Le Conseil économique et social fête ses 75 ans; Le président réaffirme son mandat pour s’attaquer aux problèmes de pandémie et de développement |

[ad_1]

«Travaillons ensemble pour remplir le mandat et le potentiel de l’ECOSOC pour relever les plus grands défis du monde», a déclaré M. Akram, faisant référence au Conseil – l’un des six principaux organes des Nations Unies – par son acronyme bien connu.

ECOSOC 101

Le Conseil économique et social est au cœur du système des Nations Unies pour faire progresser les trois dimensions du développement durable – économique, social et environnemental.

Il s’agit de la plate-forme centrale pour favoriser le débat et la réflexion novatrice, forger un consensus et une coopération sur les voies à suivre et coordonner les efforts pour atteindre les objectifs convenus au niveau international. Il est également responsable du suivi des grandes conférences et sommets des Nations Unies.

M. Akram a expliqué que le principal mandat du Conseil en vertu de la Charte des Nations Unies est de promouvoir un meilleur niveau de vie dans des libertés plus larges grâce à la coopération économique internationale.

Aujourd’hui, vingt organisations internationales, commissions régionales et entités autonomes font rapport chaque année au Conseil économique et social.

Évolution et objectifs mondiaux

«Au fil des ans, l’ECOSOC a été l’organe central de discussion sur les politiques économiques, sociales et de développement internationales», a-t-il dit, notant que certains des principaux concepts de développement – l’objectif de 0,7% d’aide publique au développement (APD); le concept de droits de tirage spéciaux liés au développement, le traitement spécial et préférentiel des pays en développement dans le commerce international, tous ont évolué dans les discussions politiques de l’ECOSOC.

En outre, l’ECOSOC a également joué un rôle déterminant dans l’adoption de stratégies et cibles de développement mondiales clés, les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) et l’évolution cruciale du Programme de développement à l’horizon 2030 et des 17 objectifs de développement durable (ODD).


Lutter contre le COVID-19, assurer un développement durable pour tous

«Aujourd’hui, le monde est confronté à la plus grave crise sanitaire et économique mondiale depuis la création des Nations Unies et la création de l’ECOSOC», a déclaré M. Akram, qui est également actuellement ambassadeur du Pakistan auprès des Nations Unies à New York.

Il a souligné que la pauvreté avait augmenté, tout comme la faim. Les ressources financières nécessaires au redressement des pays en développement restent à mobiliser. La réalisation des ODD est remise en question. La menace du changement climatique semble imminente.

«Et rien ne garantit que le vaccin pour arrêter la pandémie de COVID-19 sera équitablement disponible pour les pays les plus pauvres», a-t-il déclaré, déclarant: «L’ECOSOC a le mandat et la responsabilité de relever ces défis.»

Il a appelé la communauté internationale à saisir les opportunités offertes par une série de réunions critiques de l’ECOSOC au cours de l’année à venir pour élaborer une réponse mondiale et une voie équitable à suivre: le forum du Conseil sur le financement du développement en avril, au Forum de coopération pour le développement et à la Forum de haut niveau en juillet.

[ad_2]

Laisser un commentaire