Les Émirats arabes unis et la France coopèrent pour renforcer la sécurité alimentaire


La France

Mariam Almheiri, ministre émirienne du changement climatique et de l’environnement, et Xavier Chatel, ambassadeur de France aux EAU, ont signé le protocole d’accord à l’Expo 2020 Dubaï.
Crédit d’image : fourni

Abu Dhabi : Afin d’améliorer la sécurité alimentaire, le ministère du Changement climatique et de l’Environnement des Émirats arabes unis (MOCCAE) a signé un accord avec le ministère français de l’Agriculture et de l’Alimentation.

Mariam Almheiri, ministre émirienne du changement climatique et de l’environnement, et Xavier Chatel, ambassadeur de France aux EAU, ont signé le protocole d’accord à l’Expo 2020 Dubaï, lors de la visite du président français Emmanuel Macron aux EAU.

«La sécurité alimentaire est une priorité stratégique pour les Émirats arabes unis, et le MOCCAE souhaite créer des synergies avec les entités concernées dans d’autres pays pour garantir la sécurité alimentaire du pays à l’avenir. Le protocole d’accord avec le ministère français de l’Agriculture et de l’Alimentation s’inscrit dans notre volonté d’améliorer la sécurité alimentaire par le multilatéralisme. Le partage des connaissances et des meilleures pratiques entre nos deux pays, connus pour relever les défis par l’innovation, nous aidera à développer des systèmes alimentaires durables et à atteindre nos objectifs respectifs de sécurité alimentaire. Nous sommes impatients de travailler avec nos homologues français et de récolter les fruits de ce partenariat », a déclaré Almheiri.

« J’ai le plaisir de signer ce mémorandum qui montre la volonté de la France d’accompagner les Emirats Arabes Unis dans leurs objectifs de sécurité alimentaire. Nos deux pays partagent l’ambition de promouvoir une production agricole innovante et durable. Le protocole d’accord offre de grandes perspectives communes dans la réduction du gaspillage alimentaire, la R&D et le partage des connaissances en technologie alimentaire », a ajouté Chatel.

Aux termes de l’accord, les deux ministères collaboreront pour faciliter les échanges bilatéraux de produits agricoles et alimentaires, ainsi que pour contribuer au développement d’une production agricole durable en mettant l’accent sur l’innovation et la transition agroécologique des méthodes de production. Ils uniront également leurs forces pour lutter contre le gaspillage et les pertes alimentaires, renforceront leurs capacités et partageront leurs connaissances en matière de technologies alimentaires et agricoles.

Pour atteindre ces objectifs, les signataires s’attacheront à rationaliser les chaînes d’approvisionnement des produits agricoles et alimentaires essentiels. Ils tisseront des liens entre les entreprises agroalimentaires, les importateurs et les distributeurs des deux pays, les encourageront à explorer les opportunités de partenariat et à promouvoir toutes les formes de coopération mutuellement bénéfique entre le gouvernement et le secteur privé.

Pour développer l’entrepreneuriat alimentaire, les deux ministères ont convenu de renforcer conjointement l’attrait de leurs pays pour les startups alimentaires en stimulant l’innovation pour relever les défis de la sécurité alimentaire et créer des opportunités commerciales attrayantes, en plus de tirer parti des programmes d’incubation et d’autres incitations pour soutenir l’expansion des entreprises.

En outre, le protocole d’accord prévoit la mise en œuvre conjointe de programmes de R&D et de formation en sécurité alimentaire, le partage d’entrées pour des protocoles visant à réduire le gaspillage alimentaire et la promotion d’une production agricole durable, notamment en ce qui concerne les indications géographiques et l’agriculture biologique.

Des représentants des deux ministères tiendront des réunions régulières pour suivre les progrès dans les domaines couverts par l’accord.

Laisser un commentaire