Myanmar: Chronologie d’une démocratie fragile | Actualités Aung San Suu Kyi

[ad_1]

L’armée birmane a pris le pouvoir lundi après avoir arrêté le chef Aung San Suu Kyi et d’autres hauts responsables de la Ligue nationale pour la démocratie (NLD) au pouvoir lors d’une série de raids tôt le matin.

Les habitants de la nation d’Asie du Sud-Est ne sont pas étrangers au régime militaire.

Le pays était contrôlé par les forces armées jusqu’à ce qu’elles commencent à céder le pouvoir il y a un peu plus de 10 ans.

«L’armée a toujours opéré de manière opaque», a déclaré Florence Looi d’Al Jazeera, qui a fait de nombreux reportages depuis le Myanmar. «Il s’est considéré à bien des égards au-dessus de la loi.»

Voici une chronologie:

Aung San Suu Kyi, alors âgée de deux ans, avec son père Aung San et sa mère et ses deux frères aînés en 1947 [File: Kyodo News via AP Photo]

1947

Aung San, qui a combattu les Japonais et conduit le pays à l’indépendance de la Grande-Bretagne, est assassiné. Aung San Suu Kyi, est sa fille unique et son plus jeune enfant.

1948

Le Myanmar accède à l’indépendance formelle sous le président U Nu.

1962

L’armée du général Ne Win prend le pouvoir par un coup d’État. Tous les partis d’opposition sont interdits et l’armée prend le contrôle de toutes les entreprises et industries. Ses politiques économiques et son isolement délibéré du pays conduisent à la stagnation et à la ruine économiques.

L’armée a organisé son premier coup d’État en 1962, qui a conduit à l’isolement, à la répression politique et à des difficultés économiques extrêmes [File: AP Photo]

1988

Les manifestations en faveur de la démocratie en août se heurtent à une répression militaire brutale et jusqu’à 5 000 personnes sont tuées, selon des groupes de la société civile. En septembre, Aung San Suu Kyi fonde la Ligue nationale pour la démocratie (NLD).

1990

Sous la pression internationale, l’armée déclenche des élections, que la NLD remporte par un glissement de terrain. L’armée refuse de reconnaître les résultats ou de remettre le pouvoir et Aung San Suu Kyi est arrêtée et placée en résidence surveillée.

1995

En juillet, Aung San Suu Kyi a été libérée de l’assignation à résidence.

Aung San Suu Kyi encerclée par des journalistes à son domicile à Yangon après avoir été libérée de l’assignation à résidence en 1995. Elle a été de nouveau détenue en 2000 [File: Stuart Isett/AP Photo]

1997

Le Myanmar rejoint l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN).

2000

Aung San Suu Kyi est de nouveau détenue alors que l’Europe resserre les sanctions contre le Myanmar.

2002

Aung San Suu Kyi est de nouveau libérée et autorisée à voyager à travers le pays.

2003

Aung San Suu Kyi est de nouveau arrêtée – soi-disant pour sa propre protection – après une attaque contre son convoi.

Plus de 70 de ses partisans ont été battus à mort lors de l’attaque de mai par l’Union Solidarity and Development Association (USDA), une milice politique soutenue par l’armée, selon Burma Campaign UK. L’USDA a ensuite été transformée en Parti de la solidarité et du développement de l’Union (USDP), le parti mandataire de l’armée au parlement.

2006

L’armée annonce qu’elle a déplacé la capitale à Naypyidaw, une nouvelle ville qu’elle avait construite en secret à mi-chemin entre Yangon et Mandalay.

2007

Des milliers de personnes descendent dans les rues de Yangon lors de manifestations dirigées par des moines bouddhistes, après que le gouvernement militaire a supprimé les subventions aux carburants. Des dizaines de personnes sont tuées dans la répression militaire qui a suivi.

2008

Le processus de démocratisation commence par un référendum constitutionnel controversé qui a eu lieu deux jours seulement après que le cyclone Nargis a balayé le delta de l’Irrawaddy, faisant des dizaines de milliers de morts.

Le cyclone Nargis a dévasté le delta de l’Irrawaddy au Myanmar, faisant des dizaines de milliers de morts. L’armée a poursuivi son référendum constitutionnel malgré [File: AP Photo]

2010

L’USDP remporte des élections boycottées par la NLD. Aung San Suu Kyi est libérée de l’assignation à résidence en novembre.

2012

Les combats entre bouddhistes et musulmans dans l’ouest de l’État de Rakhine font des centaines de morts et des dizaines de milliers de Rohingyas déplacés.

2015

La NLD remporte une élection générale par un glissement de terrain et Suu Kyi devient leader dans un rôle spécialement créé de conseiller d’État.

2016

Les troubles ont de nouveau éclaté à Rakhine après que des combattants rohingyas ont attaqué trois postes frontières de la police, tuant neuf policiers. Une répression militaire pousse des dizaines de milliers de personnes à partir pour le Bangladesh voisin mais aussi vers la Malaisie et l’Indonésie.

2017

Une répression militaire brutale à Rakhine conduit plus de 730 000 Rohingyas au Bangladesh. Les Nations Unies affirment que la campagne de massacres, de viols et d’incendies criminels a été menée avec une «intention génocidaire», ce que le Myanmar nie. Suu Kyi défend plus tard le Myanmar contre des accusations de génocide portées à La Haye.

2019

Les combats commencent à Rakhine entre les troupes gouvernementales et l’Armée Arakan (AA), un groupe ethnique Rakhine cherchant une plus grande autonomie régionale. Suu Kyi exhorte l’armée à «écraser» les rebelles.

2020

La NLD revendique une victoire éclatante aux élections législatives avec plus de voix qu’elle ne l’a fait en 2015.

L’USDP demande une reprise des élections et appelle à une aide militaire pour garantir l’équité, alléguant des irrégularités.

2021

26 janvier: Le porte-parole militaire de l’armée, le général de brigade Zaw Min Tun, avertit que les forces armées «prendront des mesures» si le différend électoral n’est pas réglé et refuse d’exclure l’organisation d’un coup d’État, demandant à la commission électorale d’enquêter sur les listes électorales qui, selon elle, contenaient des divergences.

28 janvier: La commission électorale rejette les allégations de fraude électorale, affirmant qu’il n’y a pas eu d’erreurs suffisamment importantes pour affecter la crédibilité du vote.

30 janvier: l’armée birmane déclare qu’elle va protéger et respecter la constitution et agir conformément à la loi.

1er février: L’armée impose l’état d’urgence et dit que le pouvoir a été transféré au chef militaire Min Aung Hlaing, après qu’Aung San Suu Kyi et d’autres hauts responsables du gouvernement aient été arrêtés lors d’une série de raids tôt le matin.



[ad_2]

Laisser un commentaire