Les algorithmes ne devraient pas contrôler ce que les gens voient, déclare le chef de l'ONU lors du lancement des Principes mondiaux pour l'intégrité de l'information

[ad_1]

Le secrétaire général de l'ONU, António Guterres, a présenté des recommandations clés visant à rendre les espaces d'information plus sûrs tout en respectant les droits de l'homme tels que la liberté d'expression.

« À une époque où des milliards de personnes sont exposées à de faux récits, à des distorsions et à des mensonges, ces principes tracent une voie à suivre claire, fermement ancrée dans les droits de l’hommey compris les droits à la liberté d’expression et d’opinion », a-t-il déclaré.

Le Secrétaire général a exhorté les gouvernements, les entreprises technologiques, les annonceurs et le secteur des relations publiques à assumer la responsabilité de la diffusion et de la monétisation de contenus préjudiciables.

Nuire à notre monde

Il a souligné que la lutte contre la désinformation et les discours de haine est essentielle à la sauvegarde de la démocratie, des droits de l'homme, de la santé publique et de l'action climatique.

« La propagation de la haine et des mensonges en ligne cause de graves dommages à notre monde.» a-t-il déclaré en s'adressant aux médias au siège de l'ONU, à New York.

Les propres opérations humanitaires et de maintien de la paix de l'ONU sont en danger, car son personnel est confronté à un « tsunami de mensonges » et de « théories du complot absurdes », a ajouté le chef de l'ONU.

Les faux récits et les mensonges engendrent le cynisme et compromettent la cohésion sociale et le développement durable.

Algorithmes opaques

Il a affirmé que chacun devrait s'exprimer librement sans craindre d'être attaqué et pouvoir accéder à un large éventail d'opinions et d'informations.

« Personne ne devrait être à la merci d’un algorithme qu’il ne contrôle pas et qui n’a pas été conçu pour sauvegarder ses intérêts.et qui suit leur comportement pour collecter des données personnelles et les garder accros », a-t-il déclaré.

Les Principes mondiaux visent à donner aux individus les moyens de revendiquer leurs droits, à contribuer à la protection des enfants, à garantir des informations honnêtes et dignes de confiance aux jeunes et à permettre aux médias axés sur l'intérêt public de transmettre des informations fiables et exactes, a ajouté M. Guterres.

Confiance et résilience, pour le bien public

Les Principes ont évolué grâce à de vastes consultations avec les États membres de l'ONU, le secteur privé, les dirigeants de la jeunesse, les médias, le monde universitaire et la société civile.

Ils se concentrent sur le renforcement de la confiance et de la résilience, sur la garantie de médias indépendants et pluralistes, sur la création d’incitations saines basées sur des informations factuelles, sur l’amélioration de la transparence et de la recherche et sur l’autonomisation du public.

Les principales recommandations consistent notamment à exhorter les gouvernements, les entreprises technologiques, les annonceurs et les médias à éviter d’utiliser ou d’amplifier la désinformation et les discours de haine. Dans le même temps, les gouvernements devraient garantir un accès rapide à l’information, soutenir un paysage médiatique indépendant et protéger les journalistes et la société civile.

Les entreprises technologiques doivent donner la priorité à la sécurité et à la confidentialité, appliquer des politiques cohérentes et soutenir l’intégrité de l’information, en particulier lors des élections – tandis que les parties prenantes impliquées dans le développement de l’intelligence artificielle (IA) doivent garantir son déploiement sûr, responsable et éthique en tenant compte des droits de l’homme.

Donner la priorité à la sécurité et à la confidentialité

En outre, les entreprises technologiques devraient explorer des modèles commerciaux qui ne reposent pas sur la publicité programmatique et qui ne donnent pas la priorité à l’engagement au-dessus des droits de l’homme. Au lieu de cela, ils devraient donner la priorité à la confidentialité et à la sécurité des utilisateurs.

Les annonceurs devraient exiger de la transparence dans les processus de publicité numérique du secteur technologique qu’ils ne finissent pas par financer par inadvertance de la désinformation ou des messages haineux.

Les entreprises technologiques et les développeurs d’IA devraient également assurer une transparence significative et permettre aux chercheurs d’accéder aux données tout en respectant la vie privée des utilisateurs. Les dirigeants devraient également garantir des audits indépendants et renforcer la responsabilisation.

Les gouvernements, les entreprises technologiques, les développeurs d’IA et les annonceurs devraient prendre des mesures spéciales pour protéger et autonomiser les enfants, les gouvernements fournissant des ressources aux parents, tuteurs et éducateurs.

Ces recommandations découlent du rapport 2021 du Secrétaire général, Notre programme commun, qui présente une vision pour la future coopération mondiale et l'action multilatérale. Ils servent de ressource aux États membres en prévision du Sommet du futur, qui aura lieu en septembre.

Conférence de presse du Secrétaire général sur le lancement des Principes mondiaux

[ad_2]

Laisser un commentaire