Les États-Unis accusent les commerçants israéliens de délit d’initié


Les procureurs américains ont dévoilé jeudi des accusations criminelles à Manhattan accusant deux commerçants israéliens de commerce illégal dans plusieurs sociétés de biotechnologie et de soins de santé dans le cadre d’un vaste programme international de délit d’initié.

Tomer Feingold et Dov Malnik ont ​​été accusés dans un acte d’accusation de 15 chefs d’accusation de fraude en valeurs mobilières, de fraude électronique, de fraude par offre publique d’achat, de dissimulation d’un stratagème de blanchiment d’argent et de complot.

Les autorités ont déclaré que les accusés, qui vivaient à Genève, en Suisse, ont généré des millions de dollars de bénéfices en échangeant des informations non publiques concernant des fusions et des transactions potentielles impliquant des sociétés telles qu’Ariad Pharmaceuticals Inc, Avanir Pharmaceuticals Inc et InterMune Inc.

La Securities and Exchange Commission des États-Unis a déposé des accusations civiles connexes contre Feingold et Malnik en mars 2020. Leur acte d’accusation avait été scellé avant jeudi.

Les avocats représentant Feingold et Malnik dans l’affaire SEC n’ont pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires. Le bureau de l’avocate américaine Audrey Strauss à Manhattan a déclaré que Malnik était en détention fédérale, mais pas Feingold.

Selon la SEC, Feingold et Malnik ont ​​obtenu des conseils d’un autre trader en Suisse, qui les avait obtenus des banquiers d’investissement Benjamin Taylor et Darina Windsor, qui avaient travaillé respectivement chez Moelis & Co et Centerview Partners LLC.

L’autre commerçant, identifié dans les médias comme Marc Demane Debih de Genève, a plaidé coupable à 38 chefs d’accusation et a coopéré dans l’affaire de délit d’initié des procureurs américains contre Telemaque Lavidas, un cadre pharmaceutique.

Lavidas a été reconnu coupable en janvier 2010 et plus tard condamné à un an et un jour de prison.

Il faisait partie des six personnes inculpées dans quatre actes d’accusation en octobre 2019 pour un stratagème de délit d’initié qui, selon les procureurs, a généré des dizaines de millions de dollars de profits illégaux.

Nos normes : les principes de confiance de Thomson Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *