Un fonds saoudien pour la richesse en pourparlers pour attirer les entreprises de santé et de technologie

[ad_1]

Le fonds souverain d’Arabie saoudite cherche à utiliser sa puissance financière pour inciter les entreprises internationales de santé et de technologie à s’installer dans le royaume.

Le fonds d’investissement public de 400 milliards de dollars est «déjà en discussion avec un certain nombre d’entreprises du secteur de la santé», a déclaré le gouverneur Yasir al-Rumayyan au Financial Times.

Il est en pourparlers avec la start-up de voitures électriques Lucid Motors, dans laquelle il a investi 1,3 milliard de dollars pour acquérir une participation de 67%, pour établir une usine de fabrication dans le royaume, et avec de «nombreuses» entreprises de SoftBank, une vision de 100 milliards de dollars, soutenue par l’Arabie saoudite. Fonds, dit-il.

« La prochaine étape consiste à aller de l’avant pour les amener au royaume », a déclaré M. Rumayyan.

Le prince héritier Mohammed ben Salmane a désigné le PIF comme un élément central des projets grandioses de modernisation du royaume et de création de nouvelles industries qui réduisent la dépendance au pétrole, dans le but d’atteindre 1 milliard de dollars d’actifs sous gestion d’ici 2025. Mais le royaume a eu du mal à attirer des étrangers. investissement en dehors du secteur énergétique.

Le fonds s’est engagé à dépenser 40 milliards de dollars par an dans l’économie nationale au cours des cinq prochaines années.

Comme il se concentre davantage sur le marché intérieur, M. Rumayyan a déclaré que l’exposition internationale du fonds passerait à environ 20% des actifs sous gestion au cours des cinq prochaines années, contre près de 30% après avoir versé au moins 7,7 milliards de dollars dans les actions américaines et européennes. le premier trimestre de l’année dernière pour profiter de la volatilité des marchés. Pourtant, en termes absolus, les investissements étrangers continueront de croître, a-t-il déclaré.

Les analystes se sont demandé comment le PIF pourrait financer ses vastes engagements, d’autant plus que l’Arabie saoudite a été touchée par la pandémie de coronavirus et les bas prix du pétrole.

Mais M. Rumayyan a déclaré que le financement proviendrait d’une combinaison de prêts, de dividendes de ses avoirs, d’injections de liquidités du gouvernement et de la privatisation des entreprises saoudiennes qu’il détient, dès cette année.

L’année dernière, le PIF a reçu 40 milliards de dollars des réserves de change de la banque centrale et a été le principal bénéficiaire de la cotation en bourse de décembre 2019 de la compagnie pétrolière Saudi Aramco, qui a levé 29 milliards de dollars en ne remettant qu’une petite part aux mains du public.

Yasir al-Rumayyan, gouverneur du fonds souverain d’Arabie saoudite, insiste sur le fait qu’il n’évince pas le secteur privé du royaume © AFP via Getty Images

M. Rumayyan a déclaré que Riyad pourrait envisager de coter plus d’actions de Saudi Aramco «si l’évaluation est correcte», et que la compagnie pétrolière publique elle-même envisageait un programme «massif» de désinvestissement d’actifs.

«Historiquement parlant, [Saudi Aramco] utilisé pour tout faire eux-mêmes. . . ils avaient leurs propres aéroports, leurs propres flottes, leurs propres pipelines », a-t-il dit. «Maintenant, s’il est logique pour nous de céder certains de ces actifs, nous allons certainement le faire. Cela peut inclure tout sauf les opérations principales.

M. Rumayyan, qui est également président de Saudi Aramco, a déclaré que le PIF aurait besoin d’injections supplémentaires de liquidités du gouvernement, mais a insisté sur le fait que cela ne se produirait que lorsque les réserves de la banque centrale, qui sont tombées à environ 444 milliards de dollars au milieu de l’année dernière, seraient reconstituées.

Il a également rejeté les inquiétudes selon lesquelles Saudi Aramco, qui a été le fondement de l’économie, risquait de devenir un distributeur automatique de billets pour le fonds souverain.

«Nous avons une gouvernance dans les deux entreprises. . . La méthode PIF ne permettra jamais à une partie de faire pression sur l’autre », a-t-il déclaré.

Dans le cadre de ses efforts de diversification de l’économie, le PIF a créé plus de 30 entreprises nationales au cours des trois dernières années, dans des secteurs allant de la défense au recyclage des déchets. Il supervise également le développement de trois soi-disant «giga-projets» – Neom, une «mégapole» futuriste de 500 milliards de dollars, Qiddiya, un complexe sportif et de divertissement de plus de 15 milliards de dollars et un projet touristique haut de gamme sur la mer Rouge. devrait coûter au moins 10 milliards de dollars.

Mais il a suscité des critiques selon lesquelles il évince le secteur privé en dominant l’économie nationale.

« Ils augmentent le risque et l’influence de l’Etat au détriment du secteur privé, il devient une entreprise d’Etat », a déclaré un analyste du Golfe. «Ils pensent que la solution aux problèmes de l’Arabie saoudite est le PIF, mais cela n’a pas encore été prouvé.»

Cependant, M. Rumayyan insiste sur le fait que le PIF a nourri le secteur privé. «Nous ouvrons la voie à leur entrée», a-t-il déclaré.

[ad_2]

Laisser un commentaire