Myanmar : les Rohingyas en ligne de mire alors que le conflit Rakhine s'intensifie


L'État de Rakhine a été le théâtre d'une répression brutale contre les Rohingyas par l'armée en 2017, entraînant le meurtre de quelque 10 000 hommes, femmes et nouveau-nés et l'exode de près de 750 000 membres de la communauté, dont beaucoup continuent de croupir dans les camps de réfugiés du Bangladesh voisin. .

« L’État de Rakhine est redevenu un champ de bataille impliquant de multiples acteurs, et les civils paient un lourd tribut, les Rohingyas étant particulièrement menacés« , a déclaré Volker Türk, Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme.

« Ce qui est particulièrement inquiétant, c’est qu’alors qu’en 2017, les Rohingyas étaient la cible d’un groupe, ils sont désormais coincés entre deux factions armées qui ont l'habitude de les tuer. Nous ne devons pas permettre que les Rohingyas soient à nouveau pris pour cibles. »

Combats généralisés

La rupture d'un cessez-le-feu informel d'un an entre l'armée et l'armée d'Arakan (AA) en novembre dernier a plongé 15 des 17 townships de Rakhine dans le conflit.

La perte de territoire par l'armée au profit de l'AA dans le nord et le centre de la province a conduit à une intensification des combats dans les townships de Buthidaung et Maungdaw, ouvrant la voie à une éventuelle bataille pour la capitale de l'État, Sittwe.

La présence d’importantes populations rohingyas dans ces zones exacerbe encore les risques encourus par les civils.

Conscription forcée par l'armée

« Face à la défaite, l’armée a scandaleusement commencé à enrôler de force, à soudoyer et à contraindre les Rohingyas à rejoindre leurs rangs.», a déclaré M. Türk.

« Il est inadmissible qu'ils soient ciblés de cette manière, compte tenu des événements effroyables d'il y a six ans et de l'extrême discrimination persistante à l'encontre des Rohingyas, y compris le refus de la citoyenneté ».

Les rapports suggèrent également que les villageois rohingyas et Rakhines ont été contraints de s'incendier mutuellement leurs maisons et leurs villages, augmentant ainsi les tensions et la violence.

Le HCDH tente de vérifier ces informations, une tâche compliquée par une panne de communication dans tout l'État.

La sonnette d’alarme sonne

Le Haut-Commissaire a également évoqué une désinformation et une propagande généralisées, soulignant les affirmations selon lesquelles des soi-disant « terroristes islamiques » auraient pris en otages des hindous et des bouddhistes.

« C'était le même genre de discours haineux qui a alimenté la violence communautaire. en 2012 et les horribles attaques contre les Rohingyas en 2017 », a-t-il déclaré.

« Les pays ayant une influence sur l'armée du Myanmar et les groupes armés impliqués doivent agir maintenant pour protéger tous les civils de l'État de Rakhine et empêcher un nouvel épisode d'horribles persécutions contre les Rohingyas », a-t-il exhorté.

Laisser un commentaire