Israël commence à vacciner les jeunes enfants alors que le coronavirus augmente


JERUSALEM, 22 novembre (Reuters) – Israël a commencé lundi à déployer les vaccins Pfizer/BioNtech COVID-19 pour les 5 à 11 ans dans l’espoir de lutter contre une récente augmentation des infections à coronavirus.

Une quatrième vague d’infections qui a frappé Israël en juin a commencé à diminuer en septembre. Mais au cours des deux dernières semaines, le « R », ou taux de reproduction du virus, qui était resté inférieur à un pendant deux mois, a commencé à grimper et a maintenant franchi ce seuil, indiquant que le virus pourrait à nouveau se propager de manière exponentielle.

Les cas quotidiens ont également augmenté au cours des derniers jours, la moitié des infections confirmées étant actuellement chez les enfants de 11 ans et moins.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à reuters.com

Les 9,4 millions d’habitants d’Israël sont relativement jeunes, avec environ 1,2 million d’enfants âgés de 5 à 11 ans. En novembre, ce groupe comprenait plus d’un tiers des nouveaux cas, selon les données du ministère de la Santé. Les scientifiques et les responsables doutent que le pays puisse atteindre «l’immunité collective» à moins que les enfants ne soient vaccinés.

Mais les décideurs politiques affirment également que la vaccination des jeunes enfants vise avant tout à protéger leur santé individuelle et pas seulement à arrêter la transmission du virus.

Au cours de la semaine dernière, ils ont souligné que bien que le COVID-19 soit rarement grave chez les jeunes enfants, beaucoup ne présentent aucun symptôme, il peut comporter des risques à plus long terme.

Le ministère israélien de la Santé estime qu’un enfant sur 3 500 infecté par un coronavirus développera plus tard un syndrome inflammatoire multisystémique chez l’enfant (MIS-C) dans lequel certaines parties du corps deviennent enflammées, notamment le cœur, les poumons, les reins, le cerveau, la peau et les organes gastro-intestinaux. La plupart des enfants qui souffrent de cette maladie nécessitent un traitement en soins intensifs et 1 à 2 % en meurent.

Les autorités ont également noté le risque de symptômes persistants, tels que des troubles du sommeil, des douleurs musculaires, une perte de l’odorat et du goût, des maux de tête et une toux, communément appelés « long Covid ».

Une enquête du ministère de la Santé auprès de plus de 13 000 enfants a montré qu’environ 11% d’entre eux avaient souffert de symptômes persistants, avec 1,8% à 4,6%, selon leur âge, six mois après leur rétablissement.

« Tous ces phénomènes peuvent être graves et nous voulons les empêcher », a déclaré lundi le ministre de la Santé Nitzan Horowitz aux législateurs.

La vaccination de lundi a débuté sur une place de Tel-Aviv et la campagne débutera mardi dans tout le pays.

Un sondage réalisé par le fournisseur de soins de santé israélien Maccabi a révélé que 41 % des parents d’enfants âgés de 5 à 11 ans étaient convaincus qu’ils vaccineraient leurs enfants, tandis que 21 % étaient encore indécis et 38 % ne vaccineraient pas leurs enfants.

Israël a enregistré 1,3 million de cas confirmés au total et plus de 8 000 morts depuis le début de la pandémie.

Environ 57 % de la population israélienne est entièrement vaccinée, selon le ministère de la Santé, ce qui signifie qu’ils ont soit reçu un troisième vaccin, soit que cinq mois se sont écoulés depuis qu’ils ont reçu leur deuxième.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à reuters.com

Reportage supplémentaire de Rami Amichay à Tel Aviv ; Montage par Rami Ayyub et Angus MacSwan

Nos normes : les principes de confiance de Thomson Reuters.

Laisser un commentaire