Pourquoi Roger Federer reste le plus grand joueur de tennis de tous les temps

[ad_1]

Yannick Vély
Mis à jour le

Article réservé aux abonnés

Le Serbe Novak Djokovic a remporté son 23e titre du Grand chelem (un record), dimanche à Roland-Garros. De quoi l’installer au sommet du tennis mondial ?

Les chiffres sont têtus. En remportant dimanche porte d’Auteuil, son 23e titre du Grand chelem – 10 Open d’Australie, 7 Wimbledon, 3 Roland-Garros et 3 US Open -, Novak Djokovic s’est installé au sommet du tennis mondial, en tout cas sur le plan du palmarès. Il a remporté 94 titres, a terminé à sept reprises numéro 1 de la saison et a été le premier joueur depuis Rod Laver à remporter les quatre tournois du Grand chelem consécutivement en 2015 et 2016 – l’exploit porte même le petit nom de Djoko Slam .

La suite après cette publicité

Le Serbe est sur le plan comptable le GOAT de son sport (Greatest Of All Time), dévançant Rafael Nadal et Roger Federer (respectivement 22 et 20 titres du Grand chelem). Mieux, il mène face aux deux autres monstres du jeu lors des confrontations directes (30-29 face à Nadal, 27-23 contre Federer). Il est donc le meilleur… mais pas le plus grand.

Roger Federer pour la légende

Car oui, le sport ce n’est pas que le palmarès brut. C’est aussi un « geste », une empreinte, une dimension au-delà des comptes d’apothicaire. Prenons d’autres sports en exemple : Mohamed Ali est considéré comme le plus grand boxeur de tous les temps alors que des poids lourds (pour ne prendre que sa catégorie) ont un bien meilleur palmarès que lui comme George Foreman ou Tyson Fury.

Mais il a battu le premier dans un combat de légende et le second a dégainé à effrayer les petits et les grands enfants. La classe sur le ring, cela ne s’achète pas, comme l’élégance sur les courts.

La mythologie est parfois plus forte que les titres, l’aura ne dépend pas toujours du nombre de trophées. L’Argentin Diego Maradona est considéré comme un Dieu du football alors que son palmarès brut est très loin de celui d’un Cristiano Ronaldo par exemple – bon, il a quand même gagné une Coupe du monde presque à lui tout seul…



[ad_2]

Laisser un commentaire