Les procureurs de S.Africa et les avocats de Zuma demandent un délai d’audience pour corruption | Nouvelles du monde


JOHANNESBURG (Reuters) – Les procureurs et les avocats de l’ancien président sud-africain emprisonné Jacob Zuma, hospitalisé depuis vendredi, ont conjointement demandé à un juge de reporter sa comparution prévue cette semaine dans un procès pour corruption, a annoncé lundi sa fondation.

Zuma, dont l’emprisonnement le mois dernier pour outrage au tribunal a entraîné une vague de pillages et de troubles, devait comparaître mardi devant la Haute Cour de Pietermaritzburg dans une affaire de corruption liée à un trafic d’armes datant de son mandat de vice-président.

L’homme de 79 ans purge une peine de 15 mois à la prison d’Estcourt, dans la province du KwaZulu-Natal, mais a été transféré vendredi à l’hôpital pour observation médicale.

« La NPA (National Prosecuting Authority) au nom de toutes les parties a envoyé une lettre conjointe à l’honorable juge Koen reflétant l’accord des parties de reporter l’audience », a déclaré la Fondation sur Twitter.

La demande avait été faite parce que l’ancien président était à l’hôpital, a-t-il ajouté.

Caricatures politiques sur les dirigeants mondiaux

Le porte-parole du NPA, Mthuzi Mahaga, a refusé de dire si une demande de report avait été faite. Les avocats de Zuma n’ont pas répondu à un e-mail sollicitant des commentaires.

« L’affaire impliquant l’ancien président Jacob Zuma et le groupe Thales reprendra devant la Haute Cour de Pietermaritzburg le 10 août 2021 », a déclaré le bureau du juge en chef dans un communiqué.

La Haute Cour de Pietermaritzburg se trouve dans le KwaZulu-Natal – la province d’origine de Zuma – où il bénéficie d’un fort soutien et qui a été le centre de près d’une semaine de pillages et d’incendies criminels qui se sont propagés dans d’autres régions du pays et ont fait plus de 300 morts.

Son apparition pourrait à nouveau provoquer des protestations, notamment à Pietermaritzburg.

Zuma fait face à des accusations de corruption, de fraude, de racket et de blanchiment d’argent dans le cadre d’un marché d’armes de 2 milliards de dollars impliquant la société française Thales (alors connue sous le nom de Thomson-CSF).

Zuma et Thales ont tous deux plaidé non coupables.

(Reportage de Promit Mukherjee ; Montage par Giles Elgood et Angus MacSwan)

Copyright 2021 Thomson Reuters.

Laisser un commentaire