Une étude révèle une contamination au mercure chez le peuple Yanomami du Brésil


RIO DE JANEIRO : Les populations indigènes de neuf villages du territoire Yanomami au Brésil ont été contaminées par le mercure, tandis que ceux vivant à proximité de sites d'extraction d'or illégaux présentent des niveaux de contamination plus élevés, selon une étude publiée jeudi 4 avril.

L'étude menée par l'institut public brésilien Fiocruz a collecté des échantillons de cheveux d'environ 287 autochtones en octobre 2022. Ils ont tous été testés positifs pour une contamination au mercure, avec environ 11 % des échantillons présentant des niveaux élevés de métal lourd, utilisé par des mineurs sauvages au Brésil pour séparer l'or du minerai et de la terre.

Les Yanomami, estimés à environ 28 000 personnes, vivent dans la plus grande réserve indigène du Brésil, dans les États du nord du Roraima et d'Amazonas. Ils sont confrontés à une crise humanitaire en raison de l’invasion de leurs terres par des mineurs illégaux qui a provoqué malnutrition et décès.

« Ce scénario de vulnérabilité augmente de façon exponentielle le risque de maladie chez les enfants vivant dans la région », en particulier chez les enfants de moins de cinq ans, a déclaré dans un communiqué Paulo Basta, qui a coordonné l'étude.

Selon l'étude, les peuples autochtones ayant des niveaux plus élevés de mercure présentaient des déficits cognitifs et présentaient plus souvent des lésions nerveuses aux extrémités de leur corps.

Plus de 80 pour cent de ceux qui ont participé à l’étude ont déclaré aux chercheurs qu’ils avaient eu le paludisme à un moment donné.

Plus de 25 pour cent des enfants de moins de 11 ans participant à l’étude étaient anémiques et près de la moitié souffraient de malnutrition aiguë. Selon l'étude, environ 80 pour cent d'entre eux étaient plus petits que prévu pour leur âge, ce qui suggère également une malnutrition chronique.

Les 47 échantillons de poissons collectés par les chercheurs de la Fiocruz ont également été testés positifs à la contamination au mercure.

« Nos enfants naissent malades. Les femmes sont malades, nos personnes âgées sont malades ! Notre peuple meurt à cause de l'exploitation minière », a déclaré Dario Kopenawa, président de l'Association Hutukara des Yanomami, dans un communiqué de presse accompagnant l'étude.

Laisser un commentaire