Les travailleurs souffrant d’effets secondaires du vaccin COVID-19 méritent un congé pour se rétablir


Les travailleurs de la santé souffrant d’effets secondaires temporaires et désagréables des vaccins COVID-19 méritent un congé approprié sans avoir à utiliser leur congé de maladie régulier ou leur temps de congé payé.

À un moment où plus de 2000 personnes aux États-Unis meurent chaque jour du COVID-19 et que beaucoup d’autres en souffrent, nous avons commencé à déployer des vaccins COVID-19 qui pourraient être la clé pour nous aider à sortir de la crise. Deux comités d’experts indépendants, l’un dans les Centers for Disease Control and Prevention et l’autre dans la Food and Drug Administration, ont conclu que les deux premiers vaccins à avoir des données derrière eux sont très sûrs et très efficaces. Sûr, dans ce cas, signifie que dans de grands essais portant sur des dizaines de milliers de personnes, il n’y avait aucun signal suggérant que les vaccins COVID-19 causent des dommages graves, à long terme ou potentiellement mortels.

Nous pouvons encore découvrir que les vaccins COVID-19 causent des dommages dans un cas sur cent mille ou un cas sur un million, mais nous savons déjà que les problèmes graves sont probablement rares, et certainement beaucoup plus rares qu’avec le virus.

Cependant, nous savons également, d’après les essais et les premières expériences d’administration du vaccin COVID-19, que les vaccins ont des taux élevés d’effets secondaires temporaires et désagréables – mais pas dangereux. Les vaccins provoquent des douleurs dans les bras à des taux élevés et peuvent provoquer un gonflement, une légère fièvre, de la fatigue et des courbatures. Ce n’est pas un mauvais signe; cela signifie que le système immunitaire du receveur réagit vigoureusement au vaccin, créant une immunité qui peut protéger le receveur, ce que nous voulons. Mais ces effets secondaires peuvent être débilitants. Les receveurs de vaccins peuvent avoir besoin de prendre quelques jours pour se reposer. C’est ce que nous constatons actuellement, parmi les travailleurs de la santé, les Américains plus âgés et d’autres qui sont les premiers bénéficiaires.

Malheureusement, tous les hôpitaux ou fournisseurs de soins de santé ne permettent pas aux travailleurs de prendre facilement le congé dont ils ont besoin. Certains sont: l’Administration des anciens combattants a accordé deux jours de congé de maladie payé. Mais certains hôpitaux font en sorte que leurs employés utilisent leurs congés payés ou leurs congés de maladie réguliers, ce qui signifie que moins de jours de maladie ou de congé sont disponibles pour l’employé s’il se produit quelque chose qui nécessite un congé.

Toute nouvelle législation sur le soulagement du COVID devrait permettre aux employés de prendre un congé rémunéré pour les effets secondaires du vaccin. Bien que les employeurs ne soient plus tenus d’accorder un tel congé en vertu de la loi sur la famille d’abord, ils devraient le faire. Un tel congé correspond à l’objectif de la loi: les vaccins contre le COVID-19 ne seraient pas nécessaires sans le COVID-19, et les quelques jours de réactions sont directement liés à la pandémie. De plus, il est dans notre intérêt de santé publique que les gens reçoivent des vaccins contre le COVID-19 – c’est notre moyen de sortir de la pandémie.

En outre, les employeurs bénéficient d’une main-d’œuvre hautement vaccinée, car les autres employés et patients sont alors moins susceptibles de contracter le COVID-19 également. Les hôpitaux et les prestataires de soins de santé seront confrontés à moins de pénuries de main-d’œuvre et moins d’épidémies parmi leur personnel si les taux de vaccination sont élevés.

Pratiquement, ne pas permettre aux employés souffrant des effets secondaires du vaccin de quitter leur travail, ou les forcer à prendre des congés, peut faire hésiter le personnel à prendre le vaccin (ce qui nuit à l’immunité collective) ou les pousser à l’adapter pour un week-end. Cette dernière option pourrait entraîner un déséquilibre dans le fardeau des cliniques de vaccination, ou renforcer l’hésitation à la vaccination des travailleurs qui n’ont pas de week-end ouvert, par exemple en raison des responsabilités de soignant. Par ailleurs, aller au travail tout en souffrant des effets secondaires des vaccins peut nuire aux performances des travailleurs de la santé à un moment où nous avons plus que jamais besoin qu’ils soient au sommet de leur forme. Sur le plan éthique, il est injuste de faire payer les employés – par le biais de jours de congé de maladie perdus – pour se faire vacciner, un acte qui les protège mais qui est également dans l’intérêt public.

Les employés méritent d’avoir les quelques jours dont ils ont besoin pour se remettre des effets secondaires temporaires mais désagréables du vaccin COVID-19. Si les hôpitaux ne le fournissent pas eux-mêmes, nous demandons aux décideurs des États et du gouvernement fédéral de l’exiger.

Laisser un commentaire