Le Canada avertit les provinces qu’elles doivent faire plus pour lutter contre la variante Omicron


Les gens font la queue pour collecter des kits de test d’antigène de la maladie à coronavirus (COVID-19) au centre commercial Hazeldean à Ottawa, Ontario, Canada, le 7 janvier 2022. REUTERS / Patrick Doyle

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

OTTAWA, 7 janvier (Reuters) – Le ministre canadien de la Santé, Jean-Yves Duclos, a averti vendredi certaines des 10 provinces du pays qu’elles devaient faire plus pour lutter contre la variante du coronavirus Omicron et empêcher que les systèmes de santé ne soient submergés.

Les nouveaux cas quotidiens de COVID-19 ont grimpé de 65% au cours de la semaine dernière à travers le Canada, et les hôpitaux disent qu’il devient de plus en plus difficile de maintenir les niveaux de dotation.

Duclos a déclaré que les provinces devraient prêter attention à l’Ontario et au Québec, qui représentent ensemble environ 61 % de la population canadienne de 38,4 millions d’habitants. Les deux ont réimposé de sévères restrictions aux entreprises et aux rassemblements.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

« Ces deux provinces traversent une période très difficile. Cela, cependant, est un signal pour les autres provinces (…) qu’elles n’ont peut-être qu’une semaine, peut-être deux semaines de retard », a-t-il déclaré.

C’était important parce que le gouvernement fédéral ne disposait pas de ressources suffisantes pour donner aux provinces toute l’aide qu’elles voulaient, a-t-il déclaré lors d’un briefing.

« (Cela) est un avertissement aimable – mais un avertissement clair – à certaines provinces (…) qu’elles doivent agir maintenant », a-t-il déclaré. Les provinces sont responsables de l’administration des soins de santé et reçoivent environ un quart de leur financement d’Ottawa.

Le médecin-chef Theresa Tam a déclaré que si le risque d’hospitalisation était inférieur pour Omicron par rapport à la variante Delta, « l’accélération soudaine d’Omicron et le volume énorme de cas entraînent des tendances de maladies graves ».

Tam et Duclos ont réitéré que les Canadiens devraient se faire vacciner contre la COVID-19. Les données officielles montrent qu’au 18 décembre, 87,3 % des Canadiens de 12 ans et plus avaient reçu deux injections, tandis que le chiffre pour les enfants de 5 à 12 ans n’était que de 1,3 %.

Duclos a déclaré que 8,6 millions de rappels avaient été administrés. Le ministère fédéral de la Santé aurait plus à dire dans les semaines à venir sur son examen des candidats médicaments antiviraux oraux réalisés par Pfizer Inc (PFE.N) et Merck & Co Inc (MRK.N), a-t-il ajouté.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Reportage de David Ljunggren à Ottawa et Ismail Shakil à Bengaluru Montage par Frances Kerry

Nos normes : les principes de confiance de Thomson Reuters.

Laisser un commentaire