Examen plus approfondi des effets de l’alcool sur la santé cardiaque

[ad_1]


photo d'un couple de personnes âgées en train de dîner à la maison avec des assiettes de nourriture et des verres de vin sur la table

Aux côtés de nombreuses grandes organisations de santé, l’American Heart Association (AHA) met en garde contre les dangers de la consommation excessive d’alcool, qui peut contribuer à l’hypertension artérielle, à l’obésité et aux accidents vasculaires cérébraux. Cela décourage également les gens de boire de l’alcool pour améliorer leur santé, bien que l’AHA maintienne qu’une consommation modérée (pas plus d’un verre par jour pour les femmes et deux verres ou moins par jour pour les hommes) est acceptable.

Ces conseils complexes découlent d’études contradictoires sur les effets sur la santé d’une consommation légère à modérée d’alcool. Alors que certaines recherches axées sur les facteurs héréditaires (voir « Utiliser la génétique pour explorer les effets de la consommation d’alcool ») ont laissé entendre que même une consommation légère d’alcool peut être nocive, d’autres études ont recherché des mécanismes par lesquels une consommation modérée d’alcool pourrait être bénéfique pour le cœur.

Des preuves limitées suggèrent que l’alcool peut augmenter les niveaux de cholestérol HDL (bon), augmenter les niveaux d’antioxydants ou améliorer la circulation sanguine. Mais aucune de ces explications ne s’est avérée très convaincante. Un rapport récent a évoqué une autre possibilité : la réduction du stress.




Utiliser la génétique pour explorer les effets de la consommation d’alcool

Un problème bien connu des études observationnelles est qu’elles ne peuvent pas prouver la cause et l’effet. Les buveurs légers à modérés ont tendance à être instruits et relativement riches, ce qui leur permet souvent d’adopter des habitudes saines et de bons soins médicaux. De plus, il est souvent conseillé aux personnes malades ou prenant certains médicaments d’éviter l’alcool. Si vous comparez ces abstinents aux buveurs, ceux-ci semblent en meilleure santé, mais ce n’est pas nécessairement dû à l’alcool.

Pour tenter de tenir compte de ces facteurs et d’autres facteurs de confusion, les chercheurs ont examiné les facteurs génétiques qui influencent la consommation d’alcool. Mais les études – qui ont révélé que même de petites quantités d’alcool pouvaient augmenter le risque de maladie cardiaque – s’appuyaient sur des variantes génétiques liées aux troubles liés à la consommation d’alcool ou à la consommation excessive d’alcool. Une prédilection pour une consommation excessive d’alcool, qui a de nombreux effets néfastes sur la santé, n’est pas nécessairement un bon moyen d’évaluer les effets d’une consommation légère à modérée, explique le Dr Kenneth Mukamal, professeur de médecine à la Harvard Medical School. De plus, les facteurs génétiques sont multiformes et complexes (voir « Profilage génétique des maladies cardiaques : une mise à jour »).

Le lien avec le stress

Une étude publiée le 20 juin 2023, Journal du Collège américain de cardiologie ont découvert que les scanners cérébraux de personnes ayant déclaré boire de manière légère à modérée montraient moins d’activité dans la partie du cerveau qui réagit au stress, par rapport aux scanners de personnes qui s’abstenaient ou buvaient très peu. Le stress augmente non seulement la tension artérielle et la fréquence cardiaque, mais déclenche également une inflammation qui provoque l’accumulation de plaque dentaire, qui contribue aux crises cardiaques.

La découverte est limitée par le fait que les scintigraphies cérébrales étaient couramment effectuées pour la surveillance ou le diagnostic du cancer, explique le Dr Ken Mukamal, interniste au centre médical Beth Israel Deaconess, affilié à Harvard, qui étudie comment l’alcool et d’autres facteurs liés au mode de vie affectent la santé. « Le niveau de stress d’une personne en pleine évaluation du cancer est probablement assez élevé et peut ne pas refléter le niveau de stress typique d’une personne moyenne », note-t-il. Il estime néanmoins qu’il s’agit d’une découverte intrigante qui mérite une étude plus approfondie.

Sur le moment, l’alcool peut aider les gens à se sentir détendus, et cela est particulièrement vrai lorsque les gens boivent dans des situations sociales. Il est possible que les buveurs légers à modérés aient des liens sociaux plus forts, ce qui leur permet de résister au stress. Les auteurs de l’étude se concentrent désormais sur d’autres interventions, telles que la méditation ou l’exercice, susceptibles de réduire l’activité de stress du cerveau sans les effets potentiellement nocifs de l’alcool.

Quel est le lien entre la consommation d’alcool et le diabète ?

Une étude de 2022 a montré un lien entre une consommation modérée d’alcool (huit à 16 verres par semaine) et un risque plus faible de diabète de type 2, mais spécifiquement chez les personnes qui buvaient de l’alcool pendant les repas. De nombreux essais à court terme qui assignent au hasard des personnes à boire de l’alcool ou une boisson non alcoolisée montrent des taux de sucre dans le sang plus faibles et une meilleure sensibilité à l’insuline chez les personnes qui boivent des quantités modérées d’alcool. Bien que ces biomarqueurs ne représentent pas parfaitement le risque de diabète, ils en sont assez proches, explique le Dr Mukamal. Les personnes diabétiques sont deux fois plus susceptibles de souffrir d’une maladie cardiaque que les personnes non diabétiques.

Mais encore une fois, il est important de s’en tenir à une consommation modérée. Si vous buvez de l’alcool, dégustez-le avec un repas, ce qui ralentira l’absorption de l’alcool dans votre sang. L’alcool étant riche en calories, en boire des quantités excessives peut entraîner une prise de poids, ce qui augmente le risque de diabète.



Image : © Westend61/Getty Images

[ad_2]

Laisser un commentaire