Thérapeutique CRISPR: la course est lancée


Les thérapies à répétition palindromique courte et régulièrement intercalées en grappes (CRISPR) sont l’une des technologies les plus puissantes et les plus transformatrices de l’histoire humaine. Aucun produit thérapeutique à base de CRISPR n’a encore été indiqué pour le traitement des maladies humaines, mais trois entreprises de premier plan se précipitent pour apporter les thérapies CRISPR à la clinique.

Les trois principales sociétés d’édition de gènes cherchant à commercialiser des produits thérapeutiques à base de CRISPR sont CRISPR Therapeutics, Intellia Therapeutics et Editas Medicine. Les statistiques clés de chacune de ces entreprises sont mises en évidence dans la figure 1.

Figure 1: Statistiques clés des principales sociétés thérapeutiques basées sur CRISPR et des agents en développement clinique.

CRISPR Therapeutics a la plus grande capitalisation boursière des trois, à 10,9 G $, avec un programme de développement clinique plus avancé que ceux d’Intellia et d’Editas. CRISPR Therapeutics a déjà publié des données prometteuses sur l’utilisation de CRISPR dans la β-thalassémie et la drépanocytose dans le Journal de médecine de la Nouvelle-Angleterre. La société a également lancé des essais cliniques à un stade précoce pour son programme d’immuno-oncologie, basé sur le développement de cellules allogéniques du récepteur T d’antigène chimérique (CAR-T) ciblant des cibles bien caractérisées dans les hémopathies malignes, telles que la maturation des cellules CD19 + et B. agent. Le développement de cellules CAR-T allogéniques peut contourner les problèmes de fabrication et les coûts associés aux cellules CAR-T autologues, qui ont déjà démontré des réponses durables impressionnantes chez les patients atteints d’hémopathies malignes. Par ailleurs, CRISPR Therapeutics a été cofondée par le Dr Emmanuelle Charpentier, co-lauréate du prix Nobel de chimie 2020 pour CRISPR-Cas9, dont l’expertise soutiendra davantage la direction réussie des programmes de R&D de l’entreprise.

De même, le Dr Jennifer A. Doudna, l’autre co-lauréate du prix Nobel de chimie 2020, a cofondé Intellia. Les approches d’Intellia en matière de développement clinique peuvent être séparées en un in vivo et ex vivo approcher. In vivo décrit l’introduction de la technologie CRISPR chez le patient directement par voie intraveineuse d’administration, tandis que ex vivo décrit l’élimination des cellules souches pour l’édition génique suivie de la réintroduction de ces cellules réparées chez le patient. NTLA-2001 d’Intellia utilise un in vivo approche pour lutter contre une maladie héréditaire rare, l’amylose à transthyrétine, pour laquelle seules des options de traitement chronique sont actuellement disponibles. Semblable à CRISPR Therapeutics, Intellia considère également la drépanocytose comme une indication cible, mais la société est légèrement en retard sur CRISPR en termes de développement clinique, ce qui indique potentiellement un futur désavantage sur le marché. Intellia a établi des collaborations de haut niveau avec Regeneron et Novartis, ce qui renforcera sa capacité à naviguer sur une voie réussie vers le marché et fournira à l’entreprise l’infrastructure et l’expérience nécessaires dans le développement et la commercialisation de médicaments.

Editas Medicine a la plus petite capitalisation boursière des trois, et n’a actuellement qu’un seul agent en développement clinique: EDIT-101. Contrairement aux autres sociétés, Editas se concentre sur les maladies oculaires, en particulier l’amaurose congénitale de Leber, indiquant le potentiel de monopoliser cet espace. Le Dr Fen Zhang, co-fondateur d’Editas, est un expert en optogénétique et un pionnier dans l’application du système CRISPR-Cas9 dans les cellules humaines, qui représentent tous deux des atouts clés pour réaliser la vision d’Editas.

Chaque société a des indications cibles qui se chevauchent et sont distinctes, et toutes trois ciblent les troubles hématologiques et développent un programme d’immuno-oncologie, que ce soit au stade clinique ou préclinique. Cela suggère une concurrence future potentielle, mais indique également que chaque entreprise a la possibilité de se tailler et de monopoliser des marchés distincts. CRISPR Therapeutics a une longueur d’avance en termes de développement clinique et de levée de capitaux, et représente par conséquent un choix sûr pour les investisseurs. Cependant, chacune de ces sociétés produit actuellement peu ou pas de revenus, et les attentes actuelles dépendent des résultats favorables des essais cliniques à venir, qui en sont encore aux premiers stades de développement.

Malgré cela, le potentiel de la technologie CRISPR est énorme. Les médicaments oncologiques à succès ont le potentiel de prolonger la durée de vie de plusieurs mois à plusieurs années, tandis que les traitements à base de CRISPR représentent un remède potentiel et pourraient donc prolonger la vie de plusieurs décennies. Les défis futurs dans cet espace incluent comment développer une stratégie de prix équitable, la logistique d’offrir un large accès aux populations les plus nécessiteuses dans les marchés mal desservis (comme les patients drépanocytaires en Afrique) et les événements indésirables potentiels inconnus associés à cette nouvelle modalité de traitement. Cependant, les avantages potentiels pour les patients et les investisseurs à long terme sont énormes. Bien que les thérapies basées sur CRISPR soient encore en développement, elles transformeront inévitablement la vie des patients et la forme de l’industrie si elles sont mises sur le marché.



Laisser un commentaire