Principaux problèmes de conformité pour les conseillers financiers

[ad_1]

Les conseillers financiers doivent aujourd’hui naviguer dans des eaux de plus en plus complexes en matière de conformité réglementaire. Ceux qui choisissent d’ignorer les règles peuvent se retrouver dans une situation délicate avec la FINRA, la SEC, le DOL et les gouvernements des États. Ils peuvent également être sanctionnés ou suspendus par les conseils de normes qui régissent les titres professionnels qu’ils pourraient détenir.

Même ceux qui suivent les règles au mieux de leurs capacités peuvent parfois sortir des limites. Le marché numérique a également ouvert un tout nouvel espace doté de son propre ensemble de règles qui doivent être strictement respectées.

Voici quelques-uns des plus gros problèmes de conformité auxquels les conseillers sont confrontés sur le marché actuel.

Le temps craint

La révolution numérique a rendu les problèmes de conformité plus nombreux et plus complexes que jamais, et les gérer peut parfois sembler un travail à temps plein. Certains conseillers affirment consacrer en moyenne une journée par semaine à traiter uniquement des questions de conformité. D’autres affirment qu’une part importante de leurs dépenses est consacrée à une gestion adéquate de la conformité.

Il est également vrai que certains représentants de la conformité ne comprennent pas eux-mêmes les règles. Il y a eu plusieurs incidents au cours desquels le personnel de réglementation a empêché les conseillers de faire certaines choses qui sont clairement légales. Bien qu’ils exigent une obéissance stricte, de nombreux services de conformité ne disposent pas des fonds nécessaires pour attirer et retenir du personnel compétent. Cela n’a pas été facilité par la législation récente.

Le marché numérique a introduit une toute nouvelle vague de problèmes de conformité liés aux communications avec les clients, à la publicité et à la publication de blogs, auxquels les conseillers doivent se conformer afin d’éviter toute violation. Chaque publication doit probablement être soumise à la conformité avant de pouvoir être consultée. Tous les employés doivent également être vigilants quant à ce qu’ils publient sur leurs propres profils de réseaux sociaux, car ils ne doivent rien publier que leur entreprise ne serait pas à l’aise de partager avec le public.

Clouer une évaluation

Les conseillers qui traitent des investissements ou des actifs qui ne sont pas cotés en bourse doivent disposer d’un moyen fiable d’établir leur valeur. Mais les méthodes d’évaluation et les procédures d’évaluation qu’ils utilisent sont souvent rejetées par les services de conformité qui ne sont qualifiés que pour examiner l’actif d’un point de vue réglementaire, ce qui peut réduire la valeur de l’actif en dessous de sa valeur réelle. Certaines entreprises et courtiers développent des procédures de back-office strictes afin de résoudre ce problème.

Cybersécurité et vol d’identité

Il s’agit probablement du principal sujet de préoccupation de la plupart des conseillers et des responsables de la conformité. Le vol numérique des actifs des clients ou des informations personnelles est le pire cauchemar de tout cabinet de conseil. Les experts en cybersécurité affirment que les murs de sécurité utilisés par la plupart des cabinets de conseil sont encore relativement faibles et ne pourraient pas empêcher une attaque déterminée de pirates informatiques experts.

Aussi douloureux que cela puisse être pour leurs résultats, les conseillers doivent allouer des ressources adéquates à la cybersécurité afin de garantir la sécurité des données des clients. Des procédures de formation rigoureuses pour les assistants administratifs et autres membres du personnel doivent être associées à une éducation approfondie des clients sur les questions de sécurité telles que la protection des mots de passe et autres informations de connexion. Ces mesures peuvent contribuer à déjouer ou au moins à minimiser les cyberattaques et les accès non autorisés aux portails des entreprises.

Marketing et publicité

Les scandales des investissements publics qui ont fait la une des journaux au cours des dernières décennies ont entraîné dans leur sillage une multitude de nouvelles réglementations en matière de publicité, notamment dans le secteur des prêts. Les conseillers qui proposent des prêts hypothécaires à quelque titre que ce soit sont liés par les règles de publicité énoncées dans la Truth-In-Lending Act. Ceux qui commercialisent d’autres produits ou services financiers doivent également s’assurer qu’ils incluent les clauses de non-responsabilité requises et que leurs publicités sont éthiques et honnêtes.

Garde des actifs

S’assurer que tous les actifs des clients sont comptabilisés peut impliquer bien plus que la cybersécurité. Les clients qui insistent pour détenir leurs titres sous forme de certificats ne peuvent avoir aucun recours contre le conseiller ou la société en cas de perte ou de vol de ces certificats. Les conseillers doivent établir des politiques strictes au sein de leur entreprise sur la manière dont les actifs sont gérés et stockés, y compris les chèques, les espèces, les certificats de sécurité et les documents relatifs aux comptes. Les clients doivent également être informés de leur responsabilité de protéger ces objets lorsqu’ils sont en leur possession.

Conformité fiscale étrangère

Bien que ce problème ne soit pas aussi universel que les autres facteurs énumérés ici, la conformité fiscale étrangère peut être l’obstacle le plus difficile à surmonter pour les conseillers auxquels il s’applique. Les clients fortunés qui cherchent à réduire leur facture fiscale se tourneront souvent vers des investissements et des participations commerciales étrangers et offshore. Ces opportunités peuvent être très lucratives dans certains cas, mais elles peuvent également créer des problèmes fiscaux très délicats et complexes lors de la production de leurs déclarations.

La loi FATCA (Foreign Account Tax Compliance Act) a été adoptée en 2010 dans le but de réprimer les investisseurs qui recherchent des retours sur capital exonérés d’impôt en dehors de nos frontières. Retenir une plainte dans ce domaine peut être monstrueusement difficile dans certains cas, car cela peut impliquer d’obtenir des données financières soumises par une source étrangère dont la crédibilité est difficile à vérifier.

Les conseillers peuvent également se retrouver confrontés à la proposition perdante d’essayer d’obtenir des données auprès d’une source qui n’est pas disposée à les fournir. Ceux qui ont des clients qui possèdent des participations mondiales doivent s’attendre à consacrer beaucoup de temps à traiter de ces questions et doivent informer leurs clients sur les éventuelles conséquences fiscales auxquelles ils seront confrontés.

L’essentiel

Faire face aux problèmes de conformité est l’un des aspects incontournables du secteur financier, et suivre toutes les règles qui régissent chaque aspect des activités du conseiller est plus facile à dire qu’à faire. Cependant, les conseillers qui n’accordent pas suffisamment d’attention à cette question peuvent se retrouver dans des situations délicates tant avec les régulateurs qu’avec leurs clients.

[ad_2]

Laisser un commentaire