L’Inde s’apprête à augmenter ses dépenses budgétaires pour vaincre les malheurs de la pandémie


L’Inde dévoilera lundi son budget étroitement surveillé, qui devrait le remettre sur la bonne voie en tant que grande économie à la croissance la plus rapide au monde en augmentant les dépenses de création d’emplois et de développement rural tout en luttant contre le coronavirus.

Le ministre des Finances Nirmala Sitharaman fera probablement une généreuse allocation pour le développement, mettre plus d’argent entre les mains du contribuable moyen pour stimuler la consommation et assouplir les règles pour attirer les investissements étrangers lorsqu’elle présente le budget à 11 heures à New Delhi.

«Les attentes sont élevées pour ce budget», a déclaré Samiran Chakraborty, économiste Citigroup Inc. «Le profil des dépenses pourrait passer de la survie à la relance à mesure que l’accent mis sur l’infrastructure augmente.

Ces dépenses peuvent continuer à maintenir le déficit budgétaire bien plus important que les 3% du produit intérieur brut prescrits par la loi. L’écart budgétaire pour l’année à mars sera probablement de 7,25% du PIB, selon une enquête Bloomberg. Le même sondage montre que l’objectif pour le prochain exercice sera probablement de 5,5%.

Le manque d’objectifs de déficit sera le moindre des soucis pour le gouvernement du Premier ministre Narendra Modi. Il doit lutter contre la création d’emplois pour les millions de personnes qui ont perdu leurs moyens de subsistance à cause des verrouillages pour lutter contre la deuxième plus grande épidémie de coronavirus au monde, étouffer les protestations des agriculteurs contre les réformes agricoles et relancer la croissance dans une économie qui se dirige vers sa plus grande contraction annuelle jamais enregistrée.

Le groupe spécial indien de la TPS décide de prolonger la taxe d'indemnisation au-delà de 2022

Photographe. T. Narayan / Bloomberg

Lire aussi: Les échecs passés sur les objectifs de dépenses atténuent les espoirs budgétaires de l’Inde

Le PIB de l’Inde diminuera de 7,7% au cours de l’année se terminant en mars, selon le ministère des statistiques. Le gouvernement estime que le PIB augmenter de 11% l’année fiscale prochaine, une prévision qui fera de la nation sud-asiatique la principale économie à la croissance la plus rapide au monde devant la Chine rythme estimé à 8,1%.

Pour aider à atteindre cet objectif, Sitharaman a déclaré que son budget serait contrairement à tout ce qui a été vu jusqu’à présent.

Une reprise des recouvrements fiscaux au cours des derniers mois offrira un peu de répit à Sitharaman, qui cherchera également à lever des montants records en vendant des actifs de l’État au cours du nouvel exercice financier commençant en avril après la pandémie, mais qui ont pratiquement ruiné les plans de désinvestissement de l’année en cours. Ses efforts seront également stimulés par la dividende versé au gouvernement par la banque centrale, qui devrait également compléter les mesures budgétaires avec plus relance monétaire lors de sa réunion la semaine prochaine.

Effet Covid

Le ralentissement économique de l’Inde a conduit à un élargissement de l’écart budgétaire

Source: Ministère des finances, Bloomberg

Les opinions sont partagées sur les nouvelles mesures fiscales dans le budget, certains appelant à une taxe sur les riches pour financer les dépenses liées à la pandémie et d’autres s’opposant à une telle initiative.

«Une taxe de 4% sur les 954 familles les plus riches du pays pourrait augmenter l’équivalent de 1% du PIB de l’Inde», Oxfam a déclaré dans un rapport publié lundi. Des économistes, dont Sonal Varma de Nomura Holdings Inc., pensent qu’une taxe Covid est une mauvaise idée étant donné que l’économie se normalise toujours après un verrouillage strict et vaste.

Ce que dit Bloomberg Economics …

«La tendance de ces dernières années a déjà porté le total des impôts pour les hauts revenus à 42,7%, y compris les taxes et les suppléments, d’environ 30%.»

– Abhishek Gupta, économiste indien

Pour le rapport complet, Cliquez ici

Néanmoins, l’amélioration des recouvrements fiscaux et des revenus de privatisation devrait aider le ministre des Finances à réduire ses emprunts au cours du prochain exercice.

Elle pourrait annoncer un plan d’emprunt brut de 10,6 billions de roupies (145 milliards de dollars) pour les 12 mois commençant en avril, selon une prévision médiane de 15 analystes interrogés par Bloomberg News. C’est moins que le record de 13,1 billions de roupies estimé pour l’année en cours.

Thèmes clés

Laisser un commentaire