Les Suisses avertissent les gens de ne pas prendre d’assaut les pharmacies pour les auto-tests COVID


ZURICH (Reuters) – La Suisse avertit les gens de ne pas prendre d’assaut les pharmacies mercredi prochain lorsque des auto-tests COVID-19 gratuits seront disponibles, affirmant qu’une ruée de demandeurs de tests fatigués par la pandémie submergerait le système.

Les infections augmentent à nouveau dans les 26 cantons suisses, les responsables de la santé s’attendant à ce que les nouveaux cas quotidiens doublent dans les trois prochaines semaines. Neuf nouveaux cas sur 10 présentent des variantes du coronavirus, principalement le premier documenté en Grande-Bretagne.

Alors que l’Allemagne voisine propose des kits d’auto-test depuis plusieurs semaines, en Suisse, ils ne seront disponibles qu’à partir de la semaine prochaine, après les vacances de Pâques.

Les résidents suisses pourront obtenir cinq kits de test à domicile gratuits par mois, ce qui leur évitera d’avoir à consulter un médecin pour la procédure. Mais Martine Ruggli, responsable du groupe de l’industrie pharmaceutique PharmaSuisse, a averti les gens de ne pas venir d’un seul coup.

« Il est très important que tout le monde ne fasse pas irruption dans les pharmacies le premier jour, car nous ne pourrions pas gérer le béguin », a déclaré Ruggli lors d’une conférence de presse.

«Chaque jour, 320 000 personnes visitent les pharmacies suisses. Si soudainement un ou deux millions de personnes viennent un jour pour passer ces tests, il ne sera pas possible de servir tous les clients … Veuillez patienter un peu. « 

Les autorités sanitaires suisses ont averti que les autotests sont moins précis que les tests PCR standard et les tests rapides administrés par des spécialistes, avec un potentiel de faux négatifs plus élevé, en partie parce qu’une charge virale élevée dans les voies nasales est souvent nécessaire pour atteindre un résultat fiable.

Par conséquent, les auto-tests devraient être davantage utilisés comme un indicateur, et non comme une preuve définitive d’infection ou d’absence d’infection, disent-ils. Les tests à domicile nécessitent toujours un prélèvement nasal, car les «tests à la broche» moins exigeants ne sont pas encore suffisamment précis.

La riche république alpine a signalé 1923 nouveaux cas de COVID-19 depuis lundi et 19 décès supplémentaires, pour la plupart des personnes plus jeunes et plus mobiles. Cela porte le total à près de 600 000 infections et 9 662 décès depuis le début de la pandémie.

Environ 535 000 personnes, soit 6% de la population suisse, sont désormais entièrement vaccinées.

Reportage de John Miller; Montage par Mark Heinrich

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *