Mozambique: l’ONU réagit alors que des milliers de personnes sont prises à la suite d’un cyclone dévastateur |

[ad_1]

Le cyclone Eloise a touché terre près de Beira, une grande ville de la province de Sofala, au centre du Mozambique, vers 2 heures du matin samedi (heure locale) avec des vents violents, de fortes pluies et de graves inondations.

Les chiffres préliminaires indiquent qu’au moins six personnes sont mortes et 12 blessées, mais le nombre pourrait augmenter à mesure que davantage d’informations seront disponibles. La tempête a également endommagé plus de 8 800 maisons et au moins 26 centres de santé, et a perturbé les liaisons électriques et de communication.

Selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA), plus de 176 000 personnes ont été touchées, dont plusieurs milliers de déplacées. Des évaluations au sol et aériennes sont en cours.

Jens Laerke, un porte-parole d’OCHA a déclaré aux journalistes lors d’une conférence de presse à Genève que les besoins humanitaires les plus urgents identifiés à ce jour comprennent la nourriture, les tentes, l’eau potable, les kits d’hygiène, le matériel de prévention du COVID-19, les moustiquaires et les couvertures. Il a également appelé à davantage de ressources pour financer la réponse.

«Étant donné que les partenaires humanitaires répondaient déjà à de multiples besoins au Mozambique, notamment le conflit de Cabo Delgado dans le nord et l’impact récent de la tempête tropicale Chalane, il est urgent de disposer de davantage de ressources pour nous assurer que nous pouvons nous développer rapidement pour répondre au cyclone tropical Eloise», il a dit.

Santé et abri

Environ 32 centres d’hébergement pour personnes déplacées ont été ouverts dans la province fortement touchée de Sofala, y compris dans la ville de Beira, offrant un hébergement temporaire à environ 15 000 familles.

Des églises, des mosquées et certains bureaux gouvernementaux abritent également des personnes déplacées, «dont beaucoup ont fui avec à peine plus que les vêtements sur le dos», a déclaré Paul Dillon, un porte-parole de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) des Nations Unies lors du même briefing.

Il a ajouté que les évaluations initiales indiquaient que plus de la moitié des 71 centres de réinstallation abritant des personnes déplacées par le cyclone Idai de 2019, se trouvent dans des zones touchées par le cyclone Eloise.

«Le personnel de l’OIM dérange du savon et une offre limitée de masques en tissu pour les plus vulnérables. Ils fournissent également des informations sur la nécessité de maintenir la distance physique, mais c’est très difficile dans les circonstances actuelles », a déclaré M. Dillon.

Il y a aussi de sérieuses inquiétudes pour les patients atteints de maladies chroniques qui ont perdu leurs médicaments, a-t-il ajouté, notant que l’agence des Nations Unies surveille la situation pour référer ces cas aux établissements de santé, dont beaucoup ont eux-mêmes été endommagés.

UNICEF / Ricardo Franco

Une personne marche le long d’une rue inondée à Beira, au centre du Mozambique, près du site où le cyclone tropical Eloise a touché terre le 23 janvier.

La sécurité alimentaire

Les mois de janvier à mars sont le pic de la période de soudure au Mozambique, lorsque les gens ont le plus de mal à trouver de la nourriture, selon le porte-parole du Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations Unies, Tomson Phiri.

Près de 3 millions de personnes – dans les zones rurales et urbaines – du sud, du centre et du nord du Mozambique étaient déjà confrontées à des niveaux élevés d’insécurité alimentaire avant le cyclone, a-t-il ajouté. La tempête a également inondé de vastes étendues de terres cultivées et détruit les outils agricoles et les semences, suscitant des craintes pour la récolte annuelle prévue en avril, ainsi que pour les replantations au-delà.

«Les gens ont besoin d’une aide alimentaire maintenant pour faire face et auront besoin d’un soutien pour rétablir leurs moyens de subsistance à l’avenir», a déclaré M. Phiri.

Il a ajouté que le PAM disposait d’environ 640 tonnes de vivres dans son entrepôt de Beira, dans le cadre de sa riposte en cours pendant la période de soudure, mais qu’il pouvait être utilisé pour fournir une assistance urgente et vitale dans les zones touchées par le cyclone. .

«Cependant, davantage de ressources seront nécessaires de toute urgence pour que nous puissions organiser une réponse adéquate en temps opportun», a ajouté M. Phiri.

Impact régional

Après avoir traversé le Mozambique, le cyclone tropical Eloise a frappé d’autres pays d’Afrique australe.

Le Zimbabwe a été touché par de fortes pluies, avec des rapports d’inondations et de glissements de terrain localisés, avec des rapports non confirmés suggérant que certaines personnes ont perdu la vie. De fortes pluies et des inondations ont également été signalées en Afrique du Sud, et le Botswana s’attend à des pluies généralisées dans les prochains jours.

Eswatini a également connu de fortes pluies depuis le 23 janvier et la plupart des rivières du pays sont inondées. Plusieurs routes et ponts auraient été endommagés.



[ad_2]

Laisser un commentaire