Les organisations de soins responsables fonctionnent-elles ? | Santé de demain


Logo de l'hôpital de demain aux États-Unis

Alors que le gouvernement fédéral examine de plus près les organisations de soins responsables, beaucoup se demandent si la promesse de mettre les médecins, les hôpitaux et les autres fournisseurs de soins de santé sur la même longueur d’onde se réalisera un jour. À savoir, améliorera-t-il les soins et réduira-t-il les coûts?

« Une organisation de soins responsable est une idée très attrayante », a déclaré Alice Rivlin, directrice du Health Policy Center et de la chaire Leonard D. Schaeffer en politique de santé à la Brookings Institution, un panéliste qui a parlé des ACO lors d’une séance en petits groupes mardi matin au 2015 Conférence US News Hospital of Tomorrow. Elle a rejoint Kenya Woodruff, un autre panéliste, associé du cabinet d’avocats d’affaires international Haynes and Boone, LLP, qui a travaillé avec des prestataires sur la création de partenariats pour faire avancer le modèle ACO, dans une discussion animée par un journaliste de la santé. Kimberly Leonard de US News & World Report.

À ce jour, les experts disent que les ACO n’ont pas été à la hauteur du battage médiatique. « Jusqu’à présent, les résultats ont été très décevants », a déclaré Rivlin. Alors que la volonté de créer des ACO pour mieux coordonner les soins a sans doute conduit certaines organisations à atteindre des indicateurs de qualité, de nombreux débats demeurent sur la mesure dans laquelle cela se traduit par des améliorations significatives des soins pour les patients, et, a déclaré Rivlin, les ACO n’ont pas réduit les coûts.

Cela ne veut pas dire que c’est uniquement la faute d’un modèle défectueux. Des facteurs allant du vieillissement de la population à la demande des patients pour les médicaments et les traitements les plus récents et les plus efficaces signifient tous une « pression des coûts à la hausse », alors que le prix des soins de santé aux États-Unis continue d’augmenter. Cela arrive à un moment où le gouvernement fédéral, par le biais d’incitations aux fournisseurs – comme dans les ACO – essaie de plafonner ce coût.

Les experts parlent également de l’importance d’obtenir l’adhésion des patients pour que les ACO fonctionnent. Rivlin a noté que de nombreux patients ne savent pas qu’ils reçoivent des soins par l’intermédiaire d’un ACO; elle a suggéré de mettre en place un système par lequel les patients s’inscrivent dans des organisations de soins responsables et des modèles similaires. Elle a ajouté que de tels modèles doivent également faire appel aux motivations des médecins pour fournir les meilleurs soins possibles à leurs patients.

« Nous devrions augmenter les incitations, mais ce n’est pas seulement une question d’argent », a déclaré Rivlin, appelant à des améliorations de la façon dont la qualité des soins est mesurée.

Woodruff a déclaré que continuer à innover pour amener les fournisseurs et les payeurs à se réunir reste essentiel pour améliorer les ACO et la prestation des soins. De tels efforts doivent tenir compte des réalités du marché, allant des hôpitaux qui voient un impact sur leurs résultats en réduisant avec succès les taux d’hospitalisation grâce à des soins mieux coordonnés en dehors des hôpitaux pour repousser les médecins indépendants. Certains médecins se demandent, Woodruff a dit : « Est-ce que cela dictera ma façon de pratiquer ? D’un autre côté, elle et d’autres personnes travaillant sur les accords ACO doivent également évaluer les dangers associés à l’alignement de nombreuses organisations de soins de santé différentes, qu’il s’agisse de répondre aux exigences légales ou de limiter le choix du patient.

Rivlin a ajouté qu’il reste encore beaucoup à faire pour déplacer de manière transparente les informations numériques sur les patients entre les fournisseurs. Pourtant, malgré tous les défis, les experts disent qu’il existe également une opportunité pour les fournisseurs de soins de santé de travailler ensemble pour réduire les coûts et améliorer les soins.

« Il y a beaucoup de place pour être inventif sur les relations », a déclaré Woodruff.

Laisser un commentaire