Commotion cérébrale chez les enfants : ce qu'il faut savoir et faire


Illustration d'une petite personne aux cheveux noirs mettant deux bandages croisés sur un gros cerveau rose blessé ;  le concept est une commotion cérébrale

La commotion cérébrale est l’une des blessures cérébrales les plus courantes, touchant environ deux millions d’enfants et d’adolescents chaque année. Il s’agit d’un type particulier de blessure qui se produit lorsqu’un coup porté à la tête ou ailleurs sur le corps fait bouger le cerveau d’avant en arrière dans le crâne.

Il est possible de subir une commotion cérébrale après ce qui peut ressembler à une blessure mineure, comme une poussée violente par derrière ou une collision entre deux joueurs lors d'un match de football ou de soccer.

Quels sont les signes et symptômes d’une commotion cérébrale ?

Étant donné que la blessure peut ne pas sembler si grave de l'extérieur, il est important de connaître les symptômes d'une commotion cérébrale. Il existe de nombreux symptômes possibles, notamment

  • s'évanouir (cela pourrait être le signe d'une lésion cérébrale plus grave)
  • mal de tête
  • vertiges
  • changements de vision
  • se sentir gêné par la lumière ou le bruit
  • confusion ou sentiment de désorientation
  • problèmes de mémoire (tels que difficulté à se souvenir des détails de la blessure) ou difficulté à se concentrer
  • problèmes d’équilibre ou de coordination
  • des changements d'humeur.

Certains d’entre eux sont visibles par les autres et d’autres sont ressentis par la personne victime d’une commotion cérébrale. C'est pourquoi il est important de connaître les signes et de poser toutes les bonnes questions à un enfant blessé.

Parfois, les symptômes peuvent ne pas être apparents immédiatement, mais apparaître dans les jours qui suivent la blessure. Le site Web Heads Up du CDC contient de nombreuses informations utiles sur la façon de reconnaître une commotion cérébrale.

Comment éviter d’autres dommages au cerveau ?

La principale raison pour laquelle il est important de reconnaître rapidement une éventuelle commotion cérébrale est que la pire chose que vous puissiez faire après avoir subi une commotion cérébrale est d'en subir une autre. Le cerveau est vulnérable après une commotion cérébrale ; s'il est à nouveau blessé, les symptômes peuvent durer plus longtemps, voire permanents, comme dans les cas d'encéphalopathie traumatique chronique (ETC), une maladie qui a été observée chez des joueurs de football et d'autres personnes souffrant de blessures répétées à la tête.

S’il existe un risque qu’un enfant ait subi une commotion cérébrale lors d’une compétition sportive, il doit arrêter de jouer et consulter un médecin. Il est important de consulter un médecin chaque fois que l'on craint une éventuelle commotion cérébrale, à la fois pour s'assurer qu'il n'y a pas de lésion cérébrale plus grave et pour procéder à une bonne évaluation des symptômes, afin de pouvoir les surveiller au fil du temps. Certains questionnaires de dépistage utilisés par les médecins peuvent être réutilisés dans les jours et les semaines suivant la commotion cérébrale pour voir comment l'enfant s'améliore.

Qu’est-ce qui aide les enfants à se rétablir après une commotion cérébrale ?

Les experts ont eu du mal à trouver comment protéger le cerveau après une commotion cérébrale. Pendant longtemps, la recommandation a été de se reposer et de faire très peu de choses. Cela signifiait ne pas faire d'exercice, ne pas aller à l'école, ni même lire ou regarder la télévision. À mesure que les symptômes s’amélioraient, les restrictions ont été progressivement levées.

Au fil du temps, cependant, les recherches ont montré que non seulement autant de repos n’était pas nécessaire, mais qu’il était contre-productif. Il s’avère que ramener les enfants à leur vie quotidienne et à leur activité physique est sûr et conduit à un rétablissement plus rapide. Les experts recommandent toujours de se reposer puis de reprendre progressivement ses activités, mais les directives ne sont plus aussi strictes qu'elles l'étaient autrefois.

Une remarque importante : un professionnel de la santé doit guider les décisions visant à passer du repos à une activité légère, puis progressivement à des activités modérées puis régulières en fonction de l'état de l'enfant. Ce processus étape par étape peut s’étendre sur des jours, des semaines ou plus, selon les besoins de l’enfant. Les parents, les entraîneurs et les écoles peuvent aider à soutenir un enfant ou un adolescent lors de son retour à l’école et à ses activités et sports.

Certains enfants pourront rapidement reprendre leurs activités régulières. Mais pour d’autres, cela peut prendre des semaines, voire des mois. Les écoles et les entraîneurs sportifs devraient travailler avec les enfants pour les soutenir dans leur rétablissement. Certains enfants développent des syndromes post-commotionnels accompagnés de maux de tête, de fatigue et d'autres symptômes. C'est rare mais peut être très handicapant.

Comment les parents peuvent-ils contribuer à prévenir les commotions cérébrales ?

Il n'est pas toujours possible de prévenir les commotions cérébrales, mais les parents peuvent prendre certaines mesures :

  • Assurez-vous que les enfants utilisent les ceintures de sécurité et autres dispositifs de retenue appropriés dans la voiture.
  • Ayez des règles de sécurité claires et surveillez les enfants lorsqu’ils jouent, surtout s’ils font du vélo ou grimpent dans les arbres ou sur des structures de jeux.
  • Puisqu'au moins la moitié des commotions cérébrales surviennent pendant le sport, il est important que les équipes et les entraîneurs respectent les règles de sécurité. Les entraîneurs doivent enseigner des techniques et des compétences pour éviter les collisions dangereuses et autres blessures. Discutez avec les entraîneurs de votre enfant de ce qu'ils font pour assurer la sécurité des joueurs. Même si les casques peuvent prévenir de nombreux traumatismes crâniens, ils ne préviennent pas les commotions cérébrales.

Laisser un commentaire