Les actions asiatiques tombent principalement sur l’énergie chinoise, s’inquiète Evergrande – Orange County Register

[ad_1]

Par YURI KAGEYAMA

TOKYO (AP) – Les actions asiatiques ont principalement chuté mardi, les inquiétudes concernant la Chine ayant érodé l’optimisme des investisseurs après un résultat mitigé à Wall Street.

L’indice de référence japonais Nikkei 225 a perdu 0,3% à 30 139,65. Le S&P/ASX 200 australien a glissé de 1% à 7 314,10. Le Kospi de la Corée du Sud a perdu 0,8% à 3 109,07. Hang Seng de Hong Kong a augmenté de 1,7% à 24 619,28. L’indice Shanghai Composite a grimpé de 0,3% à 3 594,18.

Une crise de l’électricité dans certaines parties de la Chine a fermé des usines et laissé certains ménages sans électricité dans le but d’atteindre les objectifs officiels de consommation d’énergie. Cela pourrait avoir des répercussions mondiales, notamment sur les approvisionnements nécessaires à la fabrication dans toute l’Asie, juste avant la saison des achats de fin d’année.

Les malheurs s’ajoutent aux pénuries de pièces et de matières premières qui affectent déjà la fabrication régionale en raison des ruptures d’approvisionnement causées par la pandémie de coronavirus.

Les analystes estiment que la pénurie d’électricité en Chine pourrait se prolonger à mesure que la demande de charbon et de gaz naturel augmente pendant l’hiver.

Une autre inquiétude persistante du marché provenant de la Chine est l’effondrement possible de l’un des plus grands promoteurs immobiliers chinois, Evergrande Group, qui lutte pour éviter un défaut de paiement sur des milliards de dollars de dette.

« Surtout, les risques de contagion sont importants en raison de la transmission au sein du secteur immobilier en raison de risques similaires pour les acheteurs de maisons et les banques via les expositions au bilan », a déclaré Vishnu Varathan du département du Trésor Asie et Océanie de Mizuho Bank. « Le fait est qu’Evergrande est au mieux un risque qui s’est temporairement atténué mais est loin d’être aboli. »

Le vote pour le chef du parti au pouvoir au Japon, prévu mercredi, a également pesé sur le commerce de Tokyo, selon les analystes, alors que les joueurs ont adopté une attitude attentiste. Quatre candidats sont en course pour remplacer le Premier ministre Yoshihide Suga, qui se retire après un an de mandat. Aucun changement majeur dans l’économie ou la politique étrangère n’est attendu, car le Parti libéral-démocrate pro-américain a dirigé le Japon presque continuellement au cours des dernières décennies.

Les principaux indices boursiers de Wall Street ont terminé en demi-teinte, les pertes des sociétés de technologie et de soins de santé dépassant les gains ailleurs sur le marché.

Le S&P 500 a chuté de 0,3% à 4 443,11, mettant fin à une séquence de trois jours de victoires consécutives pour l’indice de référence, qui a enregistré la semaine dernière son premier gain hebdomadaire en trois semaines. Le Nasdaq a chuté de 0,5% à 14 969,97, tandis que le Dow a réussi un gain de 0,2% à 34 869,37. Le Russell 2000 a augmenté de 1,5% à 2 281, signe que les investisseurs sont toujours confiants quant à la croissance économique future.

Le rendement du Trésor à 10 ans est resté stable à 1,49%. Il était à 1,31% il y a une semaine, alors que la nervosité du marché a poussé les investisseurs à transférer de l’argent vers des obligations, ce qui réduit leur rendement. Il grimpe depuis une semaine.

Le rendement influence les taux d’intérêt sur les hypothèques et autres prêts à la consommation, donc lorsqu’il augmente, il permet aux prêteurs de facturer des taux plus élevés. Bank of America a gagné 2,7%.

Les marchés américains ont connu un mois agité jusqu’à présent et le S&P 500 est sur le point de perdre 1,8 % en septembre, ce qui marquerait la première perte mensuelle depuis janvier. Les investisseurs ont essayé d’évaluer la marge de croissance dont dispose l’économie au milieu des vagues de COVID-19 qui freinent les dépenses de consommation et la croissance de l’emploi, tandis que l’inflation reste une préoccupation.

Les dépenses de consommation ont été le principal moteur de la reprise économique et elles ont été en partie freinées par l’augmentation des cas de COVID-19 en raison de la variante delta hautement contagieuse, qui reste une préoccupation majeure en Asie.

Dans le commerce de l’énergie, le brut américain de référence a ajouté 25 cents à 75,70 $ le baril dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange. Il a gagné 1,47 $ à 75,45 $ le baril lundi.

Le brut Brent, la norme internationale, a augmenté de 21 cents à 79,74 $ le baril.

Dans le commerce des devises, le dollar américain est passé de 110,99 yens à 111,16 yens japonais. L’euro a coûté 1,1695 $, contre 1,1700 $.

___

Les rédacteurs d’AP Business Damian J. Troise, Alex Veiga et Ken Sweet ont contribué.

Yuri Kageyama est sur Twitter https://twitter.com/yurikageyama



[ad_2]

Laisser un commentaire