L’Américain Sean Crocker remporte sa première victoire sur le DP World Tour


ST. ANDREWS, Écosse – L’Américain Sean Crocker a résisté à un défi fougueux d’Eddie Pepperell pour remporter son premier titre DP World Tour avec une victoire fil à fil lors du Hero Open dimanche.

Crocker a réussi un dernier tour 68 au Fairmont St. Andrews pour terminer 22 sous le par et un tir devant Pepperell, qui avait mis la pression avec un 65 de clôture.

« C’est plutôt cool, mais mec, gagner un tournoi de golf n’est pas facile et Eddie ne m’a pas facilité la tâche non plus », a déclaré Crocker à Sky Sports après que des arrêts cruciaux sur les deux derniers trous aient scellé la victoire.

Lorsqu’on lui a demandé comment il se sentait debout sur un putt de quatre pieds pour gagner le 18, Crocker – qui a raté neuf coupes consécutives plus tôt cette saison – a ajouté: « Nerveux comme l’enfer.

« J’ai déjà ressenti une pression comme ça auparavant, mais c’est mon premier tournoi professionnel (victoire), donc ce putt avait l’air d’être à 20 pieds et ce trou avait l’air d’avoir un demi-pouce de large, mais dès le départ, je savais que c’était un puits -frappé le putt et quand j’ai levé les yeux et que je l’ai vu tomber, je me disais juste ‘Ne commence pas à pleurer.’

Faites défiler pour continuer

ARTICLES RECOMMANDÉS

Crocker, qui est né au Zimbabwe et a grandi en Californie, a perdu son avance de deux coups pendant la nuit au début du tour final alors que Pepperell et le Danois Oliver Hundeboll ont tous deux pris des départs en trombe, mais un birdie au sixième et trois autres en quatre trous à partir du 10e. a restauré son avantage avant que le birdie de Pepperell le 18 ne crée une finition nerveuse.

Pepperell a atteint le 32e rang après la deuxième de ses deux victoires en 2018, mais a connu des difficultés ces dernières saisons et était satisfait de son premier top cinq en trois ans.

« Je suis fier », a déclaré Pepperell après une ronde contenant huit birdies et un bogey.

«C’était assez parfait jusqu’au 9, puis c’était loin d’être parfait pendant quelques trous et j’ai dû le comprendre parce qu’il y avait des coups de départ difficiles, mais j’ai juste fait confiance à mes routines et depuis le fairway, j’avais l’impression que je a bien joué.

« Je n’ai pas occupé ce poste depuis très, très longtemps, mais dans l’ensemble, je pense que j’ai fait du bon travail. »

L’Écossais David Law et l’Espagnol Adrian Otaegui se sont partagé la troisième place avec moins de 19 ans, tandis que Hundeboll et le Suédois Jens Dantorp ont un autre coup de retard.

Laisser un commentaire