NT va inciter les touristes à acheter un Parks Pass pour visiter les sites de beauté et les points d’eau


Visiter le Territoire du Nord deviendra plus cher pour les touristes à mesure que le gouvernement du Territoire du Nord va de l’avant avec des plans pour introduire des frais pour des dizaines de lieux de baignade et de parcs célèbres.

Les Territoriens seront exemptés du nouveau régime de visite payante, qui entrera en vigueur le 3 avril de l’année prochaine.

Mais les familles inter-États et étrangères devront payer 25 $ si elles souhaitent visiter une série de parcs nationaux du territoire avec certains des lieux de baignade les plus populaires, notamment les sources chaudes Edith Falls, Litchfield et Mataranka.

Le nouveau programme, que le gouvernement appelle un laissez-passer pour les parcs, proposera des laissez-passer journaliers, des laissez-passer de deux semaines et un laissez-passer ouvert avec des prix différents pour les particuliers et les familles.

La directrice exécutive des parcs et de la faune, Sally Egan, a déclaré que les revenus des redevances seraient investis dans « la protection, l’entretien et la sécurité de nos parcs et la création de nouvelles expériences pour les visiteurs ».

Les nouveaux frais s’appliqueront à 50 des 85 parcs et réserves gérés par le gouvernement des NT à travers le territoire, y compris le parc national de Nitmiluk, Karlu Karlu, la réserve de conservation Devils Marbles, la réserve côtière de Shoal Bay et les célèbres sources chaudes du parc national d’Elsey, Mataranka.

La liste complète peut être trouvée ici.

Les visiteurs devront toujours payer des frais de camping et de marche en plus d’un laissez-passer pour les parcs, ce qui signifie que la randonnée sur les sentiers de Jatbula et de Larapinta coûtera encore plus cher l’année prochaine.

« Rien pour le moment que nous entendons ou voyons ne suggère que les gens auront un réel problème et cela les empêcherait de venir dans le Territoire du Nord », a déclaré Mme Egan à l’ABC.

Devils Marbles rock formation la nuit.
Karlu Karlu, la réserve de conservation Devils Marbles, est incluse dans le nouveau programme de visite payante.(John Park, contributeur de l’ABC Open)

L’homme de Dalabon Manuel Pamkal, un opérateur touristique de la région de Katherine, partage sa culture et son art autochtones avec des milliers de touristes chaque année.

S’il compte sur les visiteurs pour faire vivre son entreprise, il valorise encore plus la transmission des connaissances pour maintenir une culture vivante. Il craint que demander aux touristes de débourser plus d’argent ne fasse réfléchir certains à deux fois.

« Ce n’est pas juste … quand les familles viennent, cela leur coûte beaucoup d’argent », a-t-il déclaré.

« Nous savons tous que les prix du carburant ont augmenté, de la nourriture, et ils paient déjà de l’argent pour le camping … Je pense que la natation devrait être gratuite. »

 Manuel Pamkal est assis par terre dans sa galerie
Manuel Pamkal craint que les touristes ne repensent leur visite du territoire en pleine crise du coût de la vie. (ABC Darwin : Hamish Harty)

Le directeur général de Tourism Central Australia, Danial Rochford, a déclaré que le Parks Pass pourrait avoir un impact positif sur l’attraction des touristes dans le territoire – si les revenus étaient dépensés de la bonne manière.

Le gouvernement s’attend à ce que le Park Pass rapporte 7 millions de dollars, combiné aux frais de randonnée et de camping, ce qui, selon M. Rochford, constituerait un fonds d’investissement important pour les parcs nationaux.

« Personne n’aime voir une augmentation des charges », a-t-il déclaré.

« Mais alors que nous investissons dans nos parcs nationaux et que ces fonds sont versés à davantage de gardes forestiers, à de meilleures infrastructures et à davantage de services, cela ne peut que rendre la proposition de visiter le Territoire du Nord meilleure. »

Un homme portant des lunettes porte une chemise noire dans un centre touristique.  Il sourit.
Danial Rochford, PDG de Tourism Central Australia.(ABC News : Xavier Martin )

Un porte-parole du ministère de l’Environnement, des Parcs et de la Faune a déclaré que les consultations avec les opérateurs touristiques avaient été approfondies pour s’assurer que le laissez-passer des parcs était mis en œuvre d’une manière qui fonctionnait pour eux.

« Par exemple, la prolongation pour les opérateurs va au-delà de la saison sèche de l’année prochaine et est cohérente avec la manière dont l’introduction des frais de marche a été mise en œuvre l’année dernière, donnant à l’industrie beaucoup de temps pour s’adapter », a déclaré le porte-parole.

« C’est un coût très faible pour les visiteurs inter-États et internationaux dans l’ensemble et cela paie pour l’entretien des parcs, des terrains et des installations. »

Francisco Argandona, un voyageur bolivien, a déclaré qu’il serait heureux de payer une somme modique pour visiter un parc ou nager dans l’un des célèbres lieux de baignade du NT, ajoutant qu’il était crucial que l’argent soit réinjecté dans la conservation.

Un homme portant une casquette et une chemise jaune regarde la caméra dans une zone non descriptive.
Francisco serait heureux de payer environ 5 $ pour accéder aux parcs nationaux des NT. (ABC Katherine : Roxanne Fitzgerald)

« Je suis allé à Uluru, où vous payez pour entrer, et vous sentez la différence – l’endroit est plus propre, plus sûr, il se sent mieux préservé », a-t-il déclaré.

Il a dit que les frais pour des individus comme lui étaient un peu trop chers, surtout lorsque de nombreux jeunes voyageurs essaient d’étirer leurs fonds pour durer des mois dans un pays cher.

« Si c’est 5 $, ça ira, si c’était 10 $ ou 20 $, je ne sais pas… peut-être que je n’irais pas. »

Laisser un commentaire