Ce qu’il faudra pour que les Guptas soient accusés de corruption en Afrique du Sud – SABC News

[ad_1]

Maintenant que Rajesh et Atul Gupta ont été arrêtés aux Émirats arabes unis (EAU), il y a beaucoup de spéculations quant au moment où les frères pourraient finalement mettre le pied sur le sol sud-africain pour faire face à des accusations de blanchiment d’argent et d’autres crimes financiers.

Les frères sont les chevilles ouvrières présumées derrière la capture de l’État en Afrique du Sud – la corruption massive et la réaffectation des organes de l’État à des fins privées pendant le règne ruineux de leur ami, l’ancien président Jacob Zuma. Ils ont fui l’Afrique du Sud pour Dubaï en avril 2016.

La commission judiciaire sur la capture et la corruption de l’État – Commission Zondo – a constaté que la famille Gupta avait un accès considérable à Zuma, influençant les décisions politiques, telles que les nominations ministérielles et la dotation en personnel dans les diverses entreprises publiques, et la réorganisation du service des recettes pour faire progresser leur intérêts financiers.

Les preuves présentées dans les rapports de la Commission Zondo offrent des détails substantiels, chronologiques et narratifs. Cela aidera les procureurs à monter des affaires de fraude, de blanchiment d’argent et une foule d’autres crimes financiers contre des personnes nommées, y compris Rajesh et Aptul Gupta.

Cela signifie que les Sud-Africains sont désormais conscients, ayant reçu des informations considérables et très détaillées, des malversations financières qui ont été perpétrées pendant plus d’une décennie ou plus.

Malgré cela, il n’y a eu que quelques arrestations, et même un plus petit nombre de poursuites. Faire comparaître les Guptas au tribunal enverra un signal fort indiquant que le temps de l’impunité est révolu.

La probabilité que les frères soient finalement contraints de faire face à leurs crimes présumés dépend de la solidité de l’affaire contre eux et de l’habileté des procureurs. Jusqu’à présent, il est clair qu’il existe un dossier très solide contre les frères. Mais le jury est toujours sur la capacité des procureurs du pays à faire du bon travail.

Néanmoins, il est important de comprendre que la prise en compte des Guptas peut prendre un certain temps.

Un processus laborieux

L’arrestation d’un suspect en exécution d’une ordonnance d’extradition signale généralement une victoire juridique préliminaire pour le pays requérant. Une fois que le fugitif est en garde à vue, une procédure formelle peut être entamée pour que le suspect soit traduit en justice.

Mais la victoire est généralement de courte durée. En effet, le processus d’extradition est long et se déroule souvent par à-coups. Il peut en effet s’écouler des années avant que le suspect soit traduit en justice.

Un exemple international récent est le cas de l’extradition de Julian Assange du Royaume-Uni vers les États-Unis pour faire face à des accusations d’espionnage, qui est en cours depuis plus d’une décennie. Assange a utilisé des contestations judiciaires et des mesures extrajudiciaires (réfugié à l’ambassade d’Équateur à Londres) pour arrêter son extradition.

Plus près de chez nous, c’est le cas de l’ancien ministre des Finances du Mozambique, Manuel Chang, qui est recherché à la fois au Mozambique et aux États-Unis pour corruption portant sur 2 milliards de dollars. La Haute Cour de Johannesburg a décidé que Chang, qui est en prison en Afrique du Sud depuis 2018, doit être extradé vers les États-Unis pour y être jugé.

Il est probable que les Guptas utiliseront les systèmes judiciaires des Émirats arabes unis et d’Afrique du Sud pour retarder le jour du règlement des comptes. Ils sont également susceptibles de chercher des alternatives politiques ou diplomatiques pour ne pas être jugés en Afrique du Sud.

Celles-ci pourraient inclure, par exemple, la demande d’intervention des gouvernements indien ou des Émirats arabes unis pour rechercher un règlement juridique qui pourrait impliquer la restitution de leurs revenus prétendument mal perçus en échange du retrait des accusations.

Boîtier solide

La première condition préalable pour garantir la présence des frères au tribunal serait une affaire à toute épreuve par l’Autorité nationale des poursuites d’Afrique du Sud. Cela doit résister à l’examen judiciaire sud-africain et émirati. Une telle affaire devrait être construite sur un ensemble de preuves irréfutables, y compris des documents sous serment, des dossiers financiers, des témoignages et une chronologie irréprochable des méfaits.

Un tel cas à l’épreuve des balles est décrit en détail dans les rapports de la Commission Zondo. Les rapports ont décrit comment les amis et associés de Zuma ont détourné des milliards de rands des entreprises parapubliques vers des comptes offshore, principalement à la demande de la famille Gupta.

Un exemple frappant est l’achat par Transnet, l’entreprise parapublique de transport, de locomotives inadaptées, en violation des lois et politiques d’approvisionnement de l’État, et avec des pots-de-vin prétendument énormes pour les Guptas. Un autre exemple est la multitude d’activités criminelles à Eskom, la compagnie d’électricité, qui auraient été entièrement conçues pour profiter à la famille Gupta et à ses facilitateurs au sein du parti au pouvoir.

Ces crimes financiers ont eu plusieurs effets délétères sur l’Afrique du Sud. Ils ont privé les Sud-Africains des ressources sociales et économiques de base (électricité, transport) dont ils ont besoin pour mener une vie décente. Même avec des poursuites, cela peut prendre des années (voire pas du tout) pour récupérer l’argent volé.

En bref, l’empreinte Gupta est partout sur les milliers de pages du rapport de la Commission Zondo. La tâche revient maintenant au NPA de développer un dossier irréprochable contre Rajesh et Aptul Gupta.

Procureurs

La deuxième condition préalable pour garantir le retour des Gupta en Afrique du Sud pour faire face aux accusations est la manipulation adroite et le succès ultime des procureurs à l’emporter sur les nombreuses contestations judiciaires qui seront certainement soulevées par les frères Gupta.

Cela aide que les frères aient perdu leur énorme influence et leur accès à la présidence sud-africaine et à d’autres hauts responsables politiques de l’ANC avec l’élection de Cyril Ramaphosa à la tête du parti en 2017 et à la présidence nationale en 2018.

Le jury n’a toujours pas déterminé si l’Autorité nationale des poursuites, qui a été supprimée dans le cadre du projet de capture de l’État, a la capacité de poursuivre avec succès les personnes impliquées dans les rapports de la Commission Zondo.

Malgré la nomination d’une nouvelle direction il y a trois ans et le soutien officiel du président Ramaphosa, l’agence continue d’être sous-financée. Le bilan jusqu’ici n’inspire pas confiance.

Les poursuites contre les personnes nommées dans les rapports de la Commission Zondo restent ternes. Il en est ainsi malgré l’engagement public pris par les procureurs à la suite des rapports de la Commission Zondo.

Pourtant, les espoirs des Sud-Africains que l’État réussisse à poursuivre ceux qui ont commis des crimes financiers atroces restent élevés. Malgré son bilan décevant, le ministère public a donné une bouée de sauvetage juridique vitale par les rapports de la Commission Zondo, avec leur liste détaillée et la description des crimes commis.

L’autorité chargée des poursuites a également enrôlé certains des principaux esprits juridiques du pays du secteur privé dans les efforts visant à extrader les Guptas et à poursuivre les cas de capture par l’État. Cela augure bien pour s’assurer que les frères Gupta feront face à des accusations devant un tribunal sud-africain.

Conclusion

Les procureurs sud-africains devraient saisir la bouée de sauvetage fournie par la Commission Zondo et l’ajout de talents juridiques compétents pour revigorer une institution en difficulté.

Le succès des poursuites contre les Guptas et les autres personnes impliquées dans la capture de l’État sera bon pour la réputation des procureurs. Ce sera aussi bon pour le pays – en termes économiques et politiques. Leur succès sera apprécié non seulement localement, mais pourrait servir de modèle pour poursuivre la corruption en Afrique – et dans le monde.La conversation

Penelope Andrews, professeur de droit, Faculté de droit de New York

Cet article est republié de The Conversation sous une licence Creative Commons. Lire l’article d’origine.

[ad_2]

Laisser un commentaire