Le nouveau chef de Rio Tinto apporte des changements radicaux à la meilleure équipe

[ad_1]

Jakob Stausholm, le nouveau directeur général de Rio Tinto, a apporté des changements radicaux à l’équipe de direction du mineur, y compris la création de deux rôles, alors qu’il cherche à réparer les relations en Australie et à améliorer ses performances opérationnelles.

La société anglo-australienne a subi d’énormes dommages à sa réputation l’année dernière lorsqu’elle a détruit un site aborigène sacré vieux de 46 000 ans au cœur de son activité phare de minerai de fer pour faire place à l’expansion de la mine.

Les explosions à Juukan Gorge, dans la région de Pilbara, en Australie-Occidentale, ont provoqué un tollé et coûté leur travail à l’ancien PDG de Rio, Jean-Sébastien Jacques et à deux hauts lieutenants, après que des investisseurs et des groupes autochtones ont exigé des comptes pour l’incident.

M. Stausholm, un Danois qui était auparavant directeur des finances de Rio, a été nommé directeur général peu avant Noël. Il a fait du rétablissement de la confiance avec les groupes autochtones et autres parties prenantes «une priorité essentielle».

À cette fin, Kellie Parker, chef de la division Pacific Aluminium de Rio, rejoindra le comité exécutif de Rio en tant que directrice générale Australie, un nouveau rôle chargé d’améliorer les relations en Australie.

M. Stausholm a également créé le poste de directeur des opérations, qui sera occupé pendant les 18 prochains mois par Arnaud Soirat, l’actuel responsable du cuivre et des diamants, avant de prendre sa retraite.

Jakob Stausholm: «Alors que Rio Tinto continue de fournir une sécurité et des performances opérationnelles solides. . . il y a des améliorations que nous pouvons réaliser dans toute l’entreprise »© Handout

Pendant des années, Rio a été considérée comme le premier opérateur de l’industrie minière, mais ces dernières années, les revers opérationnels en Australie et en Mongolie ont vu sa couronne glisser.

M. Soirat sera remplacé par Bold Baatar, ancien banquier d’investissement de JPMorgan et citoyen mongol.

Une autre des grandes tâches auxquelles M. Stausholm est confronté est de régler une situation désordonnée en Mongolie, où le projet de croissance le plus important de Rio, la mine de cuivre Oyu Tolgoi de 6,75 milliards de dollars, a été frappé par des retards et des explosions de coûts.

Cela a provoqué des différends avec le gouvernement mongol et les partenaires minoritaires de l’entreprise.

M. Stausholm espère que M. Baatar sera en mesure d’harmoniser les relations en Mongolie, qui vient de nommer un nouveau jeune Premier ministre, Oyun-Erdene Luvsannamsrai, qui a déjà croisé le fer avec Rio dans son ancien poste de secrétaire du cabinet.

«Alors que Rio Tinto continue de fournir une sécurité et des performances opérationnelles solides, malgré les défis constants de Covid-19, nous pouvons réaliser des améliorations dans toute l’entreprise», a déclaré M. Stausholm dans un communiqué. «Je souhaite rétablir Rio Tinto en tant que partenaire de confiance pour les communautés hôtes, les gouvernements et les autres parties prenantes.»

Parmi les autres changements annoncés mercredi, Simon Trott, actuellement directeur commercial, a été nommé directeur général de l’entreprise phare du fer à Rio. Le chef de l’unité aluminium de l’entreprise, Alf Barrios, remplacera M. Trott.

Dans le cadre du remaniement, un seul cadre supérieur quitte l’entreprise, Vera Kirikova, directrice des ressources humaines. Rio n’a pas encore nommé de remplaçant permanent pour M. Stausholm au poste de directeur financier.

La promotion de M. Stausholm, un ressortissant danois qui a rejoint Rio en 2018 de la compagnie maritime AP Moller-Maersk, a surpris de nombreux investisseurs et analystes qui s’attendaient à ce que la société choisisse un candidat externe.

On s’attend à ce que M. Stausholm apporte un style de leadership collaboratif à Rio que son prédécesseur M. Jacques, qui n’a jamais été adopté par les médias ou la communauté des investisseurs australiens, où la société est dirigée depuis Londres.

Après la démission de M. Jacques, Canberra a demandé à Rio de choisir un Australien comme prochain chef, tandis que certains investisseurs basés à Sydney avaient appelé l’entreprise à se concentrer davantage sur un pays qui génère l’essentiel de ses bénéfices.

[ad_2]

Laisser un commentaire