Un auditeur congolais déclare que 400 millions de dollars ont disparu de la compagnie minière d’État | Nouvelles du monde


Par Stanis Bujakera et Aaron Ross

KINSHASA (Reuters) – Plus de 400 millions de dollars d’avances fiscales et de prêts que la société minière publique Gécamines de la République démocratique du Congo a déclaré avoir versés au Trésor national sont introuvables, selon un rapport de l’organisme de surveillance des finances publiques du gouvernement.

Le mineur d’État Gécamines détient des participations minoritaires dans plusieurs des plus grands projets de cuivre et de cobalt au monde, notamment la mine Kamoto Copper Company de Glencore et la mine Tenke Fungurume de China Molybdenum.

La Gécamines est depuis longtemps poursuivie par des accusations de corruption portées par des organisations non gouvernementales et des politiciens de l’opposition.

La Gécamines a toujours nié toutes les allégations d’actes répréhensibles. Son secrétaire général n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire samedi sur les dernières accusations.

Caricatures politiques sur les dirigeants mondiaux

La Gécamines a présenté des comptes aux commissaires aux comptes de l’Inspection générale des finances (IGF) montrant des avances fiscales et des prêts à l’État congolais de plus de 591 millions de dollars, mais seuls 178 millions de dollars ont pu être retracés dans les comptes du Trésor, selon un rapport d’audit de l’IGF consulté par Reuters. .

Le rapport, daté du 31 mai mais qui n’a pas été rendu public, indique que les 413 millions de dollars manquants sont présumés avoir été détournés et que les auditeurs poursuivront leurs enquêtes.

Elle n’a pas précisé quand les avances et les prêts en question ont été consentis.

Le rapport indique que 175 millions de dollars supplémentaires versés à la Gécamines à titre de prime de signature pour un projet de cuivre et de cobalt ne pouvaient pas non plus être retracés jusqu’au Trésor, et a reproché à la société de ne pas avoir évalué de manière indépendante les niveaux de réserves minérales dans ses coentreprises avec des investisseurs étrangers.

La Gécamines produisait près de 500 000 tonnes de cuivre par an à son apogée dans les années 1980, mais elle s’est depuis fortement endettée et a vendu ses participations majoritaires dans les grandes mines.

Le Congo est le premier producteur africain de cuivre et le premier producteur mondial de cobalt, qui est utilisé dans les batteries des voitures électriques.

Depuis son arrivée au pouvoir en 2019, le président Félix Tshisekedi a remanié la direction de la Gécamines, remplaçant les cadres les plus étroitement liés aux précédentes allégations de corruption.

(Reportage de Stanis Bujakera et Aaron Ross; Montage par Peter Graff)

Droits d’auteur 2022 Thomson Reuters.



[affimax]

Laisser un commentaire