Sans relâche : le redémarrage remet sur les rails les anciens combattants blessés

[ad_1]

Boaz Hochstein, 31 ans, est né à Jérusalem en 1992, mais selon son « Ptzihuldet » – anniversaire de blessure – il n’a que 9 ans.

« C’est un autre anniversaire », a déclaré Hochstein à CTech avec un large sourire. « C’est comme renaître. Quand les gens me demandent mon âge, j’aime dire que j’ai 22 et 9 ans parce que c’est comme ça que ma vie s’est divisée.

Hochstein est COO de Redémarrer le monde, une organisation à but non lucratif qui aide les soldats blessés des Forces de défense israéliennes (FDI) à reprendre leur vie après un traumatisme physique et/ou émotionnel résultant de leur service obligatoire ou de leur service de réserve. Mais pour vraiment comprendre qui est Hochstein et ce que fait Restart, il faut remonter neuf ans en arrière.

3 Voir la galerie

Redémarrer l'équipe MeitalRedémarrer l'équipe Meital

Redémarrez l’équipe.

(Yonatan Maoz)

En juillet 2014, alors qu’il était commandant de char de Tsahal et sergent de peloton, l’unité de Hochstein a été parmi les premières envoyées à travers la frontière de Gaza dans le cadre de l’opération Bordure Protectrice. Au cours d’intenses combats dans le quartier densément peuplé de Shuja’iyya, dans la ville de Gaza – un centre terroriste du Hamas, à partir duquel plus de 100 roquettes avaient été tirées sur Israël au cours des seules semaines précédentes – son unité a été bombardée par les tirs ennemis. Le char de Hochstein a été touché directement. Boaz a été grièvement blessé aux deux bras et a été évacué vers le centre médical Sheba à Tel Hashomer dans un état critique.

« J’ai été projeté hors du char et j’ai presque perdu mon bras », raconte Hochstein, soulignant qu’il était conscient tout le temps. « Heureusement, les chirurgiens de Sheba ont pu le rattacher et le reconstruire. »

3 Voir la galerie

Boaz Hochstein, COO, redémarrageBoaz Hochstein, COO, redémarrage

Redémarrer le COO Boaz Hochstein

(Courtoisie)

« Un groupe de soutien instantané »

Hochstein a été hospitalisé à Sheba pendant une année complète au cours de sa rééducation (puis est revenu deux fois par semaine en cure de désintoxication pendant les 2,5 années suivantes). Au début de son traitement, Sheba a évacué les patients civils du service de rééducation et l’a rempli de soldats blessés du Bordure Protectrice.

«C’est devenu instantanément un groupe de soutien géant», se souvient Hochstein. « Nous, les 150 soldats blessés, sommes devenus très proches les uns des autres – et nous le sommes toujours – et notre nombre ne cesse de croître. »

C’est durant cette période que les graines de Restart ont été semées pour la première fois.

« Le public israélien nous a vraiment accueillis favorablement pendant notre réhabilitation. Ils nous ont permis de nous sentir utiles, essentiels et de nouveau jeunes – même si nous n’étions pas si vieux au départ », a déclaré Hochstein avec un sourire narquois. « Ils nous emmenaient passer une journée amusante ou nous apportaient à manger, parfois des musiciens célèbres venaient jouer pour nous, tout pour nous oublier la douleur pendant un petit moment. »

Alors, comment Restart en est-il sorti ?

« Certains des bénévoles qui sont venus nous rendre visite étaient issus des secteurs de la haute technologie et des affaires. Ils ont rapidement réalisé qu’ils voulaient faire plus que simplement nous rendre visite et nous remonter le moral. Dans le même temps, bon nombre de soldats blessés en rééducation qui faisaient partie de mon groupe sortaient progressivement de l’hôpital. Une fois sortis de l’hôpital, ils ressentirent un grand vide. Le groupe de soutien très uni qui nous entourait avait disparu. C’est devenu beaucoup plus difficile à gérer.

Donc, dans un sens, c’était une tempête parfaite ?

« Oui, mais de manière positive. Les techniciens et les hommes d’affaires avaient beaucoup de compétences, de connaissances et d’aptitudes et cherchaient à faire quelque chose de plus significatif pour les soldats blessés tandis que nous, les soldats, cherchions quelque chose pour nous aider au-delà de ce qui était proposé. Nous voulions de l’aide pour retrouver notre place dans la société. Ainsi, avec ces dirigeants enthousiastes du monde des affaires et de la technologie, nous avons commencé à organiser des ateliers et des conférences à l’hôpital. Ces initiatives sociales ont donné naissance au programme Mentors (qui a débuté en 2016), puis au programme Makers (2018), qui, avec Storytellers et Careers, sont désormais les programmes phares de notre organisation, Restart.

« C’est très intuitif. Notre objectif est d’améliorer le bien-être physique, émotionnel et social des anciens combattants blessés, des jeunes hommes et femmes qui ont tant de raisons de vivre. Restart les aide à « redémarrer » leur vie sur une voie positive.

Plus de 300 soldats ont servi – et ce n’est pas fini

Officiellement fondée en 2018, Restart est basée à Tel Aviv et emploie six travailleurs et est soutenue par son armée dévouée de 400 bénévoles. Au total, plus de 300 soldats blessés ont participé aux programmes de Restart. Noam Dadon, qui a également été blessé lors de l’opération Bordure protectrice en juillet 2014 (deux jours seulement après Hochstein), est co-fondateur de Restart et PDG.

Qu’est-ce que Makers for Heroes ?

« Makers for Heroes est une initiative remarquable dont le but est de responsabiliser les anciens combattants blessés grâce à une technologie de pointe et à des innovations spécifiquement adaptées aux rêves et aux obstacles auxquels ils sont confrontés dans leur vie quotidienne. Pour y parvenir, nous collaborons avec de grandes entreprises israéliennes, depuis les leaders financiers, dont la Banque Hapoalim, jusqu’aux sociétés de défense Rafael et Elbit, en passant par les leaders technologiques AppsFlyer, Wix, et bien plus encore.

Le programme, d’une durée de 8 mois, mobilise des équipes bénévoles de « Makers » (ingénieurs, programmeurs, designers, médecins, kinésithérapeutes, etc.) qui unissent leurs forces pour créer des solutions technologiques innovantes et inexistantes sur le marché pour aider les soldats blessés à surmonter leur handicap. . Le processus comprend plusieurs hackathons et à la fin des 8 mois, la solution est présentée au vétérinaire blessé.

« Puisque nous nous basons sur les défis spécifiques du vétéran blessé, nous encourageons ce dernier à être impliqué tout au long du processus », a expliqué Hochstein. « Le fait de s’impliquer ajoute vraiment au sentiment de capacité et de valeur des anciens combattants blessés, ils ont le sentiment de faire partie du projet. De plus, pour les équipes, cela aide aussi. Nous encourageons également que la solution ne ressemble pas à un appareil de rééducation, que les concepteurs la fassent apparaître comme quelque chose que le destinataire voudrait porter ou utiliser, l’apparence compte.

Peux-tu donner quelques exemples?

« Cette année, nous avons aidé Tzachi, un ancien combattant blessé à la jambe et qui a développé le SDRC (syndrome douloureux régional complexe) il y a une vingtaine d’années. Lorsqu’il est venu nous voir, il utilisait une béquille médicale qui ne fonctionnait pas pour lui. Cela tordait tout son corps alors qu’il essayait de trouver l’équilibre, ce qui affectait complètement sa vie. Il ne pouvait pas travailler, il ne pouvait pas rester de bonne humeur et la vie de famille était difficile pour lui. Mais nous nous sommes associés à Elbit et l’équipe a produit un corset incroyable qui permet à Tzachi de marcher à nouveau. Nous travaillons maintenant avec lui sur une thérapie visant à renforcer ses muscles, à les reconstruire et à le redresser à nouveau – au propre comme au figuré. Je suis heureux d’annoncer qu’il a trouvé un emploi et qu’il l’a conservé au cours des 3 derniers mois. Il a également retrouvé de bonnes relations avec sa famille. Il est un excellent exemple du pouvoir de Makers for Heroes. Oui, le défi était de fabriquer un appareil orthopédique pour une personne, Tzachi, afin qu’il puisse à nouveau marcher, mais l’effet a été bien plus grand – sur Tzachi physiquement et mentalement, sur sa capacité à travailler et sur sa famille. Cela change la vie. Et l’équipe continue avec Tzachi tout au long de son voyage, en l’emmenant chez les médecins, en le soutenant en physiothérapie, etc. Nous faisons la différence. Il s’agit d’une solution globale et pas seulement d’un produit ou d’un appareil à emporter chez soi.

3 Voir la galerie

Tzachi - RedémarrerTzachi - Redémarrer

Tzachi, vétéran blessé de Tsahal, à Makers for Heroes de Restart

(Photo de : Yonatan Maoz)

Un autre exemple est Meital, 46 ans, marié, père de 3 enfants et vivant à Rehovot. Ingénieur chimiste, elle a servi dans le corps du renseignement. Meital adore marcher et faire des voyages avec ses enfants, mais à cause de sa blessure, elle souffre de nombreuses douleurs qui limitent son côté gauche. L’équipe Meital de Makers for Heroes, composée d’ingénieurs d’Elbit Systems et soutenue par MEU, a développé un véhicule spécial grâce auquel elle peut réaliser son rêve de voyager avec ses enfants en ville et à la campagne avec facilité et confort.

Donc, c’est un produit pour un vétérinaire blessé à la fois ?

« Oui, mais nous évaluons également si la solution est viable pour une plus grande variété de maladies ou de vétérans blessés. Si tel est le cas, nous travaillons à les reproduire. Par exemple, l’année dernière, nous avons produit quelque chose de commercialisable que nous avons fourni cette année à 50 anciens combattants blessés. C’est un support de béquille magnétique. Imaginez que vous avez une béquille dans chaque main et que vous voulez tenir une tasse de café. C’est un vrai défi. Ce produit est un aimant spécialement conçu qui relie les deux béquilles entre elles et permet le mouvement avec une seule béquille. Encore une fois, la raison pour laquelle nous devons créer quelque chose comme ça est qu’il n’existe pas de telles solutions sur le marché parce que ces problèmes sont trop spécifiques ou négligés.

De mentors à conteurs

Outre Makers for Heroes, l’autre branche de Restart se concentre sur le développement personnel, la croissance personnelle et la croissance de carrière. Le programme Mentors de Restart associe des vétérans blessés en tête-à-tête avec des cadres des secteurs de la haute technologie et des affaires en Israël et propose 12 sessions sur six mois pour former les mentorés à diverses compétences. Le programme Carrières vise à aider les vétérans blessés à trouver, à intégrer et à conserver un emploi, en les accompagnant tout au long du processus. Enfin, le programme Storytellers aide les vétérans blessés à apprendre à raconter leur histoire personnelle et à l’utiliser à la fois de manière auto-thérapeutique et à gagner un revenu en partageant leur histoire.

« En Israël, nous avons un chemin de vie très clair pour nos jeunes », a expliqué Hochstein. « Vous obtenez votre diplôme d’études secondaires, vous allez dans l’armée, vous partez peut-être en voyage à l’étranger après l’armée, vous allez à l’université, puis vous commencez votre carrière et votre vie. Quand on est blessé dans Tsahal, tout s’arrête. C’est traumatisant. Soudain, votre progression est stoppée et vous êtes éjecté de ce chemin. Vos pairs progressent sur la voie attendue et vous êtes en rééducation. C’est un chemin parallèle, mais il avance à un rythme plus lent. Lorsque vous terminez enfin votre rééducation, vos pairs ont évolué et vous êtes toujours en retard. Lorsque vous essayez de revenir sur le chemin, vous n’avez plus 22 ans, vous avez 27, 28 ans ou peut-être plus. Chez Restart, nous visons à combler cet écart, à donner aux anciens combattants blessés l’ensemble des compétences dont ils ont besoin, y compris le sentiment de capacité et d’estime de soi pour reprendre le chemin et le traverser.

Quel est votre plus grand défi maintenant ?

« La collecte de fonds a été un défi, en particulier dans le climat actuel et dans la façon dont Israël est perçu dans le monde entier. Mais Restart aide tous les vétérans blessés de Tsahal, quels que soient leur sexe, leur religion ou leur origine culturelle, et c’est un argument de vente solide. Et bien sûr, nos nombreuses réussites inspirantes ont un impact puissant sur les donateurs potentiels.

Quel est votre rêve pour Restart ?

« J’aimerais que nous n’ayons plus d’anciens combattants blessés à servir, car ils seraient tous aidés ou, dans un monde de rêve, il n’y aurait plus d’anciens combattants blessés du tout. Mais en réalité, mon rêve pour Restart est de le voir grandir, s’étendre et toucher la vie d’un plus grand nombre d’anciens combattants blessés. Je veux que chaque vétéran blessé de Tsahal puisse reconstruire sa vie.

« Le nom officiel de notre organisation est « Restart Global », j’espère donc que nous inspirerons des initiatives similaires pour les anciens combattants blessés du monde entier, car les blessures sont universelles. Un soldat blessé en Israël n’est pas différent d’un soldat blessé dans d’autres pays. Les blessures peuvent être différentes, mais les défis auxquels ils sont confrontés sont les mêmes. »

[ad_2]

Laisser un commentaire