Un athlète ougandais absent de son hôtel au Japon avant les Jeux olympiques


TOKYO – Des responsables locaux recherchent un athlète ougandais qui a disparu vendredi dans l’ouest du Japon dans une affaire soulevant des questions sur la surveillance des organisateurs japonais des participants olympiques au milieu des préoccupations locales liées au coronavirus.

L’homme de 20 ans porté disparu s’entraînait dans le cadre de l’équipe ougandaise de neuf membres à Izumisano, dans la préfecture d’Osaka, ont indiqué des responsables de la ville.

Les coéquipiers ont réalisé que l’athlète était absent vers midi vendredi lorsque son échantillon de test de salive n’a pas été livré et ils ont trouvé sa chambre d’hôtel vide, ont déclaré des responsables de la ville. Il n’y a pas eu d’entraînement vendredi matin et il a été vu pour la dernière fois dans sa chambre aux premières heures de vendredi.

Après ne pas l’avoir trouvé à l’intérieur de l’hôtel, les autorités ont informé la police pour une recherche plus large. Il n’y avait pas de surveillance 24 heures sur 24 à l’hôtel, et on ignorait quand et comment il était sorti de l’hôtel, ont déclaré des responsables.

Les Jeux olympiques retardés par la pandémie commencent le 23 juillet malgré les inquiétudes croissantes concernant la recrudescence des infections à Tokyo. Vendredi, la ville hôte a signalé 1 271 cas, après avoir atteint un sommet en six mois à 1 308 la veille.

L’équipe ougandaise a déjà figuré dans le système de santé et de surveillance du Japon.

À leur arrivée le 19 juin à l’aéroport international de Narita, un membre de l’équipe a été testé positif et y a été mis en quarantaine, tandis que les huit membres restants ont été autorisés à parcourir plus de 300 milles dans un bus affrété jusqu’à Izumisano, leur camp pré-olympique dans le préfecture occidentale d’Osaka.

Quelques jours plus tard, un deuxième membre de l’équipe d’Afrique de l’Est a été testé positif au virus, forçant sept responsables municipaux et chauffeurs qui avaient des contacts étroits avec l’équipe à s’auto-isoler. Les responsables de la santé ont déclaré que les deux Ougandais infectés avaient la variante delta.

Les deux membres de l’équipe ont depuis mis fin à leur obligation de quarantaine et l’équipe s’entraîne depuis le 7 juillet.

L’affaire a incité les autorités japonaises à intensifier les contrôles aux frontières et à modifier la politique d’isolement pour obliger des groupes entiers à se mettre en quarantaine dans les zones aéroportuaires lorsqu’un membre est positif.

Alors que les autorités japonaises ont exigé l’utilisation d’applications de santé et de localisation, et restreint l’activité dans une « bulle » pour isoler complètement les athlètes du public japonais, des violations ont été signalées.

Les moniteurs promis plus tôt par le ministre olympique Tamayo Marukawa n’ont pas été vus opérer dans un certain nombre d’hôtels. Marukawa a déclaré aux journalistes vendredi qu’elle demandait aux organisateurs de renforcer les mesures et d’augmenter le personnel de surveillance dans les hôtels pour s’assurer que les règles sont respectées.

Laisser un commentaire