Les autorités suisses s’engagent à soutenir le Credit Suisse

[ad_1]

La banque centrale suisse a déclaré mercredi qu’elle était prête à fournir une aide financière au Credit Suisse Group, le deuxième prêteur du pays, dont les actions ont chuté à des niveaux historiquement bas après que le principal actionnaire de la banque a indiqué qu’il n’investirait plus dans l’entreprise.

Dans une déclaration conjointe avec la FINMA, le régulateur suisse des marchés financiers, la Banque nationale suisse (BNS) a déclaré que le Credit Suisse respectait «les exigences strictes en matière de capital et de liquidité» imposées aux institutions financières d’importance systémique (SIFI) et «fournira à CS des liquidités, si nécessaire. »

Les actions de Credit Suisse (CS) se sont effondrées mercredi après que le président de la Banque nationale saoudienne, le principal actionnaire de la banque, a déclaré que sa société n’augmenterait « absolument pas » sa participation au-dessus des 9,9% qu’elle avait pris l’année dernière. Il a cité «de nombreuses raisons», y compris le fardeau réglementaire en vertu de la loi suisse une fois que les investissements dépassent 10%.

Les American Depositary Receipts (ADR) du prêteur suisse ont perdu près d’un tiers de leur valeur mercredi, et ses obligations se négociaient à des niveaux de détresse. Les ADR ont réduit leur baisse à 14% après l’annonce de la Suisse.

La nouvelle de la bouée de sauvetage potentielle est venue alors que les actions des grandes banques européennes ont chuté aujourd’hui, alimentées par la crainte que le Credit Suisse ne sombre dans l’insolvabilité à la suite de l’effondrement de la Silicon Valley Bank (SVB) et de la Signature Bank aux États-Unis. UBS Group (UBS), Deutsche Bank (DB), BNP Paribas (BNP), Banco Santander (SAN), Barclays (BCS) font partie de ceux dont les actions ont chuté à des plus bas depuis le début de l’année.

Le Credit Suisse a lutté pendant des années au milieu de scandales, de pertes commerciales et de changements de direction. Hier, les dirigeants ont révélé des « faiblesses importantes » dans les rapports financiers de l’entreprise pour 2021 et 2022, dévoilant les informations dans un rapport annuel qui avait été retardé par une requête de la Securities and Exchange Commission (SEC).

Le prêteur a déclaré que la SEC avait demandé plus d’informations sur « l’évaluation technique des révisions précédemment divulguées des états des flux de trésorerie consolidés pour les exercices clos les 31 décembre 2020 et 2019, ainsi que sur les contrôles connexes ».

Les autorités suisses ont minimisé le risque de contagion, affirmant que les problèmes de certains prêteurs américains ne posent pas « un risque direct de contagion pour les marchés financiers suisses ». Le département du Trésor américain travaille avec les régulateurs américains et européens pour enquêter sur l’exposition des banques américaines au Credit Suisse, a rapporté Bloomberg.

Le PDG Ulrich Körner a appelé à la patience dans l’incertitude, affirmant que la situation financière de sa banque est saine et que ses problèmes ne sont pas comparables aux graves problèmes de liquidité affectant les petites banques aux États-Unis.

Les actions du Credit Suisse ont perdu environ un tiers de leur valeur au cours de la semaine dernière et sont à 97% de leurs sommets historiques d’avant la crise financière mondiale.

Graphiques Y


[ad_2]

Laisser un commentaire