Les plans de la fonction publique pour les centres de haute technologie ont été réduits alors que les données montrent une baisse de l’occupation des bureaux

[ad_1]

1 crédit

Les nouveaux bureaux de la fonction publique de haute technologie seront 25% plus petits que prévu initialement dans les prochaines vagues du programme gouvernemental de hubs de taux d’occupation inférieurs à la suite de la pandémie de coronavirus, ont été informés les députés.

Le directeur général de la Government Property Agency, Steven Boyd, a déclaré au Comité des comptes publics que la GPA avait déployé un système de surveillance lié aux laissez-passer de sécurité GovPass qui fournit des données en temps réel sur l’occupation des bureaux dans 24 bâtiments gouvernementaux, en conjonction avec la surveillance Wi-Fi. Il a déclaré que le système devrait couvrir 60 bâtiments gouvernementaux d’ici la fin de l’exercice en cours.

Les informations tirées de l’analyse des données ont permis de réinitialiser la référence pour les niveaux d’occupation à 50 % – un chiffre qui pourrait bien être encore réduit, selon Boyd.

Le chef de GPA a déclaré que la première phase du programme de hubs – dirigé par HM Revenue and Customs, qui en 2019 décrivait les emplacements comme « les bâtiments les plus avancés numériquement du gouvernement – ​​avait été basée sur la présence des deux tiers du personnel sur leur lieu de travail assigné. n’importe quel jour de travail.

« Beaucoup de recherches ont été menées pour décider comment construire et concevoir ces bâtiments avec des sondages effectués dans le secteur privé pour obtenir de bonnes solutions, en particulier en se concentrant sur des environnements inclusifs et un espace productif pour tous les fonctionnaires utilisant ces environnements », a déclaré Boyd à propos de la première phase du programme des hubs. « Beaucoup de ces choses se sont avérées très bien réalisées et efficaces. Mais le changement des habitudes de travail à la suite de la pandémie de Covid a fait qu’il y a moins de personnes travaillant régulièrement au bureau qu’auparavant et nous savons donc maintenant que ces bâtiments sont plutôt plus grands qu’ils ne devaient l’être à l’origine.


Lié contenu


Il a ajouté : « En ce qui concerne la phase deux, nous avons changé nos plans. Nous supposons que les hubs livrés dans la phase deux seront 25 % plus petits qu’ils ne l’auraient été si nous avions élaboré le plan avant Covid pour tenir compte de ces changements de schémas de travail.

Boyd a reconnu qu’il y a de l’espace dans les hubs de la phase un qui n’est pas requis par le HMRC et qui est maintenant mis à la disposition d’autres départements. Il a cité la Queen Elizabeth House à Édimbourg comme exemple, où le personnel de 16 départements est maintenant basé.

Il a déclaré que l’hypothèse pré-Covid selon laquelle les deux tiers du personnel devraient être logés sur leur lieu de travail principal était conforme aux niveaux du secteur privé.

« Nous avons constaté un changement dans les habitudes de travail », a-t-il déclaré. « Le secteur privé assiste également à une évolution des modes de travail. Je ne pense pas que nous ayons encore atteint un point où cela s’est arrangé. Mais c’est plus clair qu’avant. Nous avons maintenant fait l’hypothèse qu’il y en aura désormais la moitié, plutôt que les deux tiers, un jour donné, et cela représente une réduction de 16 points de pourcentage.

Boyd a déclaré que c’est le rôle des départements, plutôt que du GPA, de déterminer quel est le bon niveau de présence au bureau.

« Actuellement, 50 % semblent être corrects à certains endroits, et à d’autres, cela semble peut-être trop élevé », a-t-il déclaré. « Si c’était une tendance qui se poursuivait pendant un certain temps, nous devrions y apporter quelques changements. »

Boyd a ajouté que les bureaux de Whitehall semblent avoir un niveau de fréquentation plus élevé que dans d’autres parties du pays.

[ad_2]

Laisser un commentaire