Renault Mégane E-Tech Compact Crossover est le plus récent VE de France


  • La Renault Mégane à longue durée de vie du marché européen dispose désormais d’une version crossover électrique, lancée au salon de l’auto IAA de Munich, en Allemagne.
  • L’E-Tech offre un choix de puissances, 128 ou 215 chevaux, utilisant un moteur que l’on retrouve également dans la Nissan Leaf. Ce n’est pas un démon de la vitesse, avec une vitesse de pointe de 100 mph, mais il peut remorquer jusqu’à 663 livres.
  • Le principal rival apparent de cet élégant véhicule électrique sur le marché européen est la Volkswagen ID.3.

    Il est si facile de craquer pour une voiture avec un accent dans son nom. Le constructeur automobile français Renault produit la Mégane depuis 1995, à travers quatre générations et plusieurs styles de carrosserie. Aucun d’entre eux n’a jamais atteint officiellement les États-Unis. Pourtant, nous n’avons pas pu résister à vous parler de celle-ci, la très belle nouvelle Mégane E-Tech qui a été lancée cette semaine au salon de l’auto IAA de Munich, en Allemagne.

    La Mégane ordinaire se présente sous la forme d’une berline à hayon, d’une berline et d’une familiale, mais l’E-Tech est devenue un multisegment plus grand avec ses roues poussées vers chaque coin, bien que seul son essieu avant soit motorisé. Il a une longueur relativement compacte de 165,8 pouces et repose à la fois sur un empattement de 106,3 pouces et sur la nouvelle plate-forme CMF-EV de Renault. Une batterie extra-faible se trouve sous le sol, et la société est particulièrement fière qu’elle ne mesure que 4,3 pouces de profondeur.

    Un ajout habituel et louable est la fonction « Accès pompier », qui est censée faciliter la tâche aux premiers intervenants en cas d’incendie ou d’accident. Renault a déclaré que la fonctionnalité, développée en collaboration avec les pompiers français, permet d’éteindre un incendie de batterie en aussi peu que cinq minutes, contre jusqu’à trois heures pour les autres véhicules électriques. L’E-Tech dispose d’un interrupteur sous les banquettes arrière pour « permettre aux équipes de secours de déconnecter la batterie du circuit haute tension du véhicule », précise Renault. Il y a aussi un code QR sur le pare-brise du véhicule qui, lorsqu’il est scanné, peut donner aux premiers intervenants des informations sur l’emplacement de la batterie et des airbags et des instructions pour extraire les occupants blessés du véhicule rapidement et en toute sécurité.

    Deux capacités de batterie seront proposées, 40,0 et 60,0 kWh, donnant, respectivement, 186 miles et 292 miles d’autonomie selon le protocole de test WLTP généralement optimiste de l’Europe. La voiture sera également vendue avec deux sorties de puissance pour son moteur synchrone à excitation électrique, qui a déjà été vu dans la Nissan Leaf : 128 et 215 chevaux (avec des couples de 184 et 221 livres-pied). Ce dernier offre un temps revendiqué de 7,6 secondes de zéro à 62 mph. La vitesse de pointe est limitée à 100 mph. La charge rapide à des vitesses allant jusqu’à 130 kW à partir d’un chargeur CC suffisamment puissant est prise en charge, ce qui permet de faire passer la batterie de 15 à 80 % en 30 minutes. Cette Mégane pèse 3570 livres, mais Renault affirme qu’elle pourra remorquer jusqu’à 663 livres, une compétence relativement inhabituelle pour un véhicule électrique du marché européen.

    Les images de l’intérieur montrent clairement que Renault est entré dans la course aux armements sur la taille de l’écran qui semble avoir éclaté chez les constructeurs automobiles. Il y a deux écrans, celui de 12,3 pouces qui intègre les instruments et relaie les informations de conduite dans une orientation paysage devant le conducteur, plus un écran central de 12,0 pouces dans une configuration portrait de type Tesla. La Mégane E-Tech est également la première Renault à utiliser le système d’exploitation Android Auto de Google. Oh, et l’éclairage LED peut être réglé sur 48 options de couleurs, afin que les conducteurs puissent assortir leurs tenues.

    Un jeu de roues de 18 pouces sera standard, mais des alliages de 20 pouces à remplissage d’arche seront une option. L’E-Tech utilise un système de suspension arrière multibras en plus de son extrémité avant à jambes de force. D’autres caractéristiques de haute technologie incluent un éclairage extérieur à LED, des phares adaptatifs intelligents et un système de stationnement entièrement automatique qui n’exige même pas que le conducteur engage les vitesses avant ou arrière pour manœuvrer dans les espaces.

    Renault n’a pas encore publié de prix européens, mais l’E-Tech sera presque certainement proche de la Volkswagen ID.3, qui semble être son rival le plus évident. Cela semble certainement être une alternative très élégante.

    Ce contenu est créé et maintenu par un tiers, et importé sur cette page pour aider les utilisateurs à fournir leurs adresses e-mail. Vous pourrez peut-être trouver plus d’informations à ce sujet et d’autres contenus similaires sur piano.io

Laisser un commentaire