Liste des 3 meilleurs résultats de Michael Jordan dans le vote NBA DPOY


Le cas de Michael Jordan en tant que plus grand joueur de l’histoire de la NBA est solide. Mais au lieu de tomber dans le débat sans fin de GOAT, cet article abordera l’une des meilleures capacités de Jordan qui n’est pas toujours mise en évidence, même par ses plus grands défenseurs : la défense.

Lorsque le prix du joueur défensif de l’année a été présenté en 1982-83, l’arrière des Milwaukee Bucks Sidney Moncrief a remporté le prix au cours de ses deux premières années.

Alvin Robertson et Michael Cooper ont remporté le prix respectivement en 1985-86 et 1986-87, après que Mark Eaton l’a remporté lors de la saison 1984-85. Guards a remporté le prix DPOY à quatre reprises au cours des cinq premières années du prix, et Michael Jordan l’a fait cinq sur six à la fin de la saison 1987-88.

Le Top 3 de Michael Jordan termine dans le vote pour le prix NBA DPOY

Cette année-là, Jordan a remporté les prix MVP et DPOY, devenant le premier à remporter les deux trophées au cours de sa carrière et également le premier des trois à remporter les deux la même année (Hakeem Olajuwon et Giannis Antetokounmpo l’ont fait par la suite).

Depuis 1988, le seul gardien à avoir remporté le DPOY était Gary Payton en 1995-96.

Pour en revenir à la Jordanie et au DPOY, lorsqu’il a remporté le trophée en 1988, il a devancé Eaton et Hakeem Olajuwon. Jordan était évidemment un grand défenseur, et il a fait de la première équipe All-Defensive un record neuf fois.

Mais à quel point un Jordan de premier plan était-il proche de devenir plusieurs fois lauréat du prix du joueur défensif de l’année ? Cet article examine le vote DPOY au cours de sa carrière et vérifie ses trois meilleurs résultats dans le vote, y compris l’année où il a gagné.


N°3 : 1991-92 – 3e

Michael Jordan avec le trophée Larry O'Brien.
Michael Jordan avec le trophée Larry O’Brien.

La saison 1991-92 a vu les Chicago Bulls et Michael Jordan s’efforcer de répéter leur succès de l’année précédente. Chicago a battu les LA Lakers lors de la finale de la NBA 1991 et a commencé son incroyable dynastie des années 1990.

Jordan, le MVP en titre et MVP des finales, était une bête. Il a récolté en moyenne 30,1 points par match (remportant son sixième titre de buteur consécutif) et a également ajouté 6,4 rebonds, 6,1 passes décisives, 2,3 interceptions et 0,9 blocs par match.

Il a également dominé la ligue en termes d’évaluation de l’efficacité des joueurs et de parts de gain, tout en terminant cinquième des parts de victoire défensives et sixième de la zone défensive plus/moins.

Jordan a remporté le troisième MVP de sa carrière en 1991-92 et a terminé troisième au vote du joueur défensif de l’année. Lors de ce vote, il a égalé son coéquipier Scottie Pippen derrière le vainqueur David Robinson et le deuxième Dennis Rodman.


N°2 : 1992-93 – 2e

Michael Jordan avec les Chicago Bulls.
Michael Jordan avec les Chicago Bulls.

Après avoir remporté des titres consécutifs et lancé leur dynastie, les Chicago Bulls de Michael Jordan cherchaient à remporter leur troisième championnat consécutif et à devenir la première équipe depuis les Boston Celtics de Bill Russell à remporter au moins trois titres d’affilée.

Jordan a compris la tâche et a connu une autre excellente saison régulière avant d’afficher sa meilleure performance dans une seule série de finales contre les Phoenix Suns de Charles Barkley.

En saison régulière, Jordan a récolté en moyenne 32,6 points (remportant son septième titre de buteur d’affilée), 6,7 rebonds et 5,5 passes décisives par match en 78 apparitions. De plus, il a marqué 49,5% de ses field goal, a mené la ligue en interceptions par match (2,8) et a réalisé 83,7% de ses lancers francs.

Alors qu’il a remporté son troisième championnat consécutif avec Chicago et son troisième trophée MVP de la finale, les récompenses de la saison régulière ont échappé à la Jordanie en 1992-93.

Il a terminé troisième du vote MVP derrière Barkley et Hakeem Olajuwon, qui a devancé Jordan de peu. Pour le prix du joueur défensif de l’année, Jordan a terminé à égalité avec David Robinson (San Antonio Spurs) pour la deuxième place, mais les deux membres du Temple de la renommée étaient loin du décompte des voix d’Olajuwon (73 à neuf).


N°1 : 1987-88 – 1er

Michael Jordan en 1988.
Michael Jordan en 1988.

Michael Jordan a remporté son premier titre de marqueur en 1986-87, et il s’est également avéré être un défenseur opportuniste, avec une moyenne de 2,9 interceptions par match (alors un sommet en carrière).

Jordan a enregistré en moyenne un record en carrière de 37,1 points par match en 1986-87. Il a poursuivi avec une moyenne de 35 points par match, ainsi que 5,5 rebonds, 5,9 passes décisives et 3,2 interceptions par match, un sommet en championnat et en carrière en 1987-88.

Les chiffres de Jordan en 1987-88 et le record de 50-32 des Bulls l’ont aidé à remporter le prix MVP pour la première fois, et il a également remporté le prix DPOY.

La défense de Jordan était énorme cette année-là, avec des statistiques avancées de son côté, ainsi que le test de la vue. Il a terminé sixième en classement défensif, troisième en actions de victoire défensive, premier en zone défensive plus/moins, premier en interceptions et interceptions par match et même classé 14e en blocs par match.

Il a remporté le prix DPOY avec 37 votes de première place, bien devant les neuf votes de Mark Eaton et les sept de Hakeem Olajuwon.


A lire aussi : « Pour qu’il porte mes chaussures, je trébuchais » – Penny Hardaway sur Michael Jordan portant ses chaussures lors du troisième match des demi-finales de la Conférence Est de 1995


Edité par Joseph Schiefelbein

Laisser un commentaire