pas participer au tout début d’une nouvelle startup passionnante. Et à moins que vous ne soyez2 un investisseur riche et accrédité, vous ne pourrez probablement pas participer en tant qu’investisseur providentiel.

Aujourd’hui, les particuliers peuvent participer dans une certaine mesure à la phase du capital-risque en investissant dans des fonds de capital-investissement spécialisés dans le financement du capital-risque, permettant ainsi d’investir indirectement dans des startups.

Fonds de capital-investissement

Les fonds de private equity investissent dans un grand nombre de startups prometteuses afin de diversifier leur exposition aux risques.

Les investisseurs professionnels en capital-risque ont un taux de réussite d’un peu plus de 23 % de leurs portefeuilles d’investissement, selon un rapport du National Bureau of Economic Research. Les investisseurs en capital-risque qui ont déjà lancé leurs propres startups à succès font de leur mieux, avec un taux de réussite d’environ 30 %. Les fondateurs de startups qui ont échoué font pire, à environ 19 %.

Les accords de capital-risque typiques sont structurés sur 10 ans jusqu’à la sortie. La stratégie de sortie idéale consiste pour l’entreprise à entrer en bourse via une introduction en bourse (IPO), qui peut générer les rendements démesurés attendus par ceux qui prennent ces risques.

D’autres stratégies de sortie sont moins souhaitables pour l’investisseur en capital-risque car elles ne sont pas aussi lucratives. Ils incluent le rachat de la startup par une autre entreprise ou le maintien d’une entreprise rentable mais privée.

Vérifications nécessaires

La première étape de la conduite de la diligence raisonnable consiste à évaluer de manière critique le plan d’affaires de la startup et son modèle pour générer des bénéfices et une croissance à l’avenir. Les aspects économiques de l’idée doivent se traduire par des rendements concrets.

De nombreuses idées nouvelles sont si avant-gardistes qu’elles risquent de ne pas être adoptées par le marché. Des concurrents puissants ou des barrières majeures à l’entrée sont également des considérations importantes. Les questions juridiques, réglementaires et de conformité sont également importantes à prendre en compte pour de toutes nouvelles idées.

Le rôle du fondateur

De nombreux investisseurs providentiels et investisseurs en capital-risque indiquent que la personnalité et le dynamisme des fondateurs de l’entreprise sont aussi importants, voire plus, que l’idée commerciale elle-même.

Les fondateurs doivent avoir les compétences, les connaissances et la passion nécessaires pour traverser les périodes de difficultés croissantes et de découragement. Ils doivent également être ouverts aux conseils et aux retours constructifs de l’intérieur et de l’extérieur de l’entreprise. Ils doivent être suffisamment agiles pour réagir rapidement aux événements économiques inattendus ou aux changements technologiques.

Plus de questions

Il y a d’autres questions qu’il faut se poser. Par exemple, si le lancement anticipé de l’entreprise réussit, y aura-t-il un risque de timing ? Autrement dit, les marchés financiers accueilleront-ils favorablement ce concept dans cinq ou dix ans, lorsque l’entreprise sera prête à lancer une introduction en bourse ?

D’ailleurs, l’entreprise aura-t-elle suffisamment grandi pour lancer une introduction en bourse réussie et offrir un solide retour sur investissement à ses investisseurs ?

Puis-je investir dans un fonds de capital-risque ?

Les fonds de capital-risque sont généralement fermés à tous, sauf aux particuliers très fortunés. Les investisseurs rejoignent le fonds en devenant commanditaires. Seuls les investisseurs accrédités sont autorisés à rejoindre le partenariat. Il s’agit d’une désignation de la Securities & Exchange Commission (SEC) qui indique que la personne a une valeur nette élevée et une compréhension des transactions financières sophistiquées. Essentiellement, cela reconnaît que la SEC a peu d’autorité réglementaire sur les sociétés de capital-risque et que leurs investisseurs ont intérêt à savoir dans quoi ils s’embarquent.

Existe-t-il des fonds communs de placement de capital-risque ?

Il existe des fonds communs de placement qui investissent dans des sociétés de capital-risque. Dans la plupart des cas, ils peuvent prendre une petite participation minoritaire dans le capital-risque dans l’espoir d’augmenter leurs rendements globaux.

Il existe également des fonds communs de placement spécialisés dans une version un peu moins risquée du capital-risque. Autrement dit, les fonds se concentrent sur les petites et moyennes entreprises qui proposent des produits innovants et semblent prêtes à connaître une croissance rapide.

Comment devenir un investisseur providentiel ?

Contrairement à leur réputation, les investisseurs providentiels ne sont pas nécessairement très riches et apportent pour la plupart de modestes contributions aux startups. Il existe de nombreux sites de financement participatif qui mettent en relation entrepreneurs et investisseurs providentiels, tels que SeedInvest et AngelList.

L’essentiel

Alphabet Inc., mieux connu sous le nom de Google, est un exemple typique de startup réussie créée par les fondateurs, les amis et les familles, puis financée par du capital-risque.

Le géant de la recherche a été lancé en tant que startup en 1997 avec un capital d’amorçage d’un million de dollars de FF&F. En 1999, la société de recherche en croissance rapide a attiré 25 millions de dollars en capital-risque, deux sociétés de capital-risque acquérant environ 10 % chacune de l’entreprise.

En août 2004, l’introduction en bourse de Google a permis de lever plus de 1,2 milliard de dollars pour l’entreprise et près d’un demi-milliard de dollars pour les investisseurs initiaux, soit un rendement de près de 1 700 %.

Ce grand potentiel de rendement est le résultat du niveau de risque extrême inhérent aux nouvelles sociétés. Non seulement la plupart des investissements en capital-risque échoueront, mais de nombreux facteurs de risque uniques doivent être pris en compte lorsqu’on envisage un nouvel investissement dans une startup.

[ad_2]

Laisser un commentaire