Liste des invités de la COP28 des Émirats arabes unis menée par des banquiers, des lobbyistes et des agents d’entretien


Débloquez gratuitement Editor’s Digest

L’hôte de la COP28 des Émirats arabes unis a donné accès à des centaines de banquiers, consultants et lobbyistes – ainsi qu’à 20 employés de maison – lors de l’événement au cours duquel des dirigeants du secteur pétrolier et gazier, tels que le directeur général d’ExxonMobil, Darren Woods, se frotteront à près de 200 délégations gouvernementales façonnant la politique climatique mondiale.

La présidence des Émirats arabes unis a invité plus de 9 000 personnes dans la zone commerciale officielle de la « zone bleue », dont environ 5 000 invités en dehors de sa propre délégation élargie, sur la base de l’analyse du Financial Times d’une liste provisoire des participants de l’ONU. La fréquentation totale à Dubaï n’est pas confirmée mais est estimée à environ 80 000 personnes, sur la base de la liste.

La liste des PDG figurant sur la liste des invités des Émirats arabes unis comprenait Murray Auchincloss, directeur général par intérim de BP, Larry Fink de BlackRock, Jeremy Weir du groupe de négoce de matières premières Trafigura et Connor Teskey de Brookfield Asset Management. BlackRock et Brookfield ont participé au fonds de 30 milliards de dollars lancé vendredi par les Émirats arabes unis pour investir dans des projets liés au climat.

Les banquiers étaient l’une des professions les plus représentées parmi les détenteurs de badges invités par les Émirats arabes unis, alors que la finance climatique passe au premier plan.

Noel Quinn de HSBC est arrivé le premier jour, avec plus de deux douzaines d’employés de diverses entités présents dans le cadre du groupe des Émirats arabes unis et 46 autres invités par des délégations d’autres pays asiatiques.

Noel Quinn, directeur général de HSBC, dans la zone bleue d'Expo City Dubai, Émirats arabes unis, le jour de l'ouverture de la COP28, le 30 novembre 2023.
Le chef de HSBC, Noel Quinn, dans la zone bleue d’Expo City Dubai jeudi © Bloomberg

HSBC a déclaré qu’elle avait « participé aux COP précédentes et qu’elle s’engagerait à la COP28 pour soutenir l’ambition de conduire l’action climatique et de contribuer aux efforts visant à financer la transition vers le zéro net ».

Citigroup a répertorié 26 employés, tandis que Bank of America en a envoyé 18 en tant qu’invités des Émirats arabes unis, avec sa présence dirigée par le directeur général Brian Moynihan. JPMorgan comptait une douzaine d’employés. Le directeur général de Standard Chartered, Bill Winters, ainsi que Christian Sewing de la Deutsche Bank et Peter Orszag de Lazard figuraient parmi les autres banquiers de premier plan à figurer sur la liste des Émirats arabes unis.

« Cette COP est encore plus un salon professionnel que ce que nous avons vu à Glasgow et à Charm el-Cheikh. [in 2021 and 2022]», a déclaré Alex Scott, responsable de la diplomatie climatique et de la géopolitique au sein du groupe de réflexion E3G axé sur le climat. « Je ne m’attends pas à ce que ces banquiers soient ici pour assister à des heures de négociations sur le climat. »

Du secteur pétrolier et gazier, les invités des Émirats arabes unis comprenaient un contingent important de 17 employés de la Compagnie pétrolière nationale d’Abu Dhabi, dirigé par le président de la COP28, Sultan al-Jaber, qui a lutté contre les critiques concernant son double rôle conflictuel. Le géant émirati des énergies renouvelables Masdar comptait également plus de 70 employés.

Brian Moynihan, directeur général de Bank of America, à la COP28 le 30 novembre 2023
Le directeur général de Bank of America, Brian Moynihan, à la COP28 jeudi © Bloomberg

Vicki Hollub, directrice générale d’Oxy, Claudio Descalzi, directeur d’ENI, et Markus Krebber, du groupe énergétique allemand RWE, figuraient parmi les autres dirigeants du secteur.

Les dirigeants du secteur de l’énergie étaient également bien représentés sur les petites listes de délégations d’autres pays, notamment du Brésil, qui comptait lui-même environ 3 000 personnes au total. À titre de comparaison, la délégation américaine comptait environ 800 personnes.

Le président Luiz Inácio Lula da Silva fait partie des dirigeants les plus éminents du pays présents, ainsi que l’indien Narendra Modi, en l’absence des dirigeants des deux plus grandes économies mondiales, Joe Biden et Xi Jinping.

La première version du soi-disant bilan mondial des émissions, publiée vendredi et qui fait partie des résultats des négociations de la COP28, incluait l’option âprement disputée d’une élimination progressive des combustibles fossiles.

Les secteurs des énergies renouvelables et des combustibles fossiles étaient « libres de faire des affaires à tout autre moment de l’année », a déclaré Tessa Khan, avocate et militante internationale en matière de changement climatique. « À un moment aussi critique, tout détournement d’énergie ou toute focalisation sur un résultat vraiment fort et sur l’élimination progressive des combustibles fossiles en particulier est une préoccupation. »

Une armée de spécialistes des relations publiques et des stratèges figurait également parmi les invités et la délégation des Émirats arabes unis, dirigée par 53 agents d’Edelman, ainsi que plus de 100 autres membres du personnel de communication travaillant pour les Émirats arabes unis.

Les consultants étaient nombreux, le Boston Consulting Group ayant affecté 62 personnes à l’équipe des Émirats arabes unis dans son rôle consultatif, ainsi que la mise à disposition d’experts sur des questions telles que les énergies renouvelables et la finance.

Ces révélations ont été faites dans le cadre d’une promesse de plus grande transparence de la part de l’ONU, après que plus de 630 lobbyistes défendant les intérêts des combustibles fossiles ont été enregistrés à la COP27 à Charm el-Chekih en Égypte.

L’équipe de la COP28 des Émirats arabes unis a déclaré : « Nous saluons cette nouvelle mesure de la CCNUCC qui encourage une plus grande ouverture et transparence. »

Les Émirats arabes unis ont été l’un des deux seuls pays à nommer du personnel d’entretien, presque tous inscrits auprès du bureau de Cheikha Fatima Bint Moubarak, dont le fils Mohammed ben Zayed al-Nahyan est président des Émirats arabes unis.

Connue comme la « mère de la nation », son bureau a nommé 17 femmes de ménage pour assister à la zone bleue, avec une autre femme de ménage inscrite comme personnel de soutien à la délégation des Émirats arabes unis, et deux femmes de ménage pour le bureau de Cheikh Hamdan Bin Zayed Al Nahyan. La délégation azerbaïdjanaise a également nommé deux agents de nettoyage.

Capitale climatique

Là où le changement climatique rencontre les affaires, les marchés et la politique. Découvrez la couverture du FT ici.

Êtes-vous curieux de connaître les engagements du FT en matière de durabilité environnementale ? Apprenez-en davantage sur nos objectifs fondés sur la science ici

Laisser un commentaire