Rupture de contrat

[ad_1]

Qu’est-ce qu’une rupture de contrat ?

Une rupture de contrat est une violation de l’un des termes et conditions convenus d’un contrat contraignant. La violation peut aller d’un retard de paiement à une violation plus grave, telle que le défaut de livraison d’un bien promis.

Un contrat est contraignant et aura du poids s’il est porté devant les tribunaux. S’il peut être prouvé qu’un contrat a été rompu, le recours consiste généralement à donner à la victime ce qui lui a été initialement promis. Une rupture de contrat n’est pas considérée comme un crime ou même un délit civil, et des dommages-intérêts punitifs sont rarement accordés pour non-exécution des obligations promises.

Points clés à retenir

  • Une rupture de contrat se produit lorsqu’une partie à un accord contraignant ne parvient pas à livrer conformément aux termes de l’accord.
  • Une rupture de contrat peut se produire à la fois dans un contrat écrit et dans un contrat oral.
  • Les parties impliquées dans une rupture de contrat peuvent résoudre le problème entre elles ou devant un tribunal.
  • Il existe différents types de ruptures de contrat, y compris une rupture mineure ou substantielle et une rupture réelle ou anticipée.
  • Une rupture de contrat n’est pas considérée comme un crime ou même un délit et donne rarement lieu à une compensation monétaire supplémentaire.

Comprendre une rupture de contrat

Une rupture de contrat se produit lorsqu’une partie rompt les termes d’un accord entre deux ou plusieurs parties. Cela inclut lorsqu’une obligation stipulée dans le contrat n’est pas remplie à temps – vous êtes en retard avec un paiement de loyer – ou lorsqu’elle n’est pas remplie du tout – un locataire quitte son appartement en raison de six mois d’arriérés de loyer.

Parfois, le processus de traitement d’une rupture de contrat est écrit dans le contrat original. Par exemple, un contrat peut stipuler qu’en cas de retard de paiement, le contrevenant doit payer des frais de 25 $ en plus du paiement manqué. Si les conséquences d’une violation spécifique ne sont pas incluses dans le contrat, les parties concernées peuvent alors régler la situation entre elles, ce qui pourrait conduire à un nouveau contrat, à un jugement ou à un autre type de résolution.

Types de ruptures de contrat

On peut considérer une rupture de contrat comme mineure ou importante :

  • Infraction mineure: Une « infraction mineure » se produit lorsque vous ne recevez pas un article ou un service à la date d’échéance. Par exemple, vous apportez un costume à votre tailleur pour un ajustement personnalisé. Le tailleur promet (un contrat oral) qu’il livrera le vêtement ajusté à temps pour votre présentation importante mais, en fait, il le livre un jour plus tard.
  • Violation substantielle: Une « violation matérielle » est lorsque vous recevez quelque chose qui est différent de ce qui était indiqué dans l’accord. Supposons, par exemple, que votre entreprise passe un contrat avec un fournisseur pour livrer 200 exemplaires d’un manuel relié pour une conférence sur l’industrie automobile. Mais lorsque les boîtes arrivent sur le site de la conférence, elles contiennent à la place des brochures sur le jardinage.

De plus, une rupture de contrat relève généralement de l’une des deux catégories suivantes :

  • Infraction réelle: Lorsqu’une partie refuse d’exécuter pleinement les termes du contrat.
  • Violation anticipée: Lorsqu’une partie déclare à l’avance qu’elle ne respectera pas les termes du contrat.

Questions juridiques concernant une rupture de contrat

Un demandeur, la personne qui intente une action en justice en alléguant qu’il y a eu rupture de contrat, doit d’abord établir qu’un contrat existait entre les parties. Le demandeur doit également démontrer comment le défendeur – celui contre qui une réclamation ou une accusation est portée devant un tribunal – n’a pas satisfait aux exigences du contrat.

Le contrat est-il valide ?

Le moyen le plus simple de prouver qu’un contrat existe est d’avoir un document écrit signé par les deux parties. Il est également possible d’appliquer un contrat verbal, bien que certains types d’accords nécessitent encore un contrat écrit pour avoir un poids juridique. Ces types de contrats comprennent la vente de biens pour plus de 500 $, la vente ou le transfert de terrain et les contrats qui restent en vigueur pendant plus d’un an après la date à laquelle les parties signent l’accord.

Les tribunaux examineront les responsabilités de chaque partie au contrat pour déterminer si elles ont rempli leurs obligations. Les tribunaux examineront également le contrat pour voir s’il contient des modifications qui auraient pu déclencher la violation alléguée. En règle générale, le demandeur doit informer un défendeur qu’il est en rupture de contrat avant de passer à une procédure judiciaire.

Causes possibles de la violation

Le tribunal évaluera s’il y avait ou non une raison légale pour la violation. Par exemple, le défendeur pourrait prétendre que le contrat était frauduleux parce que le demandeur a fait une fausse déclaration ou dissimulé des faits importants.

Le défendeur pourrait alternativement faire valoir que le contrat a été signé sous la contrainte, ajoutant que le demandeur les a contraints à signer l’accord en proférant des menaces ou en utilisant la force physique. Dans d’autres cas, il peut y avoir eu des erreurs commises à la fois par le demandeur et le défendeur qui ont contribué à la violation.

Dommages et recours légaux

D’une manière générale, l’objectif du droit des contrats est de garantir que toute personne lésée se retrouve essentiellement dans la même situation économique qu’elle aurait été en l’absence de rupture. Une rupture de contrat n’est pas considérée comme un crime ou même un délit, et des dommages-intérêts punitifs sont rarement accordés pour non-exécution des obligations promises, les paiements étant limités aux chiffres indiqués dans le contrat.

En d’autres termes, si après avoir terminé un travail pour lequel un contrat prévoyait que vous seriez payé 50 000 $, vous ne receviez que 20 000 $, vous pourriez recevoir des dommages-intérêts de 30 000 $.

Normalement, une partie dont le contrat a été rompu ne peut pas réclamer plus que l’argent qui lui était initialement dû, comme indiqué dans le contrat.

La doctrine des dommages-intérêts fondés sur la confiance offre toutefois certaines exceptions dans des circonstances très précises. Des dommages-intérêts pécuniaires supplémentaires peuvent être accordés s’il peut être prouvé que la confiance dans l’exécution du contrat a déclenché d’autres dépenses connexes, telles que l’achat d’équipement de sauveteur sur la base de l’hypothèse énoncée dans le contrat qu’une piscine serait construite.

Dans de tels cas, les personnes lésées ne recevront des dommages-intérêts supplémentaires que si elles ont fait de leur mieux pour se sortir de cette situation défavorable, comme, par exemple, en vendant l’équipement de sauvetage.

Économie d’une rupture de contrat

Sur le plan économique, les coûts et les avantages du maintien d’un contrat ou de sa rupture déterminent si l’une ou les deux parties ont une incitation économique à rompre le contrat. Si le coût net prévu pour une partie de la rupture d’un contrat est inférieur au coût prévu de son exécution, alors cette partie a une incitation économique à rompre le contrat. À l’inverse, si le coût de l’exécution du contrat est inférieur au coût de sa rupture, il est logique de le respecter.

De plus, lorsque le coût attendu pour chaque partie du suivi d’un contrat est supérieur au bénéfice attendu, les deux parties sont incitées à renoncer à la transaction en premier lieu ou à convenir mutuellement d’annuler le contrat. Cela peut se produire lorsque le marché pertinent ou d’autres conditions changent au cours du contrat.

Exemple de rupture de contrat mutuellement bénéfique

Un agriculteur s’engage au printemps à vendre des raisins à une cave à l’automne, mais au cours de l’été, le prix de la gelée de raisin augmente et le prix du vin baisse. La cave ne peut plus se permettre de prendre les raisins au prix convenu et le viticulteur pourrait recevoir un prix plus élevé en vendant à une usine de gelée. Dans ce cas, il peut être dans l’intérêt à la fois de l’agriculteur et de la cave de rompre le contrat.

Si les parties devaient maintenir le contrat, l’agriculteur raterait une occasion de vendre à des prix plus élevés et le viticulteur souffrirait en payant plus qu’il ne peut se permettre, compte tenu de ce qu’il recevrait pour le vin résultant au nouveau prix du marché. . Les consommateurs seraient également punis ; la variation des prix relatifs de la gelée de raisin et du vin signale que les consommateurs veulent plus de gelée et moins de vin.

Les économistes reconnaissent que le maintien de ce contrat (faire plus de vin et moins de gelée, contrairement à la demande des consommateurs) serait économiquement inefficace pour la société dans son ensemble. Rompre ce contrat serait donc dans l’intérêt de tous ; l’agriculteur, le viticulteur, le gélifiant et les consommateurs.

Effets sociétaux de la rupture de contrat

Il se peut également qu’une rupture de contrat soit dans l’intérêt de la société dans son ensemble, même si elle n’est pas favorable à toutes les parties au contrat. Si le coût net total de la rupture d’un contrat pour toutes les parties est inférieur au coût net pour toutes les parties du respect du contrat, alors il peut être économiquement efficace de rompre le contrat, même si cela aboutit à ce qu’une (ou plusieurs) parties au contrat contrat étant lésé et aggravé économiquement.

Ceci est un exemple de ce que les économistes appellent l’efficacité de Kaldor-Hicks : si les gains du gagnant résultant de la rupture du contrat l’emportent sur les pertes du perdant, alors la société dans son ensemble peut être mieux lotie en rompant le contrat.

Qu’est-ce qui est considéré comme une rupture de contrat ?

Une rupture de contrat se produit lorsqu’une partie ne remplit pas ses obligations telles que décrites dans le contrat. Cela pourrait inclure quelque chose de relativement mineur, comme un retard de paiement de quelques jours ou quelque chose de plus grave.

Quels sont les 4 types de ruptures de contrat ?

Les ruptures de contrat se répartissent généralement en quatre catégories : mineures, matérielles, réelles et anticipées.

La rupture d’un contrat est-elle un crime ?

La violation d’un contrat n’est généralement pas considérée comme une infraction pénale à moins qu’elle n’implique quelque chose comme une fraude. Il est considéré comme une affaire entre des parties privées plutôt que comme quelque chose qui affecte la société dans son ensemble.

Quelles sont les conséquences d’une rupture de contrat ?

Ça dépend. D’une manière générale, s’il peut être prouvé qu’il y a eu un contrat et qu’il a été violé, la partie lésée devrait être laissée dans la même situation économique qu’elle aurait eue s’il n’y avait pas eu de rupture.

L’essentiel

Les contrats sont spécifiquement conçus pour être respectés et donner la tranquillité d’esprit à toutes les parties à l’accord. Cependant, il existe des cas où elles ne sont pas respectées et une solution doit être trouvée pour remédier à un manquement aux obligations promises.

Bien qu’il ne s’agisse pas strictement d’un crime, un contrat est là pour être honoré – à moins que toutes les parties n’acceptent d’y renoncer – et il n’est pas particulièrement facile de s’en sortir. La sanction en cas de manquement peut déjà être décrite dans le contrat lui-même. Alternativement, une résolution peut devoir être trouvée, ce qui peut obliger le contrevenant à respecter son engagement initial.

[ad_2]

Laisser un commentaire