Les données sur l’inflation ne sont pas inquiétantes, selon le chef de la banque centrale de Pologne

[ad_1]

Le gouverneur de la banque centrale de Pologne a écarté les inquiétudes à court terme concernant l’inflation, alors même que d’autres banques centrales de la région ont commencé à augmenter leurs taux d’intérêt pour lutter contre une flambée des prix.

Adam Glapinski a déclaré que les données n’étaient actuellement pas « inquiétantes », notant que l’inflation était en partie due à des facteurs transitoires et externes tels que les effets de base et les prix du carburant. Actuellement la deuxième plus élevée de l’UE, l’inflation polonaise en glissement annuel a atteint 4,7 % en mai, avant de redescendre à 4,4 % en juin.

« Lorsque nous soustrayons de l’inflation globale l’impact des facteurs réglementaires et du côté de l’offre, nous obtenons une inflation proche de 2,5%, ce qui est le point médian de notre objectif d’inflation », a-t-il déclaré au Financial Times. « Donc, pour le moment, il n’y a aucune raison de s’alarmer, d’autant plus que nous nous attendons également à une baisse de l’inflation globale. »

L’inflation a rebondi dans de nombreux pays à mesure que les restrictions pandémiques sont levées, ce qui a incité certains économistes à appeler les banques centrales à assouplir les mesures de relance adoptées pendant la crise. Les banques centrales de Hongrie et de République tchèque ont toutes deux relevé leurs taux le mois dernier.

Glapinski a déclaré que la banque centrale, Narodowy Bank Polski, surveillerait « très attentivement » les signes indiquant que la hausse des salaires faisait grimper les prix alors que l’économie s’accélère après les blocages pandémiques. Il s’attend à ce que l’économie polonaise connaisse une croissance de plus de 5 % l’année prochaine.

« Si nous constatons qu’il existe une tendance selon laquelle, dans quelques trimestres, cette hausse des prix pourrait être due à ces facteurs du côté de la demande, alors nous agirons. Quand cela arrivera-t-il ? C’est difficile à dire avec précision, mais pas plus tôt qu’à l’automne de cette année. Ou peut-être seulement au milieu de l’année prochaine », a-t-il déclaré.

Adam Glapinski dit que l’inflation est en partie due à des facteurs transitoires tels que les effets de base et les prix du carburant © Piotr Malecki/Bloomberg © Bloomberg

« Notre approche est similaire à celle de la Réserve fédérale, ou de la BCE : nous attendons que la reprise économique devienne certaine et solide, puis nous observerons s’il y a un risque de remontée de l’inflation. Et nous n’hésiterons certainement pas : nous agirons immédiatement dès que cela sera nécessaire.

Certains économistes soutiennent que la NBP devrait déjà prendre des mesures pour maîtriser l’inflation, car le marché du travail polonais montre des signes de tension. Le chômage, qui s’élève à 3,8 pour cent de la population active, est parmi les plus bas de l’UE, selon Eurostat.

« Nous avons un taux de chômage très bas, ce qui exerce une pression sur les salaires. Et pour couronner le tout, le Polish Deal [a government programme of tax and spending pledges] stimulera la demande », a déclaré Alicja Defratyka, économiste chez ciekaweliczby.pl.

Elle a ajouté : « Je pense que l’inflation devrait se situer entre 4,5% et 5% d’ici la fin de cette année, et elle pourrait être encore plus élevée si toutes les mesures proposées dans l’accord polonais entrent en vigueur. »

Glapinski a déclaré que le NBP n’avait « aucune préoccupation particulière » concernant le marché du travail et que l’afflux de travailleurs en provenance d’Ukraine et de Biélorussie voisines serait « certainement suffisant pour répondre à la demande croissante de main-d’œuvre » dans les années à venir.

« Bien sûr, nous surveillons pour voir si des goulots d’étranglement se produisent sur le marché du travail, mais pour le moment, nous n’avons pas de pression excessive sur les salaires. Les salaires augmentent, mais plus lentement que la productivité du travail. Les coûts unitaires de main-d’œuvre n’augmentent pas », a-t-il déclaré.

Il a ajouté : « La pire chose qui pourrait arriver serait une spirale salaires-prix mais un tel risque est très limité. Nous n’avons pas cela, et pour le moment, nous ne le voyons certainement pas se produire dans les prochains trimestres. Nous ne voyons pas cela se produire l’année prochaine non plus.

Les économistes ont également fait part de leurs inquiétudes quant à la politique monétaire ultra souple qui alimente les bulles dans les secteurs immobilier et financier. Cependant, Glapinski a déclaré que les banques polonaises étaient bien capitalisées et que le marché immobilier n’était pas en surchauffe.

« Pour le moment, il n’y a aucun signe de bulles dans le secteur immobilier alimentées par des taux d’intérêt bas. Et nous ne nous y attendons pas », a-t-il déclaré.

« Gardez à l’esprit que ces taux d’intérêt bas ne sont en place que depuis relativement très peu de temps, et selon les attentes du marché l’année prochaine, nous commencerons déjà à quitter ce territoire. Et les cycles dans l’immobilier sont beaucoup plus longs.

[ad_2]

Laisser un commentaire