Les dirigeants du G7 peuvent porter un coup à la fiscalité mondiale des sociétés


L’écrivain est professeur à l’Université Columbia

Le bilan économique de Covid-19 est sans précédent et aurait été bien pire si les gouvernements n’étaient pas intervenus pour faire «tout ce qu’il faut». Mais alors que le monde sort de la crise sanitaire, la question se pose: qui paie la note?

Contre toute attente, la réponse de l’administration Biden est claire: les citoyens les plus riches et les grandes entreprises doivent payer une part plus importante. Le président américain envisage d’annuler de nombreuses réductions d’impôts de l’ère Trump, de relever le taux d’imposition des sociétés dans le pays entre 25 et 28% et a proposé un taux d’imposition effectif minimum mondial de 21%. Il mène la lutte contre le nivellement par le bas de la fiscalité des entreprises.

On s’attendrait à une réponse au moins aussi forte de la part de l’Europe. Cependant, les propositions de Biden de taxer les multinationales ont initialement reçu une réaction tiède de la part des gouvernements de l’UE.

C’est d’autant plus décevant que depuis des années, l’UE est à l’avant-garde de la promotion d’un système fiscal mondial plus équitable. L’Europe a été la source d’une grande partie de la réforme de la conduite énergétique, le soi-disant projet BEPS, qui tente de circonscrire le transfert de la comptabilisation des bénéfices dans le monde entier vers des juridictions à faible taux d’imposition. L’UE a également ouvert la voie à l’ouverture des juridictions secrètes et a joué un rôle de pionnier dans les registres des bénéficiaires effectifs afin de révéler le bénéficiaire final des sociétés écrans.

Mais il n’est pas trop tard pour que les pays européens prennent l’initiative et s’engagent en faveur d’un impôt sur les sociétés effectif minimum global ambitieux. La Commission indépendante pour la réforme de la fiscalité internationale des sociétés, dont je suis membre, soutient un taux de 25 pour cent. Atteindre au moins 21%, comme l’administration Biden proposait initialement de s’appliquer aux bénéfices étrangers des multinationales américaines, serait un pas majeur dans la bonne direction pour faire payer aux entreprises leur juste part. Il pourrait générer des revenus mondiaux importants, au moins égaux aux 240 milliards de dollars sous-payés par an, mais pourrait même atteindre 640 milliards de dollars, selon une étude récente.

Les multinationales préparent déjà une contre-attaque. Cependant, leur argument selon lequel cela découragerait l’investissement est spécieux. L’impôt sur le revenu des sociétés est un prélèvement sur les bénéfices purs, après déductions pour le travail et le capital. Un principe de base de l’économie est que ces taxes ne découragent pas l’investissement.

Tout en visant toujours 21 pour cent, les États-Unis ont récemment appelé à un minimum global d’au moins 15 pour cent afin de convaincre les 139 pays qui négocient dans le cadre du «cadre inclusif» de l’OCDE d’accepter un tel taux. Il s’agit notamment de pays comme l’Irlande qui ont jusqu’à présent hésité à faire face à la réalité selon laquelle le monde ne peut plus tolérer les paradis fiscaux. La communauté internationale semble graviter autour de ce consensus – mieux que les 12,5% que les entreprises poussaient il y a un an, mais pas beaucoup.

C’est là que le leadership mondial est nécessaire. Les ministres des Finances des pays du G7 se réunissent vendredi à Londres. C’est l’occasion pour les principales économies européennes de porter un coup historique contre l’évasion fiscale des multinationales.

Les principaux pays européens doivent d’abord se joindre aux États-Unis pour convaincre les autres États qui négocient dans le cadre de l’OCDE d’adopter un plancher d’au moins 15 pour cent. Cela devrait s’accompagner d’un engagement à combler les échappatoires et à réviser le taux à la hausse si le résultat n’est pas une augmentation significative des recettes fiscales.

La crainte est que le minimum mondial devienne la norme mondiale, et une réforme qui visait à faire en sorte que les multinationales paient leur juste part finira par faire exactement le contraire. Les pays en développement, qui dépendent relativement davantage des revenus de l’impôt sur les sociétés comme source de recettes publiques, seraient parmi les grands perdants, tout comme les petites et moyennes entreprises des pays développés, qui continueront de payer le taux local intégral.

Surtout, il est essentiel que des pays comme les grands pays européens s’engagent plus ambitieusement, comme le font les États-Unis, à aller au-delà de ce minimum mondial. Un impôt minimum de 21% adopté par le G7 (et, mieux encore, par le G20 cet été), combiné à une adoption généralisée d’un minimum d’au moins 15% par d’autres pays, garantirait que la grande majorité des les bénéfices des entreprises contribuent à fournir les revenus dont nous avons désespérément besoin alors que nous sortons de la pandémie.

Les dirigeants du G7 peuvent soit être une force de changement, soit renforcer le statu quo. Les États-Unis ont fait le bon choix. C’est maintenant au tour de l’Europe de prendre ses responsabilités au sérieux et de veiller à ce que les gagnants de la mondialisation contribuent au bien-être des générations futures.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *