Quatre étapes pour contribuer à l’adoption du vaccin COVID-19: comment les professionnels de la santé peuvent assumer leur rôle de messagers

[ad_1]

Récemment, les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) ont annoncé des mises à jour sur les réactions aux vaccins COVID-19. Ils ont signalé qu’au 18 décembre 2020, 3 150 des 112 807 (2,8 pour cent) personnes recevant une première dose ont signalé des «événements ayant un impact sur la santé» nécessitant un travail manquant ou la consultation d’un médecin. Ces chiffres peuvent sembler effrayants, mais les données des essais cliniques sont rassurantes sur le fait que les effets secondaires des vaccins Pfizer et Moderna COVID-19 sont généralement légers. Le pays doit s’assurer que les Américains comprennent que l’augmentation du nombre absolu d’effets secondaires n’implique pas nécessairement un taux plus élevé de réactions – ni que les profils risques-avantages ont changé.

En prenant du recul, cette annonce rappelle que la distribution du vaccin COVID-19 introduit des exercices quotidiens de communication sanitaire – et que les agents de santé sont idéalement placés pour contribuer à ce rôle. Les professionnels de la santé restent la source d’information la plus fiable sur les vaccins. La manière dont les infirmières, les médecins, les interprètes, les pharmaciens et autres parlent des vaccins compte pour deux raisons: les patients sollicitent leurs conseils pour prendre des décisions personnelles et les agents de santé sont des soutiens sociaux en se faisant vacciner en premier. Alors que les messages à grande échelle et les campagnes de santé publique peuvent souvent être le domaine des institutions de santé publique, les professionnels de la santé peuvent tirer parti de leur crédibilité pour amplifier les messages, que ce soit par le biais de leurs bureaux et de leurs communautés, ou en interagissant avec les médias sociaux et les médias locaux, comme beaucoup l’ont déjà fait pendant la pandémie. Pourtant, étant donné que les vaccins sont distribués au milieu de l’incertitude plus large de la pandémie, certains prestataires peuvent se trouver mal préparés pour ce travail.

Et cette tâche ne pouvait pas être plus critique. Bien que le CDC ait annoncé que 10 millions de doses ont été distribuées, la lutte contre la pandémie nécessite la réalisation d’une immunité durable chez environ 60 à 70 pour cent de la population américaine – 197 à 230 millions de personnes – principalement grâce à des vaccins. Alors que la confiance dans les vaccins COVID-19 a augmenté, plus d’un quart de la population déclare être encore hésitante, indiquant qu’ils «n’obtiendraient probablement ou certainement pas un vaccin COVID-19 même s’il était disponible gratuitement et jugé sûr par les scientifiques. « 

Pour tirer le meilleur parti de leur position de messagers des vaccins, les professionnels de la santé peuvent utiliser quatre stratégies.

Reconnaître que l’hésitation n’est pas monolithique

Il est simpliste de considérer la réticence à accepter les vaccins COVID-19 monolithiques. Une meilleure taxonomie de l’hésitation à la vaccination pourrait subdiviser les individus en groupes ayant une méfiance historique à l’égard du système de soins de santé, en particulier les communautés de couleur; les personnes préoccupées par le manque de données sur les effets secondaires des vaccins à long terme; et les gens convaincus par la désinformation.

Certes, ces descriptions sont probablement encore trop simplistes. Examinez les données de sondages récents de la Henry J. Kaiser Family Foundation (KFF), qui caractérisent les participants en quatre niveaux d’enthousiasme pour les vaccins: «dès que possible» (34%), «attendre et voir» (39%), «seulement si nécessaire »(9%) et« certainement pas »(15%). Le même sondage révèle que les adultes blancs sont répartis dans ces groupes; par exemple, environ un tiers préfère «attendre et voir», tandis que 15% disent «certainement pas». Et les raisons qui sous-tendent ces attitudes varient; parmi les adultes blancs qui hésitent, 56% s’inquiètent des effets secondaires, 49% pensent que les risques de COVID-19 sont exagérés et 36% ne font pas confiance aux vaccins en général.

Non seulement ces attitudes sont nuancées, mais elles changent également à mesure que le calendrier de la pandémie avance. Le sondage KFF a révélé un enthousiasme pour les vaccins 12% plus grand chez les adultes noirs que celui de septembre.

La contradiction entre les raisons distinctes qui influencent les opinions d’un patient peut menacer la confiance du patient, tout comme d’autres approches universelles l’ont déjà été en santé publique. Au lieu de cela, un clinicien ayant cette conscience, combiné à la curiosité de comprendre les préoccupations et les motivations spécifiques d’un patient, peut faciliter des conversations personnalisées. Pour de nombreuses personnes, un professionnel de la santé qui fait de la place pour les écouter, reconnaît les facteurs de leur hésitation et offre des informations personnalisées peut aider à promouvoir l’adoption des vaccins.

Apprendre des campagnes de désinformation

Le caractère collant de la désinformation est porteur de leçons pour les campagnes de santé publique. La théorie du complot «plandémique», par exemple, a incorrectement convaincu des millions de personnes que le COVID-19 était intentionnellement planifié et a attiré plus d’attention que les événements en ligne les plus populaires de 2020. Les experts de FirstDraft, une organisation à but non lucratif traitant des informations trompeuses, ont identifié deux caractéristiques qui rendent de nombreuses campagnes de désinformation convaincantes: elles sont généralement visuelles et participatives.

Une enquête récente sur les récits du vaccin COVID-19 – qui a examiné 14 394 320 publications sur Twitter, Instagram, les pages Facebook et les groupes Facebook publics – a révélé que «les photos et les vidéos représentaient 51% de tout le contenu». Alors que les agences cliniques publient régulièrement des fiches d’information ou de longs livrets PDF sur COVID-19, les campagnes de désinformation découlent souvent d’un visuel émotionnellement attrayant, tel que ce mème.

En plus d’utiliser des visuels, les communautés de désinformation impliquent régulièrement la participation d’individus. FirstDraft décrit comment les groupes de conspiration tels que QAnon sont «démocratisés» et ont été comparés à un «jeu multijoueur en ligne massif». Pour aider les gens à se sentir responsabilisés de cette manière, les cliniciens peuvent s’associer à leur clinique ou système de santé, aux organisations locales et aux établissements de santé publique pour diffuser des messages communautaires et des récits visuels. Des visuels créatifs, tels que les graphiques de NYC Health + Hospitals avec la Statue de la Liberté recevant un vaccin COVID-19, peuvent être exposés aux patients dans les salles d’attente et les bureaux. Les cliniciens pourraient convoquer des groupes de travail d’information sur le vaccin COVID-19 des cliniques, impliquant la participation de patients volontaires, pour définir des approches de messagerie et organiser des événements de campagne de vaccination.

Évitez d’offrir de fausses assurances

Les agents de santé doivent veiller à ne pas surestimer la science actuelle ou à ne pas offrir de fausses assurances, ce que la recherche démontre peut se retourner contre lui et trahir la confiance. Au lieu de cela, les messages peuvent se concentrer sur le processus et ce qui est compris.

Par exemple, un clinicien peut reconnaître que les vaccins COVID-19 sont nouveaux et développés rapidement, mais expliquer que chacun a été testé sur des milliers de personnes d’une manière scientifiquement légitime. Lorsqu’on est confronté à des questions sur les effets secondaires, on peut reconnaître l’ampleur des personnes souffrant de réactions graves, mais transmettre les taux de base de ces événements comme un point d’ancrage approprié (par exemple, combien de personnes en l’absence de vaccin subissent une anaphylaxie ou une crise cardiaque en un jour donné). Ils peuvent souligner qu’avec une efficacité d’environ 95%, les deux vaccins approuvés font partie des vaccins les plus efficaces jamais créés. Ils peuvent également indiquer des infrastructures qui échappent souvent à l’attention du public, comme le système sans précédent de surveillance de la sécurité des vaccins après la mise sur le marché des CDC.

Une approche qui reconnaît les inquiétudes tout en répondant uniquement à des faits et à des preuves s’avérera plus efficace à long terme.

Transférer les messages traditionnels de santé publique vers des porteurs d’espoir communautaires

Les messages de santé publique ont toujours pris la forme d’une communication à sens unique. Un haut responsable – peut-être un élu ou une institution – peut publier un message d’intérêt public à la télévision ou sur le site Web d’une agence chargé de texte. Le ton est souvent sombre et sombre ou négatif, indiquant aux gens ce qu’ils ne devraient pas faire. Mais répondre aux préoccupations concernant un vaccin COVID-19 nécessite des approches créatives.

Après des mois de quarantaine et de dépression économique, les gens peuvent moins résonner avec des messages pessimistes qu’avec des messages pleins d’espoir. Vivek Murthy, MD, 19e chirurgien général des États-Unis et candidat pour être le 21e, a récemment résumé: «Nous disons toujours aux gens, ‘Non, non, non.’ Ne mangez pas cette part de pizza. Ne bois pas cette bière. Ne fumez pas cette cigarette…. Au lieu, [we have] pour créer des conseils qui aident les gens à atteindre le «oui». »Un message visuel plein d’espoir pourrait, par exemple, décrire comment un vaccin COVID-19 aidera à restaurer l’amour et la communauté grâce à l’immunité collective.

La manière dont le message est livré est tout aussi importante pour le contenu. Les cliniciens peuvent engager les gens là où ils se trouvent: YouTube, TikTok, Instagram. Le processus de diffusion d’informations précises sur les vaccins peut passer d’un monologue à une conversation. Sur ces médias, les gens peuvent participer, par exemple en posant une question dans un Instagram Live ou en partageant une photo d’un bouton de vaccin analogue à l’autocollant électoral américain «J’ai voté».

Pris ensemble: élan social positif autour de l’obtention d’un vaccin COVID-19

Les professionnels de la santé ont l’opportunité d’être le vecteur d’informations précises et optimistes sur les vaccins COVID-19. Leurs messages peuvent gagner le plus d’attention s’ils comprennent les nuances de l’hésitation, utilisent des récits visuels et participatifs, transmettent des faits sur des assurances générales et se concentrent sur l’espoir. Prises ensemble, ces tactiques peuvent créer une dynamique sociale positive autour de l’obtention d’un vaccin COVID-19 lorsque l’occasion se présente.

[ad_2]

Laisser un commentaire