Israël va donner 5000 vaccins contre le coronavirus à des médecins palestiniens

[ad_1]

JÉRUSALEM – Israël a accepté de transférer 5000 doses du vaccin contre le coronavirus aux Palestiniens pour vacciner le personnel médical de première ligne, a annoncé dimanche le bureau du ministre israélien de la Défense Benny Gantz.

C’était la première fois qu’Israël confirmait le transfert de vaccins aux Palestiniens, qui sont loin derrière la campagne de vaccination agressive d’Israël et n’ont pas encore reçu de vaccins.

L’Organisation mondiale de la santé a fait part de ses inquiétudes concernant la disparité entre Israël et les Palestiniens vivant en Cisjordanie occupée et dans la bande de Gaza, et des groupes internationaux de défense des droits de l’homme et des experts de l’ONU ont déclaré qu’Israël était responsable du bien-être des Palestiniens dans ces zones. Israël affirme que dans le cadre des accords de paix intérimaires conclus dans les années 90, il n’est pas responsable des Palestiniens et n’a en aucun cas reçu de demandes d’aide.

Le bureau de Gantz a déclaré dimanche matin que le transfert avait été approuvé. Il n’avait pas plus de détails sur le moment où cela se produirait. Il n’y a eu aucun commentaire immédiat des responsables palestiniens.

Israël est l’un des leaders mondiaux de la vaccination de sa population après avoir conclu des accords d’achat avec les géants internationaux de la drogue Pfizer et Moderna. Le ministère de la Santé affirme que près d’un tiers des 9,3 millions d’habitants d’Israël ont reçu la première dose du vaccin, tandis qu’environ 1,7 million de personnes ont reçu les deux doses.

La campagne comprend les citoyens arabes d’Israël et les Palestiniens vivant à Jérusalem-Est annexée. Mais les Palestiniens vivant en Cisjordanie sous le gouvernement d’autonomie de l’Autorité palestinienne et ceux vivant sous le régime du Hamas à Gaza ne sont pas inclus.

Téléchargez l’application NBC News pour les dernières nouvelles et la politique

L’Autorité palestinienne a essayé d’acquérir des doses dans le cadre d’un programme de l’OMS appelé COVAX. Mais le programme, qui vise à acheter des vaccins pour les pays qui en ont besoin, a mis du temps à démarrer.

Le différend reflète l’inégalité mondiale dans l’accès aux vaccins, alors que les pays riches aspirent la part du lion des doses, laissant les pays les plus pauvres encore plus loin dans la lutte contre les effets de la pandémie sur la santé publique et l’économie. Il est également apparu comme un autre point critique dans le conflit vieux de plusieurs décennies au Moyen-Orient, alors même que le virus a fait des ravages des deux côtés.

[ad_2]

Laisser un commentaire