Sur les chants « Fire Nagy » lors du match du lycée de ses fils


L’une des revendications douteuses de ma classe de finissants du secondaire était que nous étions si odieux et désordonnés lors d’une assemblée que nous avons forcé un conférencier motivateur de classe mondiale, un homme dont le travail était de galvaniser et de motiver de grands groupes de personnes, à s’éloigner au milieu d’une assemblée.

Cela fait partie de la catégorie des nouvelles pas si importantes que les lycéens peuvent être des idiots. Ils manquent souvent de recul pour comprendre les ramifications à grande échelle de leurs paroles et de leurs actions. C’est une période étrange de la vie, une période qui provoque des regrets des décennies plus tard, une fois que nous avons appris les leçons que nous étions censés apprendre et mûri émotionnellement.



Laisser un commentaire