Macron bat Le Pen aux élections françaises et promet du changement | Actualités électorales


Le président français Emmanuel Macron a remporté un second mandat, battant sa rivale d'extrême droite Marine Le Pen avec une marge confortable au second tour des élections.

Ses partisans ont éclaté de joie dimanche lorsque les résultats sont apparus sur un écran géant au parc du Champ de Mars, près de la tour Eiffel. Les dirigeants de Berlin, Bruxelles, Londres et au-delà ont salué sa défaite face au nationaliste et eurosceptique Le Pen.

Avec presque tous les votes comptés, Macron était en bonne voie pour obtenir un solide 58,6 pour cent des voix, selon les chiffres du ministère de l'Intérieur. Le Pen, la candidate du parti d'extrême droite du Rassemblement National (RN), a obtenu 41,4 pour cent des voix, le plus haut résultat lors de ses trois élections présidentielles infructueuses.

Résultats du 2e tour des ÉLECTIONS INTERACTIVES EN FRANCE
(Al Jazeera)

Dans son discours de victoire, Macron a reconnu que beaucoup avaient voté pour lui uniquement pour empêcher Le Pen d’entrer et a promis de répondre au sentiment de nombreux Français selon lequel leur niveau de vie était en baisse.

« Beaucoup dans ce pays ont voté pour moi non pas parce qu’ils soutiennent mes idées mais pour écarter celles de l’extrême droite. Je veux les remercier et savoir que je leur dois une dette dans les années à venir », a déclaré l’homme de 44 ans.

Affiche YouTube

Il a également promis de s'attaquer à « la colère et aux désaccords » qui ont conduit de nombreux électeurs français à choisir l'extrême droite, affirmant que « ce sera ma responsabilité et celle de mon entourage ».

« Personne en France ne sera laissé de côté », a-t-il poursuivi, s'engageant à être un « président pour tous ».

Macron est le premier président français à remporter un second mandat en 20 ans, mais le résultat de Le Pen marque également le résultat le plus proche que l'extrême droite ait jamais réussi à prendre le pouvoir en France et révèle une nation profondément divisée.

« Victoire éclatante »

Le Pen, qui à un moment donné de la campagne avait suivi Macron de quelques points seulement dans les sondages d’opinion, n’a pas tardé à reconnaître sa défaite. Mais elle a salué son résultat comme une « brillante victoire » et a promis de poursuivre la lutte avec les élections législatives de juin.

Franchir la barre des 40 % des suffrages est sans précédent pour l'extrême droite française. Le Pen a été battue par Macron de 66 pour cent contre 34 pour cent en 2017 et son père Jean Marie Le Pen, qui a fondé son parti, a obtenu moins de 20 pour cent contre Jacques Chirac en 2002.

« Dans cette défaite, je ne peux m'empêcher de ressentir une forme d'espoir », a déclaré l'homme de 53 ans à ses supporters en scandant « Marine ! Marin! »

« Je n'abandonnerai jamais les Français », a-t-elle ajouté.

Marine Le Pen, Rassemblement national d'extrême droite
Le Pen s'exprime à Paris après sa défaite au second tour des élections [Yves Herman/Reuters]

Plus tard dans la nuit de dimanche, plusieurs centaines de manifestants d'ultra-gauche sont descendus dans les rues de certaines villes françaises pour protester contre la réélection de Macron et le score de Le Pen. La police a utilisé des gaz lacrymogènes pour disperser des rassemblements à Paris et à Rennes, dans l'ouest du pays.

Les chiffres définitifs du vote de dimanche seront attendus lundi.

Pierre Haski, un commentateur politique chevronné, a déclaré que les élections législatives de juin – communément appelées le troisième tour – seront un nouveau test pour le paysage politique en France, d'autant plus que le soutien aux partis traditionnels a considérablement diminué.

« Vous avez trois forces politiques », a-t-il déclaré à Al Jazeera. «Il y a le centre de Macron, une grande partie de l'échiquier politique. Vous avez Marine Le Pen, qui a augmenté le nombre de voix lors de cette élection par rapport aux précédentes, elle est donc une candidate sérieuse à droite. Ensuite tu as [left-wing] Jean-Luc Mélenchon, bon premier tour et arrivé troisième, veut prendre sa revanche aux législatives.

« Le défi pour Macron est d'avoir une majorité, car s'il ne l'obtient pas, il sera contraint d'adopter une orientation politique différente entre le président et le Premier ministre, ce qui est source de tensions et de difficultés. »

Les partisans réagissent après la victoire du président français et candidat du parti La République en marche (LREM) à la réélection Emmanuel Macron
Les partisans de Macron au Champ de Mars à Paris réagissent après la publication des résultats prévisionnels [Ludovic Marin/AFP]

Selon les résultats des sondages réalisés par Franceinfo, environ 28,2 pour cent des électeurs n'ont pas voté.

Entre-temps, environ 6,35 pour cent des électeurs n'ont voté pour aucun des deux candidats avec des bulletins blancs, tandis que 2,25 pour cent ont annulé leurs bulletins.

Dans un discours prononcé dimanche soir, Mélenchon a déclaré que la campagne pour les élections législatives de juin commençait maintenant.

Mélenchon, qui a rassemblé autour de lui la gauche du premier tour et s'est déjà présenté comme un futur Premier ministre, a exhorté les électeurs mécontents du système à ne pas abandonner.

« Les électeurs ont parlé, Le Pen a été battue, la France a clairement refusé de lui confier son avenir. L'élection de Macron est le pire résultat de la Cinquième République. Il nage dans un océan d’abstentions et de bulletins nuls », a déclaré Mélenchon.

Pendant ce temps, le leader d'extrême droite Eric Zemmour a appelé les partis nationalistes français à s'unir avant les prochaines élections législatives.

« La situation politique à l'approche des élections législatives nous oblige à agir (…) le bloc nationaliste doit s'unir, les mouvements nationalistes doivent unir leurs forces », a déclaré Zemmour, qui était également candidat au premier tour mais n'a pas réussi à se qualifier pour le second. rond.

« L'Europe gagne »

En dehors de la France, la victoire de Macron a été saluée comme un répit pour la politique dominante ébranlée ces dernières années par la sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne, l'élection de Donald Trump en 2016 et la montée d'une nouvelle génération de dirigeants nationalistes.

« Bravo Emmanuel », a écrit sur Twitter le président du Conseil européen Charles Michel. « Dans cette période de turbulences, nous avons besoin d’une Europe solide et d’une France totalement engagée dans une Union européenne plus souveraine et plus stratégique. »

« La démocratie gagne, l'Europe gagne », a déclaré le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez.

« Ensemble, nous ferons avancer la France et l'Europe », a tweeté la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

Le Premier ministre italien Mario Draghi a salué la victoire de Macron comme « une nouvelle magnifique pour toute l'Europe » et un encouragement pour que l'UE « soit un protagoniste des plus grands défis de notre temps, à commencer par la guerre en Ukraine ».

La France a joué un rôle de premier plan dans les efforts internationaux visant à sanctionner la Russie et fournit des armes à l’Ukraine.

« Félicitations au président et à un véritable ami @EmmanuelMacron pour sa victoire électorale », a écrit le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy sur son compte Twitter aux premières heures de lundi.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a également félicité Macron pour sa réélection.

« La France est l'un de nos alliés les plus proches et les plus importants », a écrit Johnson sur Twitter. « J'ai hâte de continuer à travailler ensemble sur les questions qui comptent le plus pour nos deux pays et pour le monde. »

Les États-Unis ont déclaré qu’ils s’attendaient à une coopération étroite avec Macron, le secrétaire d’État Antony Blinken ayant déclaré dans un tweet : « Nous sommes impatients de poursuivre une coopération étroite avec la France sur les défis mondiaux, qui sous-tend notre alliance et notre amitié de longue date. »



Laisser un commentaire