Record d’exécutions, d’arrestations et de détentions à grande échelle : nouveau rapport sur les droits humains en Iran

[ad_1]

« La situation générale des droits de l’homme en République islamique d’Iran a nettement détérioré dans le contexte d’une détérioration continue des conditions socio-économiques, aggravée par les sanctions et l’impact persistant de la pandémie de COVID-19 », a déclaré Nada Al-Nashif, chef adjoint des droits de l’homme de l’ONU, en présentant le rapport au Conseil des droits de l’homme à Genève.

Le rapport se concentre sur les développements depuis le début des manifestations à l’échelle nationale après la mort de Jina Mahsa Amini, 22 ans, le 16 septembre de l’année dernière. Trois jours après, elle est tombée dans le coma et est décédée en garde à vue, suite à son arrestation par la soi-disant police de la moralité iranienne.

Des centaines mis à mort

Le rapport note avec une vive inquiétude le nombre élevé de condamnations à mort et d’exécutions au cours de la période considérée.

« En 2022, 582 personnes ont été exécutées», a noté le Haut-commissaire adjoint du bureau des droits de l’homme de l’ONU, le HCDH.

« C’est une augmentation de 75% par rapport à 2021 au cours de laquelle 333 personnes auraient été exécutées. Il y avait trois enfants parmi les personnes exécutées en 2022. Sur le nombre total d’exécutions, 256 concernaient des infractions liées à la drogue.

Selon Mme Al-Nashif, il s’agit du taux le plus élevé d’exécutions liées à la drogue dans le pays depuis 2017.

Au moins 44 enfants tués

Le nombre total de détenus pour avoir participé aux manifestations est estimé à environ 20 000, selon le rapport.

On estime que des milliers d’enfants figuraient parmi les personnes arrêtées lors des manifestations, tandis que au moins 44 enfants, dont 10 filles, auraient été tués par les forces de sécurité en utilisant la force létale.

Le plus grand nombre de décès a été signalé dans la province du Sistan et du Balouchistan, où au moins 10 enfants ont été tués.

« Il y a eu de nombreuses allégations de torture et de mauvais traitements d’individus par les forces de sécurité lors d’arrestations et d’interrogatoires pour obtenir des aveux forcés ainsi que des allégations de violences sexuelles et sexistes commises contre les femmes, les hommes et les enfants, en particulier en détention», a déclaré Mme Al-Nashif.

« Les conditions de détention, notamment le refus de soins médicaux, les conditions sanitaires désastreuses, l’eau potable contaminée et la surpopulation, restent préoccupantes. »

Diminution des droits

Depuis le début des manifestations, le respect du droit à la liberté s’est considérablement détérioré, a appris le Conseil des droits de l’homme.

Il a également été constaté que la politique de l’État était devenue plus stricte dans l’application du port obligatoire du voile et dans l’imposition de sanctions plus sévères aux femmes et aux filles qui ne respectaient pas la décision.

L’IA traque les délinquants voilés

« Le 15 août 2022, le président a signé un décret qui comprend l’introduction de technologie de reconnaissance faciale pour suivre et punir les femmes non dévoilées ou ceux qui remettent activement en question le port obligatoire du voile », a déclaré le chef adjoint des droits de l’ONU.

« Au niveau législatif, de nouveaux projets de dispositions du Code pénal sont en cours d’examen au Parlement pour élargir la portée des infractions pour non-conformité, permettant l’emprisonnement, la flagellation et d’autres peines. »

Le rapport note également l’incapacité de l’Iran à protéger le bien-être physique et mental des étudiantes et les atteintes à leur droit à l’éducation.

Empoisonnements suspectés

« Au 2 mars de cette année, plus de 1 000 élèves, dont la majorité sont des filles, auraient été touchés par suspicion d’empoisonnement dans 91 écoles de 20 provinces. Les autorités ont fourni des récits contradictoires de ces incidents », a noté Mme Al-Nashif.

Ali Bahreini, ambassadeur et représentant permanent de l’Iran auprès de l’ONU à Genève, a rejeté le rapport carrément comme inexact.

[ad_2]

Laisser un commentaire