AUKUS : Maintenir l’unité de l’Occident « exigera beaucoup d’efforts », déclare un responsable allemand, alors que la France se déchaîne contre l’accord sur les sous-marins nucléaires | Nouvelles du monde


Le maintien de l’unité entre les alliés occidentaux « exigera beaucoup d’efforts » à la lumière d’un fossé qui se creuse entre la France et les membres d’un nouveau partenariat de sécurité, a déclaré l’ambassadeur d’Allemagne au Royaume-Uni.

Andreas Michaelis répondait à La France rappelle ses ambassadeurs aux Etats-Unis et en Australie, après que le gouvernement de ce dernier a abandonné un accord de plusieurs milliards de dollars avec Paris pour de nouveaux sous-marins nucléaires et a décidé d’acheter à la place ceux fabriqués avec la technologie américaine.

La réponse à l’accord annulé – résultant de quelque chose qui a été surnommé le Partenariat AUKUS, entre l’Australie, le Royaume-Uni et les États-Unis – a été décrite par Deborah Haynes, rédactrice en chef de la sécurité et de la défense de Sky comme « l’une des plus graves failles parmi les alliés de mémoire d’homme ».

Il vient en tant que chancelier de longue date de l’Allemagne, Angela Merkel, doit être remplacé le week-end prochain par celui qui remportera les élections fédérales.

M. Michaelis, faisant référence à l’analyse de Deborah Haynes sur Sky News, a déclaré sur Twitter : « Le nouveau gouvernement allemand qui sera élu le 26/9 sera confronté à d’importantes discussions stratégiques.

« Le débat AUKUS l’illustre de manière frappante. L’Allemagne a toujours visé la cohérence et l’unité [sic] de l’Occident. C’est devenu une partie de notre ADN pendant la guerre froide. Cette unité demandera beaucoup d’efforts. »

La décision de retirer son représentant aux Etats-Unis, évoquée hier soir par le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian sur ordre du président Emmanuel Macron, c’était la première fois que la France rappelait son ambassadeur américain.

Il a déclaré que l’annulation par l’Australie du gros contrat d’achat de sous-marins conventionnels français en faveur des sous-marins nucléaires construits avec la technologie américaine était un « comportement inacceptable ».

Cela signifie que la France perd un accord de près de 100 milliards de dollars australiens (47 milliards de livres sterling) pour construire des sous-marins diesel-électriques.

Veuillez utiliser le navigateur Chrome pour un lecteur vidéo plus accessible

« L’alliance AUKUS nous rapprochera plus que jamais »

L’Australie a déclaré samedi matin qu’elle regrettait que la France rappelle son ambassadeur, ajoutant qu’elle appréciait la relation avec la France et continuerait à s’engager avec Paris sur d’autres questions.

Un porte-parole du département d’État américain a déclaré que la France était un « allié vital » et que les États-Unis s’engageraient dans les prochains jours à résoudre les différends.

Une déclaration du ministère français des Affaires étrangères n’a pas mentionné le Royaume-Uni, mais une source diplomatique a déclaré que la France pensait que l’adhésion de la Grande-Bretagne à l’accord était opportuniste.

Après ce que l’on pense être son premier appel au secrétaire d’État américain Antony Blinken en tant que nouveau secrétaire aux Affaires étrangères du Royaume-Uni, Liz Truss n’a pas spécifiquement mentionné l’escalade dans un tweet discutant de ce dont le couple avait parlé.

Elle a toutefois déclaré qu’ils avaient tous deux salué leur « nouveau partenariat AUKUS » et parlé des efforts futurs « pour approfondir… les partenariats de sécurité avec nos alliés ».

Le partenariat AUKUS fait partie d’une nouvelle alliance stratégique indo-pacifique entre les États-Unis, l’Australie et la Grande-Bretagne, a annoncé la semaine dernière le président américain Joe Biden.

Veuillez utiliser le navigateur Chrome pour un lecteur vidéo plus accessible

Biden a-t-il oublié le nom du Premier ministre australien?

Le président français Emmanuel Macron n’a jusqu’à présent pas commenté directement, mais vendredi, un haut diplomate français a évoqué de manière anonyme une « crise » dans les relations avec les États-Unis.

Il a déclaré que pour Paris « il s’agit d’une question stratégique concernant la nature même des relations entre l’Europe et les Etats-Unis au sujet de la stratégie indo-pacifique ».

Il a ajouté que l’Australie n’avait jamais fait part à la France de son souhait de passer aux sous-marins à propulsion nucléaire, y compris lors d’une rencontre entre M. Macron et le Premier ministre Scott Morrison.

Le diplomate français a déclaré que M. Macron avait reçu mercredi matin une lettre de M. Morrison annonçant la décision d’annuler l’accord sur les sous-marins.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson salue le président français Emmanuel Macron, lors du sommet du G7 à Carbis Bay, Cornouailles, Grande-Bretagne, le 11 juin 2021. REUTERS/Phil Noble/Pool
Image:
Emmanuel Macron avec Boris Johnson et (ci-dessous) Joe Biden lors du sommet du G7 à Cornwall plus tôt cette année
Le président français Emmanuel Macron, le président américain Joe Biden, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et le Premier ministre italien Mario Draghi marchent le long de la promenade lors du sommet du G7 à Carbis Bay, Cornwall, Grande-Bretagne, le 11 juin. 2021. REUTERS/Kevin Lamarque/Piscine TPX IMAGES DU JOUR

Après l’annonce de l’accord, M. Le Drian a déclaré à la radio franceinfo qu’il s’agissait d’une « décision brutale, unilatérale et imprévisible » rappelant le type d’actions que Donald Trump prendrait.

Il a déclaré: « Je suis en colère et amer. Cela ne se fait pas entre alliés. C’est un coup de poignard dans le dos. Nous avons créé une relation de confiance avec l’Australie, et cette confiance a été brisée. »

Le partenariat « historique » du Royaume-Uni, des États-Unis et de l’Australie vise à renforcer les défenses et à partager les secrets des sous-marins nucléaires à un moment où la Chine est de plus en plus préoccupée.

La Chine a condamné l’accord, affirmant que la coopération des puissances occidentales dans le domaine des sous-marins nucléaires « porte gravement atteinte à la paix et à la stabilité régionales » et « met en péril les efforts internationaux visant à promouvoir la non-prolifération des armes nucléaires ».

Londres, Canberra et Washington ont déclaré qu’ils chercheraient à collaborer dans les domaines de la cybertechnologie, des technologies quantiques et de l’intelligence artificielle, ainsi que d’autres capacités sous-marines.



Laisser un commentaire