EYEWITNESS: Quand les meilleurs joueurs de snooker du monde ont afflué à Aberdeen chaque année

[ad_1]

Certaines personnes pensent que le snooker est passé au pot ces dernières années, mais il y a toujours un regain d’intérêt chaque fois que le championnat du monde se profile au Crucible Theatre.

Les Écossais sont à l’avant-garde du jeu depuis de nombreuses années, et des personnalités comme Stephen Hendry, John Higgins et Graeme Dott ont soulevé la couronne mondiale à une douzaine d’occasions entre eux depuis 1990, lorsque Hendry au visage de bébé, encore tout juste 21 ans, a servi. avis de sa maîtrise clinique avec une ouverture 18-12 de sa propre composition contre Jimmy White: un homme qui a appris à craindre cet adversaire et qui perd toujours contre lui trois décennies plus tard.

Les temps ont changé, avec une nouvelle génération de concurrents, dont un nombre croissant de participants asiatiques au plus haut niveau.

Mais toute la vieille garde, y compris les rangs serrés des Écossais susmentionnés et Ronnie O’Sullivan, Ken Doherty, Mark Williams, Peter Ebdon, Mark Selby et Steve Davis, faisaient partie des joueurs d’élite qui se sont rendus à Aberdeen pour verrouiller les cornes dans l’Écossais. Ouvert entre 1997 et 2003.

Stephen Hendry a joué à Aberdeen et fait partie des plus grands joueurs de snooker de tous les temps.

Le tournoi, initialement parrainé par Highland Spring, puis Imperial Tobacco – quelque chose qui n’est plus autorisé aujourd’hui – a été organisé dans l’ancien centre de conférences et d’expositions d’Aberdeen, où de grandes foules de supporters amateurs de snooker se sont rassemblés pour assister au meilleur du commerce. pauses et se livrer à des vis, des baisers et des sensations fortes.

Et, une fois de plus, cet homme Hendry a établi la norme pour le reste à suivre.

Un génie sous-estimé dans le grand projet écossais?

Il a peut-être acquis une réputation d’interprète métronomique, meilleur pour démanteler ses rivaux que pour offrir des divertissements envoûtants au public, mais il y a un argument valable selon lequel Hendry est l’une des plus grandes stars du sport de son pays, pas seulement en termes de réalisations. , mais pour son dévouement, son engagement et sa brillance soutenue.

En 1997, face à Tony Drago à l’AECC, il n’a pas traîné. Au lieu de cela, en l’espace de quelques heures, alors que son adversaire maltais passait la majeure partie de la procédure dans son fauteuil, Hendry a réussi un triomphe 9-1 la même année, il a remporté le prix BBC Scotland Sports Personality pour la deuxième fois.

Je me souviens de lui avoir rendu visite au club où il avait repéré Stirling et s’émerveillait de sa capacité déterminée à continuer à s’entraîner comme si sa vie en dépendait. Même alors, il était capable de remarques drôles et d’observations humoristiques dont les partisans étaient rarement témoins lorsqu’il était autour du tapis vert. Et il était clair dans ses opinions que le snooker devait emprunter la même voie que le golf et développer un circuit véritablement international.

Je suis parti en pensant qu’il aurait fait un vampire parfait: exceller dans le noir, travailler en permanence sur des moyens d’ensorceler et de déconcerter ses adversaires et avec une approche de sang-froid à tous les défis.

Pourtant, en l’espace de 12 mois, Aberdeen lançait un nouveau venu avec le surnom de The Rocket et une pile de pièces pyrotechniques à sa disposition.

Rompre avec la tradition et démanteler le terrain

Tout le monde a reconnu le potentiel de grandeur de Ronnie O’Sullivan à partir du moment où il est devenu professionnel au milieu des années 1990.

Je l’ai frappé pour la première fois en 1992 alors qu’il était âgé de 16 ans avec un talent lumineux au Norbreck Castle Hotel de Blackpool et il était manifestement clair qu’il était un personnage idiosyncratique, passant de sujet en sujet et s’égarant dans des impasses. de vulnérabilité sans se soucier des conséquences.

Ailleurs sur place, il y avait des danses de thé, des florins à la crème et des orchestres de la cour des palmiers. Dans le royaume d’O’Sullivan, il semblait dévoué, déterminé et animé par un désir implacable d’éblouir sous les projecteurs.

On ne m’a dit qu’après notre discussion – qui avait été mise en place par un intermédiaire, l’écrivain de billard Terry Smith – que son père, Ronnie, Snr, était en prison et que le jeune était en train de se réveiller intérieurement, son cœur sur la numérotation rapide.

Ronnie O’Sullivan.

Mais, s’il était parfois tourmenté par des démons, sur et en dehors du circuit, il avait toujours la capacité de captiver les foules avec une joie de vivre et une capacité à faire passer les clichés les plus délicats et les plus perfides comme la simplicité même.

Rien n’a changé dans l’intervalle. Lorsqu’il se lancera à la poursuite d’un sixième titre mondial le week-end prochain, personne ne devrait renoncer à ses chances. Après tout, même à une époque sans précédent, il peut tracer sa propre voie.

Il est arrivé à Aberdeen en 1998, juste un an après avoir créé l’histoire de la télévision avec une étonnante pause maximale de 147 aux Championnats du monde contre Mick Price – et il a tout poli en seulement cinq minutes et 20 secondes.

Il a dû être plus méticuleux lorsqu’il s’est qualifié pour la finale de l’AECC, où il a rencontré le petit «Wizard of Wishaw» impitoyable John Higgins.

Mais, à la suite d’un match intrigant plein de styles contrastés, où l’Ecossais s’accrochait toujours aux queues de manteau d’O’Sullivan, il n’avait plus rien à donner. Le maestro anglais a gagné 9-5 puis, deux ans plus tard en 2000, était d’humeur impérieuse en battant Mark Williams 9-1 en finale.

Une erreur s’est produite lors du chargement de vos informations. Veuillez cliquer sur le lien suivant pour réessayer – si le problème persiste, n’hésitez pas à nous contacter. Réessayez en actualisant la page.

Il peut parfois irriter les experts et le public. Pourtant, lorsque cet homme atteint ses pas et trouve son rythme et cliquetis autour de la table comme s’il n’y avait pas de lendemain, c’est l’un des sites les plus resplendissants du sport.

Le public d’Aberdeen a profité des premiers événements

Le nord-est a montré une réponse positive à l’Open d’Écosse qui se tenait régulièrement à Aberdeen. Ou du moins ils l’ont fait pendant les quatre premières années.

Le problème était que les organisateurs du tournoi étaient incapables de susciter les mêmes attentes vertigineuses année après année et en particulier compte tenu du manque de matches mémorables lors de la finale de la pièce maîtresse.

Jimmy White a participé à l’Open d’Écosse à l’AECC.

Comme nous l’avons souligné, il y a eu trop de dénouements qui se sont transformés en anti-climax unilatéraux. Et bien que Peter Ebdon et Ken Doherty aient résisté à la tendance en 2001 avec une réunion éprouvante entre deux autres champions du monde, qui allait et venait avant que l’ancien ne batte l’Irlandais 9-7, il était assez évident que l’écriture était sur le mur.

De nouveaux visages, de nouveaux gagnants, mais peu de sensations fortes

Les deux dernières années du flirt du Scottish Open avec Granite City ont expliqué pourquoi les officiels du jeu ont décidé de déménager ailleurs.

En 2o002, la finale était entre Stephen Lee et David Gray. Pour être poli, c’était loin d’être un classique, et il n’a pas non plus gagné beaucoup de pouces en une année alors qu’il y avait une Coupe du monde et des Jeux du Commonwealth au programme.

Lee, une figure controversée et une zone sans charisme, a finalement été suspendu de la compétition WSA en 2012 pour de graves accusations de trucage de matchs. Il a par la suite été reconnu coupable par un tribunal indépendant en septembre 2013 d’avoir influencé le résultat de sept matches en 2008 et 2009.

Alan McManus était un autre des joueurs de classe qui ont concouru à l’Open d’Écosse.

Il a reçu en bonne et due forme une interdiction de douze ans antidatée au début de sa suspension et qui courra jusqu’au 12 octobre 2024, jour de son 50e anniversaire. Bref, il ne troublera pas le Creuset pour le reste de sa carrière à moins qu’il ne décide qu’il veut regarder l’une de leurs productions théâtrales.

En toute honnêteté, il n’y avait rien de suspect dans la façon dont il a démoli Grey 9-2, mais il n’y avait rien non plus pour étouffer les bâillements.

Et bien que le joueur perdant ait produit une transformation remarquable la saison suivante lorsque Gray a remporté le dernier événement à avoir lieu à l’AECC – avec un succès 9-7 contre Mark Selby – cela a prouvé la fin de la route.

En 2004, le lieu a été transféré au SECC à Glasgow, où Jimmy White a grincé à la maison contre le regretté Paul Hunter dans une confrontation passionnante qui est allée à la 16e image et a présenté une gamme d’échanges spectaculaires.

Et c’était la fin du tournoi jusqu’en 2012.

Quelle est la cote d’Hendry dans le sport écossais?

Stephen Hendry a échoué dans sa candidature pour se qualifier pour le championnat du monde de cette année, mais il n’y a aucun doute sur sa place dans les livres d’histoire.

Pendant plus d’une décennie, il a été le plus grand interprète de son domaine, et peut-être le meilleur à avoir jamais honoré le tapis vert.

En effet, il y a des raisons de prétendre qu’il fait partie des meilleurs talents sportifs que son pays ait jamais produits, compte tenu de ses sept titres mondiaux et de sa domination totale dans les années 1990.

La litanie de statistiques – les ruptures du 776 siècle, 36 victoires de tournois de classement et 11 compétitions 147 «maximums» – ne fait que renforcer le pedigree de l’homme né à South Queensferry en 1969, à peine 10 jours après Michael Schumacher, qui a également remporté sept titres mondiaux. championnats, mais l’a fait avec beaucoup plus de controverses et de sales tours que Hendry ne l’a jamais fait.

Jim Baxter a été embrassé par les fans après la victoire 3-2 de l’Écosse à Wembley en 1967.

À tous égards, ses réalisations sont exemplaires. Devrions-nous le placer à côté d’un Jimmy Johnstone ou Jim Baxter et conclure qu’il lui manquait la joie de vivre innée de ce duo? Ou la domination de Hendry sur sa vocation s’est-elle produite avant que le snooker ne soit transformé en un passe-temps véritablement international?

Je peux déjà envisager les protestations des pétroliers, qui se battront au coin de Jackie Stewart et Jim Clark, tandis que les passionnés de boxe pointeront vers Ken Buchanan et les amateurs olympiques pleureront hourra pour Allan Wells et David Wilkie, Eric Liddell et Sir Chris Hoy.

Ensuite, bien sûr, il y a Andy Murray: mon propre numéro 1 personnel.

Andy Murray avec le trophée de Wimbledon en 2013.

Mais, quels que soient les dons puissants de tous ces personnages excitants, aucun d’entre eux n’a saisi son sport par la peau du cou et n’a évincé la vie des prétendants challengers avec plus d’intensité – et sur une période aussi longue – comme Hendry dans son pompe.

Il a remporté son premier tournoi majeur en 1987 lorsqu’il a battu Dennis Taylor et s’est dûment lancé dans une destruction effrénée de quiconque se tenait sur son chemin jusqu’à l’aube du nouveau millénaire.

En termes de n’importe qui, il a été l’un des plus grands.

[ad_2]

Laisser un commentaire