Une femme péruvienne entre dans l’histoire et remporte la bataille pour le droit de mourir

[ad_1]

LIMA, Pérou – Ana Estrada, qui est confinée dans son lit, se dit «heureuse et satisfaite» de la décision historique des autorités péruviennes de lui permettre une mort assistée, une décision remarquable dans ce pays majoritairement catholique romain où l’euthanasie est illégale.

Le gouvernement du pays andin a décidé de ne pas faire appel d’une décision de justice qui lui reconnaît le droit de mourir.

«C’est un cas individuel, mais j’espère que cela servira de précédent», a déclaré Estrada, 44 ans, à Reuters, après que les ministères de la Justice et de la Santé aient décidé mardi soir de respecter la décision d’un juge selon laquelle elle a droit à «une mort digne. . »

«Je pense que c’est une réalisation non seulement de la mienne, non seulement de ma cause, mais aussi une réalisation du droit et de la justice au Pérou», a déclaré Estrada d’une voix étouffée et brisée.

Estrada, psychologue, souffre depuis trois décennies de polymyosite, une maladie rare et incurable qui attaque progressivement ses muscles. Elle respire avec un respirateur la plupart du temps.

Estrada a entamé une bataille juridique il y a environ cinq ans pour être autorisée à décider de mettre fin à ses jours «le moment venu».

L’euthanasie est interdite dans de nombreux pays et beaucoup au Pérou s’opposent fermement à cette pratique. L’avortement et le mariage homosexuel sont également interdits au Pérou. En Amérique latine, la Colombie autorise la procédure sous certaines conditions.

La décision du tribunal de la semaine dernière prévoit que l’assureur de la santé publique EsSalud fournit «toutes les conditions» nécessaires à l’euthanasie d’Estrada, qui doit avoir lieu dans les 10 jours ouvrables à compter de la date à laquelle elle décide de mettre fin à ses jours.

EsSalud a déclaré qu’il se conformerait à la décision et formerait des commissions médicales pour développer un protocole pour de tels cas. La décision du tribunal a également dégagé toute personne ayant aidé Estrada à mourir de faire face à des accusations, bien que la loi locale interdit toujours à quiconque d’aider les gens à mourir.

Estrada a écrit un blog depuis 2016 intitulé «Ana cherche une mort digne». Elle a déclaré à Reuters qu’elle déciderait de mettre fin à ses jours lorsqu’elle ne pourrait plus écrire.

«Mon corps est défaillant, mais mon esprit et mon esprit sont heureux», a-t-elle déclaré. «Je veux que le dernier moment de ma vie continue comme ça, en liberté, avec paix, tranquillité et autonomie. Je veux qu’on se souvienne de moi comme ça.

Suivre NBC Latino sur Facebook, Twitter et Instagram.



[ad_2]

Laisser un commentaire