Les arrestations sur l’île de Vancouver pour les blocus de l’exploitation forestière dans les vieilles forêts totalisent 33 samedi

[ad_1]

Plus de 30 militants ont été arrêtés samedi dans le sud de l’île de Vancouver, y compris un éminent environnementaliste, alors que la GRC continue d’appliquer une ordonnance du tribunal autorisant l’exploitation forestière dans la région.

Cette semaine, la GRC de la Colombie-Britannique a commencé à appliquer une injonction du tribunal qui ordonne la levée des blocus mis en place pour protester contre l’exploitation de certaines parties d’une zone de 595 kilomètres carrés près de Port Renfrew. La société Teal-Jones Group, basée à Surrey, est titulaire de la zone, située à environ deux heures à l’est de Victoria.

Les militants, dont certains se sont enchaînés, disent qu’ils protestent contre l’exploitation des dernières forêts anciennes de la Colombie-Britannique.

Il existe actuellement six camps principaux et tous sont affiliés à la Rainforest Flying Squad. Cinq d’entre eux ont été qualifiés de «blocus», tandis que l’un – le camp de Walbran – a été mis en place pour observer les activités d’exploitation forestière.

Tous les principaux camps et blocus se trouvent au fond des vallées, sur d’étroites routes forestières en terre battue.

Samedi, le sergent de la GRC. Chris Manseau a déclaré que les agents avaient arrêté six autres personnes au camp de Waterfall pour avoir enfreint l’ordonnance d’injonction de la Cour suprême de la Colombie-Britannique.

Un manifestant emporté par la police le samedi 21 mai 2021 depuis une route qui mène dans le cours supérieur du bassin versant de Fairy Creek sur l’île de Vancouver. (Brad MacLeod)

Des agents formés au sauvetage en hauteur ont également arrêté deux personnes qui se trouvaient sur une plate-forme suspendue à des arbres pour entendre la zone de Hatten.

La police a déclaré que 25 personnes ont été arrêtées sur un groupe d’environ 100 personnes qui ont croisé une cassette policière lors du blocus de Caycuse samedi, violant ainsi l’injonction.

Le groupe est arrivé à ce camp vers midi samedi. La police a déclaré que certaines personnes étaient assises sur la route, empêchant quiconque d’entrer et de sortir.

« Et d’autres arrestations sont en cours car ils continuent de refuser de se conformer à l’injonction et de quitter la zone », a indiqué le communiqué de Manseau.

Selon la GRC, 60 personnes ont été arrêtées en lien avec les blocus.

Manseau a déclaré que 47 avaient été arrêtés pour violation de l’injonction (outrage civil au tribunal) et 12 pour obstruction.

Sur les 47 personnes arrêtées pour outrage civil au tribunal, la GRC recommande également que deux personnes soient accusées d’entrave, deux pour possession de biens volés et une pour entrave et voies de fait contre un policier.

‘Prêt à tout risquer’

Les militants de la région ont déclaré samedi qu’ils étaient motivés à poursuivre leurs activités jusqu’à ce que la province intervienne ou que les sociétés forestières décident de partir.

«Nous sommes prêts à tout risquer pour protéger ces forêts anciennes, car au milieu d’une crise climatique de la biodiversité, il est moralement répréhensible d’exploiter des forêts de cèdres vieilles de 2000 ans», a déclaré l’activiste Duncan Morrison.

Sgt. Kris Clarke a déclaré samedi que la GRC «adoptait une approche lente et mesurée en matière d’application de la loi».

« Notre objectif ultime ici est la sécurité. Nous voulons nous assurer que tout le monde est en sécurité et que personne n’est blessé en raison de cette injonction. »

Parmi les personnes arrêtées samedi se trouvait Tzeporah Berman, directrice de l’organisation environnementale Stand.earth, qui a également été arrêtée pour avoir participé à des manifestations forestières il y a 30 ans sur l’île de Vancouver.

«Je ne peux pas croire que près de 30 ans après des manifestations massives à Clayoquot, nous devons recommencer», a-t-elle déclaré dans une déclaration écrite.

« Mais maintenant, il reste si peu de vieilles forêts et le gouvernement a jusqu’à présent rompu sa promesse de protéger ce qui reste. »

Les partisans des travailleurs forestiers de l’île de Vancouver se sont réunis près du lac Cowichan le samedi 22 mai 2021 pour montrer leur soutien à l’industrie et à la GRC pour leur exécution de l’ordonnance du tribunal autorisant les activités d’exploitation forestière dans le bassin hydrographique de Fairy Creek. (Nouvelles CHEK)

Samedi également, les travailleurs forestiers et leurs familles se sont rassemblés le long d’une route le long du lac Cowichan pour montrer leur soutien à Teal-Jones et aux gendarmes qui travaillent pour faire appliquer l’ordonnance du tribunal.



[ad_2]

Laisser un commentaire