Commis III (2022) – Critique de film


Commis III2022.

Écrit et réalisé par Kevin Smith.
Avec Jeff Anderson, Brian O’Halloran, Jason Mewes, Kevin Smith, Rosario Dawson, Marilyn Ghigliotti, Trevor Fehrman, Jennifer Schwalbach Smith, Austin Zajur, Justin Long, Harley Quinn Smith, Fred Armisen, Ben Affleck, Sarah Michelle Gellar, Ralph Garman et Marc Bernardin.

SYNOPSIS:

Dante, Elias, Jay et Silent Bob sont enrôlés par Randal après une crise cardiaque pour faire un film sur le dépanneur qui a tout déclenché.

La vie de tout le monde est digne d’être un film. C’est ce que le scénariste/réalisateur Kevin Smith semble croire, avec une suite des décennies plus tard Commis III centré sur Dante et Randal d’âge moyen (toujours joués par Jeff Anderson et Brian O’Halloran, tous deux des acteurs sensiblement améliorés apportant leur A-game ici) faisant un film sur toutes les bêtises folles et souvent juvéniles qu’ils ont dites ou vues descendre dans le dépanneur Quick Stop qu’ils dirigent.

Commis III vise à montrer comment cela se serait passé si Dante et Randal avaient fait ces films, ce qui aurait pu entraîner un désastre de voyage indulgent et nostalgique. Certes, il y a des moments où Kevin Smith se penche trop sur cet aspect, surtout une fois que le processus de réalisation du film est en cours et qu’une bonne partie de la section médiane devient un voyage dans le passé. Mais il a aussi une raison personnelle de raconter cette histoire, qu’il tire de son expérience d’une crise cardiaque ou d’une brouille réelle avec Jeff Anderson qui a finalement été réparée (c’est pourquoi et comment ce film existe).

Dante et Randal sont toujours visités par Elias (Trevor Fehrman), qui a maintenant son propre acolyte décalé de Silent Bob (Austin Zajur). Lors d’un échange sur la bêtise du crypto-cerf-volant NFTS, Randal se laisse tomber par terre et est transporté d’urgence à l’hôpital, où il apprend qu’il fait une crise cardiaque. Avec son meilleur ami Dante à ses côtés, les insécurités et les peurs de Randal sont au premier plan alors qu’il regarde la mortalité.

Bien sûr, il y a l’humour grossier habituel attendu, comme Randal ne voulant pas qu’une infirmière (Justin Long dans l’un des nombreux camées du film) se rase l’aine parce qu’il ne veut pas que son meilleur ami découvre qu’il a eu un petit pénis tout le temps en prétendant que c’est énorme. Cependant, des extraits de dialogue comme Randal remettent en question l’intérêt d’être dans la quarantaine et de se soucier si passionnément de la culture nerd et si c’était une façon épanouissante de vivre la vie perce comme une balle étant donné que le super geek Kevin Smith ressentait peut-être la même chose.

Randall survit et le personnel de l’hôpital dit à Dante qu’il devra être là pour son ami. Naturellement, une expérience de mort imminente recâble mentalement quelqu’un, ce qui signifie que l’on comptera sur Dante pour offrir optimisme et soutien. Randal décrit la situation comme ayant sa vie devant ses yeux, d’où l’idée de traduire toutes ces rencontres sauvages et incroyables dans les dépanneurs en arts cinématographiques. Parfois, on a l’impression que Kevin Smith justifie sa décision de prendre Greffiers en premier lieu, mais il puise également dans quelque chose d’honnête et de sincère à propos d’un chemin qu’il a parcouru.

Dante veut aider, mais il est aussi de nouveau seul dans la vie. Il a suivi un accident tragique qui a coûté la vie à Becky (Rosario Dawson, apparaissant dans des séquences fantastiques vraiment maladroites où elle interagit et offre des conseils à Dante). En tant que tel, il y a beaucoup de souvenirs qu’il ne veut pas revivre, ce qui donne une autre tournure fascinante au dialogue entourant cette entreprise de cinéma de crise de la quarantaine.

Il devient également de plus en plus irritant pour Dante de se plier en arrière pour Randal, qui devient vite égocentrique, exigeant et grossier envers son meilleur ami. Il y a assez de cœur pour s’en sortir et, bien sûr, plusieurs blagues hilarantes sur la culture pop. Il y a aussi un segment d’audition qui n’est rien de plus qu’une excuse pour fournir plus d’une douzaine de camées amusants aux habitués de Kevin Smith.

Le film lui-même est toujours amusant, trouvant l’humour dans la situation tout en ramenant les personnages préférés des fans (Jay et Silent Bob, à nouveau interprétés par Jason Mewes et Kevin Smith, participent également au processus de réalisation avec le ce dernier se lançant dans une diatribe acharnée sur la cinématographie et l’intégrité artistique). Cependant, bien que sincère et finalement émouvant, la fin de partie (voir, j’ai aussi des références à la culture pop, Kevin Smith) implique un troisième acte précipité avec un comportement de personnage de va-et-vient qui affaiblit l’impact émotionnel.

Commis III est également un film qui donne son générique d’ouverture à « Welcome to the Black Parade » de My Chemical Romance, donc même si c’est rugueux sur les bords et désordonné, il y a une bande-son enjouée et brillamment adaptée pour les manigances qui s’ensuivent et la bromance attachante. Jeff Anderson et Brian O’Halloran sont formidables, suscitant des rires tout en coupant au cœur dramatique et existentiel de ces personnages adorablement grossiers. C’est plus en qualité avec Le retour du Jedi que Retour du roimais je ne pense pas non plus que Kevin Smith voudrait qu’il en soit autrement.

Évaluation du mythe scintillant – Film : ★ ★ ★ / Film : ★ ★ ★ ★

Robert Kojder est membre de la Chicago Film Critics Association et de la Critics Choice Association. Il est également le rédacteur en chef de Flickering Myth Reviews. Vérifiez ici pour de nouvelles critiques, suivez mon Twitter ou Letterboxd, ou écrivez-moi à MetalGearSolid719@gmail.com

https://www.youtube.com/watch?v=embed/playlist



Laisser un commentaire