L’opposition ne veut pas du parking silo près du château


L'opposition ne veut pas du parking silo près du château

Urbanisme

Les élus du groupe d’opposition Angers Écologique et solidaire ne veulent pas entendre parler de la création d’un nouveau parking près de la place de l’Académie à Angers.

Place Kennedy

Vue de la rue

Dans le cadre du réaménagement des places Kennedy et de l’Académie autour du château d’Angers, qui entraînera la suppression de places de stationnement, la ville d’Angers à l’intention de construire un parking silo de 300 places derrière la caserne de pompiers.

Dans un communiqué, les élus du groupe d’opposition Angers Écologique et solidaire dénoncent un projet « indécent et inutile ». « Désormais, nous exhortons les élus de la majorité à conditionner sa construction à l’avis préalable de l’autorité environnementale, afin que les angevins puissent s’assurer qu’il ne dégradera ni la qualité de l’air, ni leur qualité de vie . Nous avons interpellé la Mission Régionale d’autorité environnementale dans ce sens », indiquent-ils.

Pour Yves Aurégan, Sophie Foucher-Maillard, Elsa Richard et Arash Saeidi, « investir dans un parking inutile est indécent quand on sait par ailleurs que la ville manque de logements étudiants et sociaux : ce projet va consister à détruire des logements existants (les anciens logements des pompiers), pour construire des centaines de places de stationnement. C’est scandaleux : il faut lutter en préférant loger les habitants plutôt qu’abriter des voitures. Angers dispose déjà d’un stock de stationnement en ouvrage parmi les plus hauts des villes françaises de même taille (34 places de stationnement pour 1000 habitants) et les parkings déjà existants dans le secteur (gare) sont très très loin d’être pleins ».

« Ces 300 places de parking ne permettent pas de réduire l’usage de la voiture »

En pleine crise climatique, les élus de la minorité estiment que ce projet est « incompatible avec les engagements de la collectivité en matière climatique, qu’il s’agisse de la baisse de 60 % des émissions de GES ou de la participation d’Angers au projet européen des 100 villes neutres en carbone en 2030. Car ces 300 places de parking ne permettant pas de réduire l’usage de la voiture au global à Angers, elles ne feront que compenser les stationnements supprimés par ailleurs sans inciter aux alternatives décarbonées, alors que tout devrait aujourd’hui être mis en œuvre pour réduire vraiment l’ usage de la voiture et développer les mobilités douces et actives ».



Laisser un commentaire