De nouvelles règles bancaires restreignent et reconnaissent la crypto


C’est un événement rare qui unit les croyants au bitcoin et les critiques de crypto. Mais tous deux ont largement salué les nouvelles du législateur mondial pour les grandes banques selon lesquelles il envisage d’appliquer les règles de capital les plus punitives aux prêteurs qui détiennent des actifs cryptographiques. Il est tout à fait juste de le faire. Son action doit s’accompagner d’une politique coordonnée à travers le monde pour sécuriser un actif dont la popularité semble vouée à croître, malgré les risques que la crypto finance le crime organisé et le terrorisme. La volatilité de la crypto met en péril un nombre croissant d’investisseurs de détail, sans parler des risques de crédit pour les prêteurs.

La valeur du bitcoin, qui représente environ la moitié du marché de la cryptographie de 2 milliards de dollars, a augmenté de 2 000 $ jeudi lors de l’annonce du Comité de Bâle sur le contrôle bancaire, alimentée par l’idée que la réglementation, plutôt qu’une interdiction pure et simple, était une reconnaissance officielle de une classe d’actifs qui a maintenant atteint sa maturité. Quoi qu’il en soit, une augmentation de 5 000 $ depuis mardi, stimulée également par le fait qu’El Salvador est devenu le premier pays à adopter le bitcoin comme monnaie légale, a mis en évidence le point du comité sur la volatilité. Le bitcoin est passé de moins de 30 000 $ à plus de 60 000 $ cette année, avant de retomber à environ 37 000 $.

Plutôt que de réglementer eux-mêmes les actifs cryptographiques – ce qui n’est pas dans le cadeau du Comité de Bâle – les superviseurs bancaires ont plutôt cherché à resserrer les règles pour les prêteurs réglementés plongeant de plus en plus leurs orteils dans les eaux troubles de la cryptographie. Pour l’instant, cela signifie proposer des recherches ou faciliter le trading des clients plutôt que le trading exclusif des banques de crypto. Les règles proposées ont essentiellement pour effet de décourager le commerce ou l’achat de crypto pour les clients, ce qui ferait apparaître les actifs dans les bilans des banques.

Le comité a proposé que les banques devraient détenir le même montant de capital que l’exposition à laquelle elles sont confrontées dans la cryptographie, donc une exposition de 100 $ entraînerait une exigence de capital de 100 $. Il s’agit d’une manifestation d’un avertissement de longue date des régulateurs selon lequel les investisseurs – et maintenant les banques – ne devraient détenir des crypto-monnaies que s’ils peuvent se permettre d’annuler la totalité de leur investissement. Les règles font à juste titre porter le risque aux actionnaires des banques plutôt qu’aux déposants.

Les monnaies numériques des banques centrales, un domaine d’intérêt en plein essor, ne seront pas prises en compte par les nouvelles exigences. Les pièces stables, liées à une monnaie fiduciaire, bénéficieraient d’un traitement plus clément, avec une mise en garde importante : les banques doivent garantir que les pièces sont entièrement réservées à tout moment. Ce n’est pas une mince affaire si l’on considère que Tether, l’une des pièces stables les plus connues, a été accusée par le procureur général de New York plus tôt cette année d’avoir menti en disant qu’elle était toujours entièrement soutenue par le dollar américain (elle a accepté de payer une amende sans admettre les fautes). Plus probablement, de tels chèques n’en vaudront pas la chandelle pour les banques, ce qui est l’essentiel.

Il y a une ironie à ce que la crypto soit reconnue comme faisant partie du système financier établi lorsqu’elle a été créée en tant que camouflet anti-establishment. Certains éléments de la finance traditionnelle peuvent être améliorés et certains actifs cryptographiques peuvent aider. La facilitation des règlements et des paiements transfrontaliers est l’un de ces domaines. Pas tout à fait par coïncidence, une deuxième annonce bienvenue de Bâle a révélé qu’avec les banques nationales de France et de Suisse, elle travaillera sur un système de règlement de gros utilisant les CBDC.

Le comité de Bâle a un pouvoir limité. Il a fait ce qu’il pouvait face à l’inaction des gouvernements et aux divergences de vues sur le marché de la cryptographie, même au sein des mêmes organismes de réglementation. Il est maintenant temps d’adopter une politique plus cohérente : qu’il s’agisse d’un danger ou d’un refuge, la crypto est là pour rester.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *